Magazine Journal intime

Le cycle de l'eau

Par Deuxcentcinquanteetun @DeuxCent51
L'eau s'écoule toujours, même sous la contrainte
Elle parvient à se frayer son chemin sans crainte
Le passé est devant elle, le futur n'est pas arrivé
Qu'elle s'arrête et la stagnation la fera virer
L'eau se fond dans les sols, entre les plus dures des roches
Elle se faufile partout, tel un fantasque Gavroche
Le fond est empli de vase et de nénuphars jusqu'à la surface
Que son lit soit détruit et de voir disparaître toute sa paroisse
L'eau s'évapore, emportée par le vent léger de l'après-midi
Elle se condense sur les feuilles au matin engourdi
L'impermanence se fait un cycle, une interdépendance
Qui nourrit les uns en asséchant les autres, transcendance
L'eau plonge en gouttelettes ou en blancs flocons
Elle transpire le long des courants d'airs de cotons
L'âme peut s'y perdre, noyée dans les armes blêmes
Qui coulent le long des virages de nos anathèmes
L'eau est la vie, autour et en nous, quelque soit notre sort
Elle renferme dans ses sédiments futurs aussi notre mort
Le cycle de l'eau

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Deuxcentcinquanteetun 718 partages Voir son profil
Voir son blog