Magazine High tech

F*ck au syndrome de l’imposteur

Publié le 23 octobre 2017 par Julia @dj0uli0u

C’est fou à quel point nous avons tous ce syndrome en commun. Mes deux premières années en Freelance ont été une véritable colocation avec ce syndrome. Et puis au fil du temps, j’ai appris à l’apprivoiser. Avec les moyens du bord. Ce sont mes astuces, elles ont le mérite d’exister et de bien souvent fonctionner. Je te les partage donc aujourd’hui, pour que toi aussi tu puisses dire f*ck au syndrome de l’imposteur.

Puiser dans mes souvenirs

Un peu comme Harry Potter plonge dans la pensine de Dumbledore. Je me force à me rappeler tout ce que j’ai déjà accompli. À toutes les actions rondement menées au cours de ma petite vie professionnelle. Je me focalise plus précisément sur celles que je pensais impossibles à exécuter sans faire des conneries sur mon passage. Et qui, pour être très honnête avec moi même, se sont tout de même terminées avec les félicitations du jury de mes clients. Mais souvent ça ne suffit pas à faire disparaître ce syndrome.

Prendre de la hauteur

J’essaie de me placer en dehors de mon corps, en dehors de mon esprit (oui c’est chelou je sais). J’essaie de me considérer comme une personne que je ne connais que très peu. Ou en tout cas mettre de côté toutes mes émotions pour ne me concentrer que sur des trucs factuels. C’est à dire me demander (parfois à voix haute, encore plus chelou je sais) : « Quelles sont les qualités de Julia ? » , « En quoi ses compétences et sa personnalité peuvent être mis à contribution pour honorer cette mission génialissime ? ». Généralement, ça m’aide à minimiser « l’impressionnance »  (ouais aujourd’hui j’écris des mots bizarres, j’assume !) de la mission que l’on souhaite mon confier par exemple (ou d’une mission à laquelle je souhaiterai postuler par exemple).

Et si j’échoue ?

Et puis il y a cette petite voix qui arrive, et qui me parle d’échecs-bla-bla-bla. Et bah oui, il y a des chances pour que j’échoue. Tout comme il y a des chances qu’une voiture me renverse au prochain passage piétons que je vais traverser. Ce sont des choses qui arrivent, même aux meilleurs. Et quelqu’un qui réussi très bien aujourd’hui est quelqu’un qui a échoué plusieurs fois dans le passé. S’accrocher à tes peurs ne t’apportera rien de bon. Alors qu’au contraire, les échecs sont bénéfiques.

Ne pas céder

Parfois, même après ces 3 étapes, je me retrouve toujours à hésiter, à me torturer l’esprit dans tous les sens. Généralement, je me tourne en dernier recours vers mes business bestie. Ils me secouent comme un prunier en me répétant : ne pas céder, ne pas céder, ne pas céder à ce syndrome pourri. Et foncer. Croire un peu en soi et s’autoriser un super challenge. Qui sait, peut-être que c’est cette opportunité qui va changer ta vie ? 

Raconte moi ta relation avec ce syndrome !

Le syndrome de l'imposteur chez les Freelance

Ils sont prêts

Facebook

Reste connecté(e) sur Facebook !

Youtube

Viens suivre mes aventures sur Instagram !

Twitter

Prends contact sur Twitter !

Youtube

Je partage mes astuces sur YouTube !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Julia 3517 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte