Magazine Cyclisme

44e Edition Rheinzabern Osterlauf À RHEINZABERN, PERSONNE TE BERNE !

Publié le 18 avril 2017 par Marathonien67
44e Edition Rheinzabern Osterlauf
Ŕ RHEINZABERN, PERSONNE TE BERNE !
 
Ce samedi 15 avril, ŕ tout juste deux semaines du grand rendez-vous luxembourgeois (le DKV Urban Trail), nous sommes allé valser sur le parquet du cousin germain. La commune de Rheinzabern ne se trouvant qu'ŕ 80 km de Strasbourg, l'occasion était belle de s'offrir une derničre danse avant le bal du 30 avril prochain. Au menu : 10km de pur plaisir avec des lapins de Pâques en short et du chocolat ŕ gogo. Ť ŕ Rheinzabern, personne te berne ! ť La rime est peut-ętre facile... n'empęche qu'avec une organisation réglée comme du papier ŕ musique et rien d'autre que des vrais sportifs au départ, impossible d'ętre mécontent. Quand on va courir chez les allemands, on n'est jamais déçu du déplacement.
 
44e Edition Rheinzabern Osterlauf Ŕ RHEINZABERN, PERSONNE TE BERNE !
A chaque départ, aprčs chaque arrivée, les compteurs sont remis ŕ zéro 
Dčs notre arrivée ŕ Rheinzabern, en fin de matinée, nous sommes accueillis tels des princes de Hongrie. Dehors, le ciel est gris mais, męme sous la pluie, plus on est de fous et plus on rit. Le temps de siffler un café et déjŕ il est l'heure de sortir s'échauffer tandis qu'au męme moment des gamins galopent sous le regard bienveillant de leurs parents. Le circuit de l'épreuve ne présente aucune difficulté, seul un vent un peu sournois risque de nous faire souffrir. En ce moment, pas une sortie ne se fait sans zéphyr. Le bougre s'entraîne et nous mčne la vie dure. Je me demande bien ce qu'il prépare de beau. Un ouragan, une tornade ou bien encore un typhon ? Dédicace ŕ tous ceux qui ont déjŕ pris le vent en pleine face aprčs le 35e km. Aprčs avoir vécu pareille misčre, courir 10km avec Éole comme partenaire ne semble gučre compliqué. Ce n'est rien d'autre qu'une simple formalité. 
Ŕ Rheinzabern, une fois midi passé, pas le temps de piquer un somme. Le bruit des bottes nous rappelle rapidement ŕ l'ordre. Le temps d'enfiler le treillis assorti ŕ nos rangers et nous filons rejoindre le gros des troupes qui se masse derričre la ligne de départ. 

Ŕ 13h45, le coup de pistolet résonne. Quand le peloton s'envole, je le survole et me vient me placer en tęte pour jauger l'adversité. Je me suis inscrit sans connaitre les noms et le niveau des favoris, en me disant: on verra bien si la chance le travail me sourit.


Au bout d'ŕ peine 500m de course, je me détache du peloton sans forcer. Un peu surpris de me retrouver aussi vite seul en tęte, je crains d'ętre parti un peu vite mais le panneau du premier kilomčtre, atteint au bout de 3'15 de course, dissipe finalement mes doutes.
Le parcours est roulant, seuls quelques tunnels cassent un peu le rythme mais rien de bien méchant. Malgré un vent gęnant, je parviens ŕ maintenir l'allure initiale sans trop de problčmes et atteins la mi-course en 16'17''.
Mon cavalier seul s'achčve au bout de 32mn et 36 secondes (soit 3'15/km). Régulier comme une horloge durant les 10km du circuit, je signe la victoire sans avoir eu ŕ puiser dans mes réserves. Avec d'avantage d'adversité, j'aurai sans doute pu chercher un meilleur chrono mais ce n'était pas l'objectif.

L'objectif, ce n'était pas non plus de gagner. Le but était simplement de voir si j'avais du mordant et si les jambes répondaient bien en fin de préparation. Dans deux semaines, il faudra ętre solide pour venir ŕ bout des 34 bornes de l'Urban Trail de Luxembourg. Nous devrons entre autre gravir plus d'un millier de marches d'escaliers. Vainqueur de la derničre édition, je défendrais âprement mon titre.  Mais pour le moment, revenons-en ŕ nos moutons et ŕ cette Ť Rheinzabern Osterlauf ť que je viens de remporter.


Ŕ l'arrivée, tandis que je savoure un bol de thé fumant, des journalistes locaux m'abordent pour recueillir mes impressions avant de me demander mon avis sur une affaire de dopage qui a récemment fait couler beaucoup d'encre en Alsace et de l'autre côté du Rhin. J'ai déjŕ gribouillé une petite fable pour dire tout le bien que je pensais des mauvais joueurs (ŕ lire au bas de mon précédent récit de course: la mule et le douanier), alors aux scribouillards, je réponds : Ť no comment ť C'est pas que j'esquive le sujet mais ŕ quoi bon vouloir gâcher la fęte ? Désolé, mais je ne saisirai pas la balle au bond.
Je préfčre couper court ŕ la conversation et partir ŕ la rencontre de ma championne de femme qui ne va plus tarder ŕ apparaître ŕ l'horizon. En courant vers elle, dans l'autre direction, je croise des mines essoufflées et des visages qui en disent long. Ici, personne ne fait semblant, tout le monde part au charbon. Ŕ Rheinzabern, personne vous berne, tout le monde se donne ŕ fond. 

Et, vous savez quoi ? Et ben, c'est ça qui est bon !   


 
44e Edition Rheinzabern Osterlauf Ŕ RHEINZABERN, PERSONNE TE BERNE !
44. Rheinzabern Osterlauf

Platz Name Nat. JG Zeit Klas. Rang 
1 Baala Samir Vendenheim Athle FRA 0:32:36
2 Imbsweiler Marcus TSG Heidelberg 0:34:17
3 Colin Herve C.A. Boca Juniors 0:34:18
4 Rahm Felix LC Donnersberg 0:34:43
5 Weber Benjamin 0:34:44










J'calcule pas c'qui nous ralenti
Poto, j'ai besoin d'aller vite

Ajouter cette vidéo ŕ mon blog


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marathonien67 142 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines