Magazine Journal intime

L'isolement ultra connecté : la libération - Tome 3 - Chapitre 35

Par Deuxcentcinquanteetun @DeuxCent51

Chapitre 35

Après quelques heures d'examens complémentaires, Jean accepte enfin que je sorte de ma chambre, mais à la condition expresse que je ne me serve pas de mon comguide. Je lui dis que mes deux gris-unis me serviront de relais. Il fait la moue, devinant que je ne respecterais pas bien longtemps son ordre médical. Mais que peut-il ? Je suis têtu et j'ai des responsabilités. Mais pour le moment, tant que c'est possible, je vais laisser faire mes deux acolytes. Mes enfants, avant que je sorte, me font un énorme câlin. Je suis heureuse pour eux, même si je ne sais pas quoi sera fait l'avenir. Le poète reste avec eux, enfin heureux lui-aussi. Le pardon des enfants l'a revigoré. Il ne paraît plus aussi vieux qu'avant. Il joue presque avec eux, même s'il n'est pas capable de les porter. Mais les deux gris-unis femmes qui entourent mes enfants, jouent le jeu avec lui et font ce qu'il ne peut pas faire. Lorsque je sors de la chambre, ce sont des rires et des cris de joies que je quitte.
Une fois sortie, c'est une ambiance de plomb que je ressens. Certes, la communauté est soudée, mais ils savent tous que ce sont peut-être nos derniers instants. Et pourtant, chacun s'affère comme il peut. Les hommes de Jean, tous réunis cette fois, sans exclusion, ont renforcé la machine et ont démultiplié les effets sur les responsables du Conseil. Ils sont quasiment aveugles maintenant. Il est même possible qu'ils soient obligés d'utiliser comme nous des pages pour servir de messagers auprès des chefs d'armées.
Je retrouve dans le salon préparé pour être notre centre de commandement, avec des cartes, des gris-unis qui bougent des figurines, sorties de boîtes de jeux de rôles, représentant les forces en présence. On y voit les troupes du chef, dispersées tout autour de la Cité, le groupe des huit rescapés qui forment l'avant-garde. Tous se préparent à des combats difficiles, la guérilla en pleine jungle. Je vois aussi deux groupes qui se rapprochent, l'un désignant les derniers réfugiés de Léto, l'autre le groupe mené par l'architecte pour aller les chercher et les mettre à l'abri. D'autres groupes, plus petits, des hommes de l'architecte, placent des pièges, des barricades, détruisent les moyens de transports que pourraient utiliser les troupes de la Cité, dès que l'ordre d'attaque sera donné.
J'y retrouve Charles-Maurice, assis dans un coin de la pièce, toujours aussi désabusé. Je m'avance vers lui. Il est temps ! Charles-Maurice, tu peux toujours nous être utile, tu sais ! Tu connais mieux que quiconque la Cité, le Conseil, sa façon d'agir, de penser. Cela pourrait aider nos troupes à intervenir au mieux. Qu'en penses-tu ? Il me regarde, comme se réveillant d'un mauvais rêve. Il penche la tête, comme à son habitude quand il réfléchit, une main sur son menton.
"Oui, je peux faire cela. Je devine quels seront les premiers ordres et les premières tactiques qu'ils vont employer. Après, par contre, je ne sais pas ce qu'il se passera. Au début, ils vont faire une sortie triomphante, regroupée, pour étaler leur pouvoir aux yeux du peuple, et vous faire peur. Puis ils vont avancer droit devant. C'est là qu'il faut en tout premier lieu les intercepter, le plus rapidement possible, afin qu'ils perdent une partie de leur confiance en eux. Ils ne vont pas chercher à éviter la grande route, tant ils sont sûr d'eux et de leurs armements. C'est leur faiblesse. En réagissant vite et fort, ils seront déstabilisés. Ils vont mettre du temps à comprendre. Par contre, c'est après que je ne sais pas comment ils réagiront. Bien sûr, ils vont vouloir éliminer la poche de résistance de manière brutale, et ils y arriveront sans problème, passée la surprise. Mais que feront-ils ensuite ? Continueront-ils de suivre la grande route ? Ou seront-ils conscients des risques pris et passeront-ils sur d'autres chemins, moins faciles pour eux ? Les deux sont possibles... Peut-être même se scinderont-ils en deux groupes ?"
Et bien, tu voies ! Je t'en prie, tout ce que tu viens de me dire. Prends un gris-unis et informe le chef de toutes ces informations pour qu'il puisse s'organiser au mieux ! Je te remercie !
Il se lève, perdant un peu de son attitude gris-maussade.
Je contemple cette pièce. C'est une ruche. Chaque abeille s'agite pour faire ce qu'elle a à faire. Les guêpes s'approchent et c'est le branle-bas de combat. Et moi, suis-je la reine ? Non, je ne l'espère pas.
Je me rapproche de la table. L'architecte a rejoint le groupe de rescapé. Un gris-unis me donne l'information brute : plus de cinq cent personnes, mille peut-être ! L'architecte n'avait pas imaginé autant de monde, mais il fait ce qu'il peut pour les mettre en retrait, en les faisant conduire vers les grottes. Des détachements de soigneurs, d'accompagnateurs, devant l'ampleur, partent des grottes vers leur rencontre pour aider les plus fatigués, les plus jeunes ou les plus vieux. Quant à lui, il rejoint ses hommes qui préparent les pièges, et va aussi vérifier que la ligne de transport est inutilisable.
De l'autre côté, le chef a bien reçu les informations de Charles-Maurice. Il a déjà donné ses ordres en conséquence. Une troupe plus importante vient en appui du groupe des huit rescapés pour assurer une offensive éclair dès l'entrée des armées régulières dans la forêt. Il a compris l'importance de frapper vite et fort. Il a aussi compris que ces hommes là seraient probablement mort dans l'instant d'après. Il place néanmoins des soutiens à proximité, au cas où certains arriveraient à s'enfuir après l'action.
Et Léto ? Que vas-tu faire maintenant ? Nous sommes en train de mettre hors de danger tes derniers rescapés. Nous préparons de quoi te donner encore du temps. Où en es-tu ? Que peut-on faire pour t'aider encore plus ? Nous ne pourrons résister. Toi seul, je ne sais comment, sais quoi et comment faire. Tu es notre dernier espoir !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Deuxcentcinquanteetun 544 partages Voir son profil
Voir son blog