Magazine Cinéma

J.J. Abrams ou l’éternel recommencement - Erwan Desbois

Par Just1 @JustinKwedi
J.J. Abrams ou l’éternel recommencement - Erwan Desbois
J.J. Abrams est sans conteste un des auteurs les plus reconnus et populaire de l’Entertainment américain des 20 dernières années. Le couronnement de ce statut eu lieu lorsqu’il reprit les rênes de la plus fameuse saga de l’histoire du cinéma avec Le Réveil de la force (2015) où il donnait une suite l’univers de Star Wars. Cependant cet aura de wonderboy moderne lui est parfois contestée car contrairement à ses modèles Steven Spielberg ou Georges Lucas, Abrams semble faire toujours reposer ses productions sur des réussites préexistantes. Cela passe par les archétypes d’un genre avec l’espionnage de la série Alias, la reprise d’une franchise pour Mission Impossible 3 ou Star Trek, la réappropriation d’un imaginaire avec un Super 8 sous influence Spielberg ou encore la série Fringeet son postulat à la X-Files
J.J. Abrams ou l’éternel recommencement - Erwan DesboisL’ouvrage d’Erwan Desbois ne renie pas cette filiation/reprise inhérente à toute la production d’Abrams, mais y voit une thématique et un moteur créatif plutôt qu’une paresse de sa part. L’admiration et la déférence à ses aînés se dessine dans le parcours même d’Abrams, enfant de la balle ayant longtemps officié dans l’ombre en tant que scénariste et surtout script doctor. La renommée sera arrivée plus tardivement et d’abord grâce à la télévision. Chaque œuvre se lance ainsi dans un « à la manière de » avant de placer cette parenté au cœur même de l’œuvre, par la narration mais également dans une dimension méta. Se confronter avec harmonie ou dans le conflit à ce qui nous a précédés, à ce à quoi notre parcours et notre éducation nous prédestine, telle est la problématique des héros d’Abrams mais aussi de l’auteur lui-même à travers les modèles qu’il s’approprie. Erwan Desbois illustre ces mécanismes d’Abrams de façon passion en convoquant la philosophie et la notion de karma dans le cheminement des héros de la série Lost
J.J. Abrams ou l’éternel recommencement - Erwan DesboisLes trouvailles et audaces narratives de la série construit ainsi les personnages dans cette dualité entre ce qu’ils furent et ce à quoi ils peuvent aspirer dans cet espace vierge de l’île où ils peuvent se réinventer spirituellement.La série Alias avec ses ramifications complexe dresse la prédestination de Sidney Bristow à son statut d’espionne et toute l’œuvre la verra affronter cet état. Les personnages d’Abrams restent irrémédiablement humain, sans réelle faculté extraordinaire ni aura d’élu (reflet de la propre modestie d’Abrams face aux monuments qu’il reprend) et accomplissement passe par une sagesse, une paix avec eux même propre à rétablir une forme d’équilibre dans leur univers. La colère et le ressentiment envers le passé conduit au parricide du Réveil de la force, l’expérience et la sagesse amènent la réconciliation des adultes grâce aux enfants de Super 8. Cette instabilité traverse toutes ses productions avec l’héritage pesant (pour le capitaine Kirk par rapport à son père dans Star Trek, pour le héros de Fringe face à ce même père) dont il est difficile de se détacher. 
J.J. Abrams ou l’éternel recommencement - Erwan DesboisAbrams s’identifie ainsi par ses constantes reprises à la situation de ses personnages eux aussi sur les traces de leurs aînés. Erwan Desbois montre bien la manière de plus en plus subtile et personnelle qu’a l’artiste de faire sien les univers qu’il reprend. Cela passera notamment par des caractérisations de personnage et des postulats donnant dans l’archétype identifiable avant de l’emmener ailleurs. Dès lors Abrams s’autorise tout pour déconstruire ce qu’il a présenté, que ce soit les reset narratifs nombreux émaillant Alias, l’introduction des univers parallèles dans Fringe ou encore les timelines différentes de sa version de Star Trek. Ce dernier est d’ailleurs un bon exemple avec un premier film revisitant l’univers de Gene Roddenbery par une cohabitation déférente entre le passé (le Spock originel interprété par Leonard Nimoy) et le présent. 
J.J. Abrams ou l’éternel recommencement - Erwan DesboisCe qui fait échapper Abrams au statut de petit malin, c’est l’implication personnelle et le cœur qu’il met à ses relectures. Erwan Desbois le dépeint de façon passionnante à travers Super 8où l’imaginaire Amblin de Steven Spielberg sert à la fois son inventeur mais aussi la propre enfance d’Abrams qui réalisait tout comme ses jeunes héros des court-métrages à la manière de son modèle. On peut trouver la démarche parfois artificielle (Mission Impossible 3 simple épisode d’Alias dopé aux moyens hollywoodiens) ou trop déférente (Le Réveil de la force qui aurait pu tout réinventer et se contente de rassurer les fans par ses enjeux, personnages et situations éculés) mais quand cela fonctionne, Abrams se montre le seul capable de vraiment amener un regard vraiment singulier dans le contexte de redite (remake, reboot, suite et autre spin-off ayant pris le pas sur les créations originales chez des studios hollywoodien frileux) qui gangrène actuellement le cinéma américain à grand spectacle. L’analyse dense et précise d’Erwan Erbois donne en tout cas envie de se replonger dans la galaxie Abrams.
Edité chez Playlist Society

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Just1 4117 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines