Magazine Cinéma

Le Masque arraché - Sudden Fear, David Miller (1952)

Par Just1 @JustinKwedi
Le Masque arraché - Sudden Fear, David Miller (1952)Dramaturge à succès, Myra Hudson assiste aux répétitions de sa prochaine pièce. Le comédien qui a été choisi pour le rôle ne la convainc guère, et elle décide de le remercier. Quelques semaines plus tard, et alors que la pièce est fort bien accueillie, Myra prend un train pour la ramener à San Francisco et tombe sur le jeune comédien en question, Lester Blaine. Ils discutent, et il la séduit par son charme, son humour et son humilité. Très vite, ils se marient. C'est alors qu'Irene Neves, une ancienne petite amie de Lester, resurgit de façon inattendue.
Le Masque arrachéest un film noir qui participe à la réinvention de Joan Crawford de son fracassant départ de la MGMson arrivée dans le giron de Warner. Icône glamour des grands mélodrames et women pictures MGM, Joan Crawford saura se réinventer en acceptant sa maturité à l’écran notamment avec Le Roman de Mildred Piercede Michael Curiz (1945) ou plus tard Johnny Guitare de Nicholas Ray (1954). Le Masque arraché sans atteindre ces hauteurs s’inscrit donc dans cette idée avec ce personnage de dramaturge riche, solitaire et vieillissante retrouvant la flamme en se sentant aimée par un séduisant acteur (Jack Palance). 
Le Masque arraché - Sudden Fear, David Miller (1952)La première partie romantique tisse donc de splendides contours chatoyant à travers des vues majestueuses de San Francisco, la luxuriance des intérieurs cossus de la demeure de Joan Crawford et la photogénie avantageuse de cette dernière soulignant son épanouissement amoureux. Les quelques indices avant-coureur seront le calcul qu’on devine dans l’attitude de Jack Palance. L’acteur est cependant là à cheval entre les méchants monolithique et intimidant où il excelle et les emplois plus intellectuels qu’il sut également incarner (Le Grand Couteau de Robert Aldrich notamment). Toute cette recherche esthétique soulignant une plénitude romantique est retournée à mi-parcours avec l’arrivée du personnage vénéneux de Gloria Grahame. A la candeur amoureuse de Joan Crawford, Grahame impose une sensualité agressive et des airs sournois que David Miller souligne par des ellipses lourdes de sens. Tout devient plus oppressant par la grâce de la photo de Charles Lang appuyant de façon inquiétante les traits anguleux de Jack Palance, travaillant les atmosphères urbaines d’une tonalité sinistre. 
Le Masque arraché - Sudden Fear, David Miller (1952)Le Masque arraché - Sudden Fear, David Miller (1952)La réussite est plus formelle que scénaristique, le triangle amoureux développant des rebondissements assez téléphonés et attendu (autour d’une assurance à toucher entre autre) dans le genre. Le film fonctionne donc sur des moments plus qu’un ensemble cohérent. Le surjeu de la femme amoureuse de Joan Crawford se répercute sur celui de la victime traquée où David Miller multiplie les gros plans expressionnistes sur son visage terrifié et en nage. L’effet est parfois efficace (un flashforward sur sa vengeance) mais lasse par son abus et la dernière partie est plus réussie visuellement que dramatiquement. San Francisco s’avère un sacré environnement de film noir lors de la traque finale, le jeu des hauteurs et pentes créant un effet hypnotique qui mène à une confusion mortelle. A voir donc ne serait-ce que pour le brio plastique. 
Le Masque arraché - Sudden Fear, David Miller (1952)Le Masque arraché - Sudden Fear, David Miller (1952) Sorti en dvd zone 2 français chez Rimini

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Just1 4635 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines