Magazine Cinéma

La Proie de l'autostop - Autostop Rosso Sangue, Pasquale Festa Campanile (1977)

Par Just1 @JustinKwedi
La Proie de l'autostop - Autostop Rosso Sangue, Pasquale Festa Campanile (1977)
Un couple d'italiens Walter et Eve Mancini, un journaliste ivrogne et sa très sensuelle épouse, voyage au sud de la Californie en caravane. Ils prennent en stop un malfaiteur en cavale, Adam Konitz, qui s'avèrera être également un peu psychopathe...
Pasquale Festa Campanile est une figure injustement oubliée du cinéma italien qui sut amener une touche singulière et subversive dans une filmographie s’attachant dans l’ensemble à des genres populaires/commerciaux du cinéma italien. Cette sensibilité vient d’un parcours avant tout intellectuel qui le verra s’imposer en tant qu’écrivain reconnu avant de signer des scénarios pour des réalisateur aussi prestigieux que Mauro Bolognini pour (entre autres) La Viaccia (1961), Elio Petri sur L’Assassin (1961) ou encore Dino Risi avec Pauvres mais beau (1957). 
La Proie de l'autostop - Autostop Rosso Sangue, Pasquale Festa Campanile (1977)Lorsqu’il passera à son tour à la réalisation Campanile s’attache dans ses meilleurs films à des questionnements progressistes sur l’identité sexuelle avec Le Sexe des anges (1964) traitant des castrats ou plus tardla notion transgenre et l’homosexualité dans Personne... n'est parfait ! (1981) ou Più bello di così si muore (1982). C’est dans la comédie sexy que le réalisateur donnera son meilleur avec les excellents L’Amour à cheval (1968) et Ma femme est un violon (1971). Campanile y traite des relations homme/femme, la notion de domination/soumission au sein du couple et la manière dont une sexualité différente peut le détruire et/ou le raviver. Le fantasme y est interrogé dans sa facette pouvant être ludique ou oppressante selon qu’il est partagé ou forcé.
La Proie de l'autostop - Autostop Rosso Sangue, Pasquale Festa Campanile (1977) La Proie de l’autostopsemble au premier abord détoner dans cet ensemble puisqu’il s’agit d’un pur thriller, s’inscrivant de plus dans le sous-genre controversé du rape and revenge. Dès l’introduction où en pleine partie de chasse la lunette du fusil de Walter (Franco Nero) hésite entre un cerf et son épouse Eve (Corinne Clery) comme proie, le ton est donné. Marié à la fille de son patron, Walter est un macho blessé dans sa virilité et noie son dépit dans l’alcool ou en rudoyant sa femme. L’agressivité est autant verbale que physique avec une sexualité brutale du couple ou la notion est mince entre élans fiévreux et viol conjugal. Eve le soulignera d’ailleurs par un dialogue cinglant quand elle verra de jeunes amoureux coucher ensemble dans leur camping : « Eux ils couchent ensemble, nous on baise ». Cette tension va s’accentuer lorsque le couple (roulant sur les routes californiennes) va prendre en stop Adam Konitz (David Hess) malfrat en cavale et inquiétant déséquilibré. La cohabitation forcée va façonner un triangle « amoureux » des plus destructeurs.
La Proie de l'autostop - Autostop Rosso Sangue, Pasquale Festa Campanile (1977)Adam est un monstre imprévisible exacerbe les maux du couple, son machisme n’étant qu’un avatar dément de celui de Walter et dont Eve est à la fois la victime et la complice pour se venger de son époux. Campanile montre la graduation de ce schéma, d’abord dans la conversation durant le trajet où Adam manipule les époux et les place face à leurs contradictions dont il s’amuse. Le trio s’allie et s’oppose au fil d’un récit reposant sur la pure tension psychologique mais aussi des mécanismes de thriller sous influence. La présence de David Hess ravive ainsi le souvenir douloureux de La Dernière maison sur la gauche de Wes Craven (1972) dont il était l’inoubliable méchant, l’angoisse latente sur fond de grands espaces naturels et routiers rappelle le Duel (1971) de Steven Spielberg, le tout étant zébré d’élans sanglant typiques du cinéma de genre italien. 
La Proie de l'autostop - Autostop Rosso Sangue, Pasquale Festa Campanile (1977)Campanile ajoute à l’ensemble une ironie cinglante dans l’hyper masculinité caricaturale des deux protagonistes masculin, la monstruosité d’Adam donnant un mimétisme progressif à l’attitude de Walter. Le réalisateur brise même les barrières morales dans la scène où Adam abuse d’Eve, le choc étant démultiplié de façon inattendue : la souffrance de la jeune femme se confond ainsi à une vengeance plus ou moins conscience envers son mari dont la sacrosainte virilité est brisée en assistant impuissant à l’acte.
La Proie de l'autostop - Autostop Rosso Sangue, Pasquale Festa Campanile (1977)Cette ironie se traduit aussi dans la distance que crée le scénario quand Adam demande à Walter (qui est journaliste) d’écrire sa biographie (amorçant leur étrange complicité) en y réclamant du « sang et beaucoup de sexe ». Dès lors tous les rebondissements violents du film semblent obéir à ce cahier des charges que le geôlier souligne dans les dialogues avant chaque nouvelle exaction. L’excellent bande-original d’Ennio Morricone alternant le registre du pur suspense avec la valse psychédélique gorgée de chœurs féminins participe également à cette distance qui fait de l’ensemble du film une fable grotesque et inquiétante sur les rapports de couple. La citation finale d’Heinrich Böll est sans appel : 
« Il n’y a pas de problème de couple : il y a le problème d’un homme et le problème d’une femme. Et il n’y a qu’une solution : la mort. »
Sorti en dvd zone 2 français chez Artus 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Just1 4609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines