Magazine Journal intime

Foison de vies - Chapitre 12

Par Deuxcentcinquanteetun @DeuxCent51

Chapitre 12

Vie 1

Bien qu'il passe de longues heures à travailler, lire des livres au départ abscons sur l'astrophysique, les embryons de théories portant des noms loufoques, comme la théorie des cordes, il passe toujours autant de temps à écrire, pour lui seul, sur ses cahiers sans spirale. Parfois, sur son ordinateur, il les recopie. Il se met même en tête d'écrire, "pour voir", une pièce de théâtre en vers, sur des sujets aussi futiles pour les autres que l'amour, l'honneur et l'inconscience de cette humanité qui l'entoure...
Le théâtre, un lieu et un temps particulier, où les humains n'existent pas réellement mais sont si vrais, où les humains sont si... humains, et pourtant "pour de jouer". Jouer, mais jouer les tréfonds de l'humanité, les bas-fonds des sentiments, les sommets des idéaux, et tous ces marécages des mensonges, des faux-semblants, des intrigues, des trahisons...
La Mort : Il est vrai, mon regard fut vraiment amusé :
                Ta drôle d'allure, ton air embarrassé...
Le Héros: Embarrassé, en quoi?
La Mort :                                    Je ne sais, moi!
Le Héros :                                                           Parlez!
La Mort : Peut-être as tu connu un rendez-vous manqué;
                Rendez-vous d'amour où Venus t'a fait défaut?
Le Héros: Mais je ne vous permets pas...
La Mort :                                                  Tout doux, louveteau!
                Tout doux! N'oublie pas à qui tu parles, mortel!
Le Héros: Je ne l'oublie pas, mais l'honneur ici s'en mêle!
La Mort : L'honneur! L'honneur! Sais tu seulement ce que c'est?
                L'honneur est à double tranchant, bon ou mauvais!
Le Héros: Et alors! Si son plus beau cote pour me plaire
                Est de crever, ainsi, la face contre terre!
                Mais ma dignité bien dressée, là vers le ciel,
                Toute flamboyante!
La Mort :                                Cesse cette Kyrielle!
                Méfies toi! Tu pourrais me donner des idées!
Le Héros: Qu'elles viennent donc! Je ne suis pas effrayé!
La Mort : Ta fin ne t'effraie pas?
Le Héros:                                    Au contraire, je l'aime!
                Chaque jour que je vis, je rêve qu'elle vienne.
                Il ne m'est plus douce pensée que celle-ci.
                Je vis, pourtant je ne souhaite que mourir.
La Mort : Et pourquoi ce beau corps, comment cette âme fine
                Ont ils bien pu permettre un si sombre désir?
Le Héros: C'est que le monde des hommes est bien trop pauvre.
                Je ne saurais oser prétendre que les autres
                N'ont pas d'amour. Hélas! Aucune n'a le baume
                Qui soignerait mon cœur, m'offrant son toit de chaume,
                Qui saurait mes larmes sécher!... Voilà, martyre,
                Quelle est l'origine de mon trouble et mon ire...
La Mort : Par dépit, tu es prêt à mourir maintenant
                Et ici? Quel sombre destin! N'être l'amant
                D'aucune maîtresse et donc pester pour cela
                Contre le monde entier qui ne s'en soucie pas!
Le Héros: Non, vous continuez à vous moquez de moi!
La Mort : Si c'est l'amour que tu cherches, n'y compte pas!
                Cupidon ne fait pas partie de ma cohorte!
Le Héros: Je le sais bien. Mon vœu est de toute autre sorte.
La Mort : Tu désires grossir le nombre de mes troupes.
Le Héros: Oui et sur le cheval Pégase aller en croupe!
La Mort : On ne commande pas La Mort!
Le Héros:                                                  Non pas! Un vœu !
                Une quête! Un souhait! J'en suis très désireux
La Mort : Non... J'ai d'autres projets pour toi. Et ta présence...
Le Héros: Mais...
La Mort :             Si tu réussis, viendra ta récompense!
Ces personnages, symboliques, si naïfs, mais en même temps pour lui, si réels, expriment ses propres interrogations, ses propres turpitudes, ses propres secousses d'un corps hébergeant un esprit rationnel et un cœur qui ne l'est pas du tout... Il aime, oui, toujours et encore, cette ange qu'il ne fait que croiser dans la vie réelle que de temps en temps, mais qui occupe son esprit comme une drogue dont il ne peut plus se débarrasser. Alors il lui dédit bien sûr un personnage, ou plusieurs mêmes, mais avec plus de dramaturgie que de romantisme effréné. De même, il ne supporte pas l'injustice et son incapacité à être réellement avec des personnes qui l'écoutent vraiment, qui lui parlent, non pas d'eux, mais de lui, sans qu'on lui fasse de reproche...
Le Héros : Mais que leur arrivent ils tous? On me suspecte.
                Comment!? Moi qui toujours ai défendu l'ancêtre!
                Personne à par moi n'est plus soucieux de justice!
                Partout je pourchasse le mal pour qu'il périsse!
                Y a t'il un abus, ou quelque tyrannie,
                Que le héros surgit pour aider l'insoumis!
                Une juste cause prend elle son essor
                Que voilà dévoué à ses côtés mon sort!
                Un litige apparaît qu'aussitôt je deviens
                L'intermédiaire quand il n'y a plus de lien!
                Comment peut on m'accuser d'un assassinat?
                M'a t'on vu, même en colère, lever mon bras?
                Quant à la Reine dont je voulais être aimé,
                Dans un cachot sombre et froid, elle m'a jeté.
                Je vois combien elle remercie les acteurs
                De son succès. J'aurais dû, loin de ces rumeurs
                Politiques, de ces espoirs de souverains,
                Me tenir à l'écart en conservant mes mains.
                Moi qui avait jusque là conservé intacte
                Mon indépendance, refusant tous les pactes
                Qui me liraient d'une quelconque manière
                A des crapules ou à des chefs sanguinaires!
                Moi, renonçant sans un remords à tous plaisirs
                Dont l'origine ferait mon âme rougir!
                Moi, pesant chacun de mes gestes, de mes mots
                Pour ne pas blesser! Moi, n'étant pas vraiment sot!
                Quelle idée m'est venue de saisir cette lance?
                Est-ce donc par peur pour mon épée d'une outrance?
                ...
                Je ne me suis pas du tout battu pour mon sort!
                J'avais fait confiance en la Reine, bien à tort!
                Mais de là à m'emprisonner sans un procès?
                La Mort est rusée, m'accusant de son méfait.
                J'entrevoie l'horreur de cet esprit si sournois.
                Mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi?
                Non pas le pourquoi du choix de la Mort, pas plus
                Des conclusions de la Reine, de cet abus!
                Mais de ma destiné! Qui fut donc irrité
                A ce point à mon sujet? Qui? Divinité?
                Prince des Ténèbres? Quelques puissants d'ici
                Ou d'ailleurs? Je ne sais vers qui pousser mon cri?
                Ah! Qui ai je offensé pour subir son courroux?
                Vais-je mourir ainsi? C'est à devenir fou!
                N'y a t'il donc aucune équité ici bas?
                Aaah! Qui va m'aider? Qui? ... Quel Dieu ou quel magnat?
                Je ne connais personne ici. Et à quoi bon?
                Viendrait on apporter de l'air à ma prison?
                Je peux bien attendre, personne ne viendra!
                Que puis je faire? Qui m'ouvrira donc ses bras?
                Vais je crier à l'aide? On ne m'entendra pas!
                Je n'ai ici comme auditeur rien que des rats!
                Je crie, je supplie... En vain! Les rats continuent
                Leur œuvre, grignotant l'espoir qui ne suit plus!
                Leurs dents si acérées viennent las! macérer
                Mon âme ensanglantée et mon corps enfermé!
                Ce grouillement putride affecte mon cerveau
                Isolé. J'aurais tant à dire sur mes maux!
                Ah si seulement là, on voulait m'écouter...!
                Grand Dieu! Si je pouvais parler?
Et surtout, il suit encore et toujours son modèle, cet honneur, cette fierté de ne pas s'agenouiller, même dans les plus durs moments, ne jamais rien montrer, rien, à personne. Souffrir oui, mais souffrir en silence, loin des regards et des yeux malicieux...
Le Héros: Quoi? Par la petite porte, je sortirai!
Avarice : Comment? Au grand jour! Réhabilité? Jamais!
Le Héros: Devant mon refus de reconnaître un méfait
                Que je n'ai pas commis, votre esprit froid renaît.
                Il vous faut trouver une autre idée maléfique
                Pour venger la fin de ce père tyrannique.
                Vous vous résolvez donc à me faire évader
                Pour pouvoir mon honneur de la sorte souiller.
                Mais, Avarice, ce que vous ne savez pas,
                C'est l'important, pour moi, de ce qui ne l'est pas.
                Peu m'importe demain d'être décapité,
                Si à ces chantages, j'aurai su résister!
                Vous voudriez, pour me sauver, que j'abandonne
                Ma fierté, mon honneur! Que je fuis sans vergogne!
                Qu'au fond des miroirs de ma conscience sacrée,
                Je ne vois rien d'autre que dols et lâchetés!
                Vous voudriez que ma vie soit jonchée de peurs,
                De hontes et d'ombres, que mes nuits soient pâleur,
                Que je me terre, seul, accusé par erreur
                D'un crime dont je ne suis que le spectateur.
                Non! Vous pouvez offrir ce pardon fallacieux
                A quelque manant mal léché!
( En même temps qu'il dit ces dernières paroles, il déchire le papier. )
Avarice :                                                 Quel prétentieux!
                Mais votre vanité va vous coûter la vie!
Le Héros: Qu'importe si ma liberté est à ce prix!
                Je préfère mourir enchaîné par mon corps
                Mais libre de cœur que vivre avec un remords.
Alors qu'il étudie les astres lointains, dont la lumière qui nous parvient est parfois un signe de vie disparu depuis des millions d'années, il plonge alors son esprit sur le rapport humain entre la vie et la mort. Tout être vivant doit un jour mourir. Mais pourquoi cette tristesse ? Pourquoi cette vie si difficile, alors qu'elle devrait être festive et un cadeau universel ? Pourquoi tant de douleurs qui ne vont que s'épandre sur son papier noirci auprès de tant de blancheur ?

Je suis venu pleurer sur vos tombes sarclées

Je suis venu pleurer sur vos tombes sarclées
Afin de mieux laisser pousser la pourriture.
Je suis venu voir vos messages sans futur
A jamais sur le blanc de vos linceuls graves.

S'il faut les croire, le monde est vidé sans vous ;
Presque autant que doivent l'être vos noirs tombeaux.
Pourtant, de vous, s'il ne reste que des os,
Je croise des gens en vie ; n'en déplaise à vous !

Vous n'étiez pas uniques ni irremplaçables.
J'en veux pour preuve ce monde qui continue
Inlassablement de remplir ces endroits nus
Que vous occupez, sans se briser, insatiable.

Vous étiez poussière. Poussière devenez !
La vie n'est pas vainqueur mais l'infiniment mort.
Je n'y peux rien, aussi vous laisse à votre sort,
Avec les vers, par la pourriture imprégnées.

Mais où que vous soyez, posez-vous la question:
A quoi ont servi vos amours décomposées ?
La vie est un mensonge abject, un jeu faussé.
La sentence est toujours la décomposition.
Entre deux théories, entre deux exercices et examens, il continue, isolé, à vivre ce que la vie lui laisse à vivre, un théâtre de marionnettes en jeux d'ombres sur un fond blanc immaculé dont personne ne peut voir la viduité et la plénitude d'une vie de plus de cent ans déjà écoulé dans un corps pourtant si jeune...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Deuxcentcinquanteetun 718 partages Voir son profil
Voir son blog