Magazine Environnement

Pucerons au potager

Par Gilles24 @osmosebio

Vos plantes sont envahies par les pucerons ? Vous n'êtes pas seul(e) dans ce cas !

Les pucerons sucent la sève des plantes et peuvent notamment leur transmettre des virus très virulents... ruinant ainsi vos efforts.

Pourtant la prolifération des pucerons sur vos cultures est loin d'être une fatalité...

Les causes de prolifération des pucerons

La première cause de la prolifération des pucerons sur vos cultures, c'est l'excès d'azote.

Aussi, sauf si une plante manque visiblement de cet élément indispensable à sa croissance (ce qui se traduit par le fait qu'elle ne pousse pas bien et prend une couleur jaunâtre), les engrais fortement azoté (guano, corne broyée, sang desséché...) sont à éviter.

De même, les apports de purin d'ortie (notamment très riche en azote) doivent être raisonnés et d'une manière générale limités au début de croissance.

Gardez également à l'esprit que même le compost, le fumier (en particulier s'il est frais) et autres amendements ou engrais organiques (mêmes naturels) peuvent, en dosage trop importants, entraîner un excès d'azote...

Il est donc primordial de fertiliser de façon équilibrée et adaptée aux besoins spécifiques de telles ou telles plantes. Par exemple, les légumineuses ( fèves, pois ou haricots), captent l'azote atmosphérique, et n'ont donc absolument pas besoin d'une fumure azotée... aussi si vous cultivez ces légumes sur une terre , ne serait-ce que préalablement enrichie, vous risquez fort de voir apparaître de nombreux pucerons !

Les méthodes naturelles pour préserver vos cultures des pucerons

Nous l'avons vu, le premier et le plus efficace des moyens pour ne pas voir ses cultures envahies par les pucerons repose sur une fertilisation raisonnée et adaptée.

Et, je ne le répéterai jamais assez, une biodiversité importante, en abritant une faune variée, sera garante d'un certain équilibre entre les populations animales, avec notamment de nombreux prédateurs des pucerons (à commencer par la coccinelle)... Aussi, vous aurez tout à gagner à diversifier et mélanger vos cultures (en intégrant notamment des fleurs ou des aromates) et à préserver des zones sauvages, non ou rarement fauchées... En agissant ainsi, les invasions de pucerons deviendront un mauvais souvenir.

Certaines plantes, comme en particulier la capucine sont extrêmement attractives pour les pucerons... Vous pouvez donc en semer ça et là au sein de votre potager. Les pucerons coloniseront en premier la capucine et délaisseront vos autres cultures particulièrement sensibles (fèves, haricots, concombres...).

Si malgré la mise en oeuvre de ces moyens préventifs, les pucerons sont présents en nombre, des pulvérisations de macération d'ortie, ou de menthe poivrée par exemple, les tiendront à distance des plantes ainsi traitées et éloigneront ceux éventuellement déjà présent.

Vous pouvez aussi, plus simplement, faire tomber les pucerons avec une pression d'eau importante (mais une plante fragile n'appréciera pas forcément...).

Citons enfin, pour être complet, des insecticides naturelles comme le purin d' absinthe ou encore la macération de feuilles de rhubarbe. Nombreux sont également les jardiniers qui utilisent du savon noir pour asphyxier les pucerons... Personnellement, je n'utilise aucune de ces méthodes radicales, les précautions et méthodes préventives présentées plus haut suffisant à préserver mes cultures des ravages dus aux pucerons (mais j'accepte par exemple que 2 ou 3 pieds de fèves soient envahis... attirant ainsi les coccinelles).

Pour consulter plus en détail ces méthodes naturelles pour éloigner les pucerons (avec notamment les recettes des préparations), je vous invite à remplir le petit formulaire ci-dessous (si vous avez déjà demandé mes guides gratuits, vous avez normalement déjà téléchargé ce document PDF).

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gilles24 27885 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines