Magazine High tech

Sans clients, on fait quoi ?

Publié le 11 décembre 2017 par Julia @dj0uli0u

Aujourd’hui, je laisse la parole à Julie. 

Hello ! Alors que la neige toooooombe grave ici, je suis de retour sur le blog de Julia pour un nouveau billet invité et le sujet s’est imposé naturellement de lui-même car je traverse actuellement ma toute première phase d’angoisse que j’ai nommée « NCL » : No Clients Land.
En 8 ans de freelancing, je n’ai jamais eu à déplorer de baisse d’activité, il fallait bien que ça arrive… Je ne suis pas à zéro client hein mais, pour la première fois, mon planning (novembre-décembre) n’est pas full !! Ca pourrait être source d’une petite déprime, d’une remise en question générale voire la remise en cause de mon statut mais…ce n’est pas le genre de la maison et, vous allez le voir, il existe plein de manière d’occuper et de rendre productif ce genre de creux de la vague !

On optimise sa visibilité et on prospecte !

Les périodes calmes sont le moment idéal pour mettre à jour son site web ou sa « vitrine » quelle qu’elle soit.
Quand on est en plein rush, il est souvent difficile de s’occuper de ses clients et de soi dans le même temps et avec la même rigueur donc je pense qu’il n’y a rien de tel qu’un rythme d’activité moins intense pour soigner sa visibilité.
Ça passe par la mise à jour de son site web professionnel, par exemple :
– rafraichir les contenus
– changer des visuels / des bannières
– mettre à jour ses références avec ses dernières missions réalisées
– ajouter les témoignages de ses derniers clients
Et c’est valable aussi pour les réseaux sociaux. On redonne ainsi un peu de fraicheur à son compte LinkedIn, sa page Facebook ou son compte Pinterest par exemple.
Si on n’a plus (ou pas encore) de cartes de visite, de flyers ou tout autre support de comm’, c’est le moment de s’en occuper aussi, et idem pour tout ce qui concerne le matériel de bureau : dernièrement j’ai opté pour des enveloppes personnalisées de Saxoprint.
Puis, on consacre du temps (je veux dire plus que d’habitude) à la prospection ! On source les appels d’offres, on optimise son profil Malt (HopWork de son ancien nom) et on va voir ce qui se passe du côté des offres de missions, on démarche des clients potentiels, on dépose sa carte de visite là où c’est pertinent pour son activité, on participe à des évènements et rassemblements d’entrepreneurs, on travaille son réseau… etc.

On ne s’arrête pas de produire

Période creuse ne veut pas dire chômage technique hein !

En plus d’accentuer sa veille habituelle (sur son métier et sur son secteur d’activité), on prend du temps pour se former à de nouveaux outils, de nouvelles techniques…etc.

On en profite aussi pour produire des contenus  comme des visuels et des articles pour le blog de son site web pro. C’est aussi l’occasion de prendre de l’avance et, comme on sait que souvent l’activité marche par cycles, on se permet d’anticiper la prochaine période intense. On conserve ainsi au chaud des contenus intemporels qu’on pourra utiliser et relayer lorsqu’on n’aura pas le temps de produire de nouvelles choses.

Ca peut aussi être l’occasion d’attaquer un gros chantier qu’on n’aurait pas encore eu le temps de démarrer, comme la création d’un e-book par exemple ou d’une formation qu’on pourrait vendre par la suite.

On s’auto-analyse et on réfléchit !

Comme son cerveau est plus disponible qu’à l’habitude, on en profite pour le faire fumer (ouais ouais ^^).
C’est le moment idéal pour se faire une petite rétrospective des semaines ou des mois qui viennent de s’écouler : qu’est-ce qui a marché ou moins bien marché ?
De là, on pense aux améliorations et optimisations de l’existant : qu’est-ce que je pourrais faire mieux ou d’une autre manière ?
On optimise ses différents process du quotidien : gestion de sa to do / gestion clients / gestion de son argent…etc.
On se brainstorme sur de nouvelles idées et potentiels nouveaux projets qui nous plairaient, qui nous font rêver ou qui sont juste là, à notre portée.
On se définit de nouveaux objectifs pour l’avenir ! C’est une manière d’aller de l’avant bien sûr et de se rebooster en période un peu down mais c’est aussi le moyen de savoir où on veut aller et comment on compte y parvenir concrètement.

Bref, une baisse d’activité peut aussi être une phase super constructive pour tous les points que je viens de vous citer.

Vous validez ? :)

Sans clients : on fait quoi ?!

Ils sont prêts

Facebook

Reste connecté(e) sur Facebook !

Youtube

Viens suivre mes aventures sur Instagram !

Twitter

Prends contact sur Twitter !

Youtube

Je partage mes astuces sur YouTube !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Julia 3517 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte