Magazine Côté Femmes

Jour bleu... pour un grand jour!

Publié le 08 mai 2017 par Unechambreamoi

Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Jour bleu... pour un grand jour!
Il y a exactement neuf ans, je rodais sur la place de la mairie de Levallois, enceinte jusqu'aux yeux, prenant un peu le soleil, avec jean-Chou, pendant les cérémonies du 8 mai 1945.
J'envoyais un message à ma famille, avec une photo de moi: "je ne suis pas prête d'accoucher!".
Finalement les contractions allaient commencer dans l'après-midi, et dans la nuit du 9 mai, j'allais donner naissance à mon premier bébé.
Aujourd'hui, enceinte encore (pas encore jusqu'aux yeux mais on s'en approche), c'est face à la Méditerranée qu'on a fêté, avec un jour d'avance, l'anniversaire de notre aînée...
Je vous épargnerai le texte dégoulinant de mièvrerie, vous vendant la plus formidable des enfants, et vous disant que tout passe trop vite... Mais n'empêche, même si je n'ai pas la moindre frustration, même si j'ai la sensation d'avoir pu profiter d'elle chaque jour intensément depuis sa naissance, c'est vrai que ça passe... pas "trop vite", car j'adore la voir grandir, la voir devenir une grande fille, de plus en plus belle, gentille, drôle, passionnée, douce, et qui affirme de plus en plus son caractère...  mais ça passe quand-même très, très vite, incontestablement.
(Je viens donc finalement, et contre toute attente, d'écrire, quand-même, le fameux petit texte mièvre, mais comment faire autrement? Son anniversaire, chaque année, étant le mien aussi: celui de mon entrée bouleversante dans la vie de maman).
Sur ce, j'en retourne à ma quatrième grossesse... (il faut croire qu'on a aimé ça passionnément, devenir parents, et qu'on a eu envie, d'une certaine manière, de ralentir un peu le temps!) qui elle, passe à la fois très vite... et très lentement!
La vie et le pays ont bien changé, en neuf ans... Et aujourd'hui était un grand jour, aussi, celui d'un nouveau Président... A Paris, et à Nice, ici-même, sur la Promenade des Anglais l'été dernier, il s'en est passé, des choses, et pas des plus gaies... le genre d'horreurs qui nous ont tellement mis en colère, ici, qui auraient pu vraiment nous diviser.
En espérant que nos enfants puissent continuer à grandir dans un pays qui choisisse encore, dans cinq ans, et plus tard... l'espoir, l'avenir, l'unité et l'apaisement, plutôt que le culte de l'échec, du repli sur soi, du pessimisme, de la division entre les gens, du racisme et de la peur.
Mais au fond, si on a fait des enfants, c'est qu'on est optimiste, on y croit forcément profondément, à notre avenir ici... et qu'on ne perd pas de vue la chance qu'on a de vivre dans un pays dont on est fiers, dans lequel on a la chance d'avoir le droit de vote, de vivre libres, et, comparé à bien d'autres endroits sur terre, même si bien des choses sont à améliorer, et qu'aucun système n'est parfait... dans un état pas si catastrophique que ce qu'on a voulu nous faire croire. Et avec ça, même si certains se sont amusés à vouloir nous persuader que nous avions seulement le choix entre la peste et le choléra, nous vivons dans une démocratie... régime qui ne va pas forcément de soi, et qui est déjà une grande chance en soi.
 Une chance qui vaut bien de prendre la peine de se déplacer dans un bureau de vote pour, pas seulement s'exprimer, mais surtout agir pour notre avenir.
Parce que c'est de nos bulletins de vote que l'Histoire se rappellera... pas de nos tergiversations et opinions personnelles précédant les élections.
On y croit. Etre du côté de la vie et aller de l'avant. Ne pas mijoter dans une confiture de colère, de ressentiment et de haine, ni se laisser porter par les choix des autres, sans vouloir compter de notre propre voix.
Du moins, c'est le pari que je préfère faire.
Et puis, donner la vie à nouveau dans trois mois.
Jour bleu... pour un grand jour!

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Unechambreamoi 22397 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte