Magazine Journal intime

Correspondances : Epilogue

Par Deuxcentcinquanteetun @DeuxCent51
Le silence du papier griffonné
Parfois emporte les plus belles mélodies
Celle d'un temps sans fausse note
Les tâches d'encre dans l'air parfumé
À l'encens du santal subliment cet oubli
Celui d'un temps pour un ilote
Les mots sont des images délicieuses
Où les émotions se mêlent à la raison
Un moment inscrit au passé
La voix se tait, elle se fait précieuse
Ouvrant la porte d'un passage sans saison
Un moment d'une éternité
Sous le blanc manteau d'une âme isolée
Se réchauffent les mains des sombres naufragés
Quête d'un instant de répit
Le manteau d'illusion vient s'étaler
Sur le sol souillé des certitudes gelées
Quête d'un instant, thérapie
Quand la Lune se reflète dans sa rivière
Produisant mille éclats de souvenirs
Une seconde évaporée
Quand le Soleil inonde sa propre lisière
Ils soignent les racines des soupirs
Une seconde mordorée
Monologue dual brisant l'isolement
Des chemins de traverses sans retour
L'imminence de la suffocation aidant
Dialogue unilatéral d'un ancien dément
Ouvrant la voie ne souffrant un détour
L'imminence de la révélation plaidant
L'important n'est pas le point d'arrivée
Puisqu'il sera le même pour tout un chacun
L'instantané de l'interdépendance
Les questions poursuivront leurs destinées
Car aucunes ne sauraient connaître de fin
L'instantané d'une seule existence

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Deuxcentcinquanteetun 544 partages Voir son profil
Voir son blog