Magazine Cinéma

Les Mille et Une Nuits - Senya Ichiya monogatari, Eichi Yamamoto (1969)

Par Just1 @JustinKwedi
Les Mille et Une Nuits - Senya Ichiya monogatari, Eichi Yamamoto (1969)
Aladin, le personnage principal, est un jeune vendeur d'eau de Bagdad sans le sou, qui tombe amoureux d'une esclave nommée Miriam. Ils passent une nuit délicieuse ensemble, mais sont séparés par des bandits. Miriam mourra quelque temps après, laissant Aladin désespéré. Quinze ans après, ce dernier devient roi et cherche alors à se venger, tout en réunissant des femmes envoutantes dans son harem.
Les Mille et Une Nuitsest le premier volet de la trilogie Animerama produite par les studios Mushi d’Osamu Tezuka. A la fin des années 60 les réussites de Mushi sont de séries d’animations tv pour enfant dont il fut le pionnier (Astro le petit robot, Le Roi Léo…) mais Tezuka souhaite d’élargir son public à une audience internationale. Pour cela il va s’orienter vers l’animation pour adultes et plus précisément érotique, terrain encore vierge non seulement au Japon mais aussi en Occident où Fritz the cat de Ralph Bakshi (1972) et autres Tarzoon la honte de la jungle (1975) n’arriveront que plus tard. Après avoir hésité avec Faust, le choix est fait d’adapter (très librement) les Mille et Unes Nuits. Osamu Tezuka dont le synopsis n’a pas plu au producteur délègue la réalisation à son fidèle collaborateur Eichi Yamamoto qui signera par la suite les deux autres volets Animerama.
Les Mille et Une Nuits - Senya Ichiya monogatari, Eichi Yamamoto (1969)Belladona, le troisième volet du cycle est le plus connu en France puisqu’il eut droit récemment à une ressortie en salle. Yamamoto s’y était alors totalement émancipé de l’influence de Tezuka avec une œuvre onirique, gothique et expérimentale. Les Mille et Une Nuits fut supervisé de plus près par Tezuka et cela se ressent tant le film demeure « accessible » tout en se montrant audacieux. Le chara-design « cartoonesque » des personnages est ainsi typique u style Tezuka, soulignant par des traits simple la nature facétieuse d’Aladin, la pureté de Miriam et Jaris, la sournoiserie du méchant Budley et le charme vénéneux des diverses créatures féminines séductrice. 
Les Mille et Une Nuits - Senya Ichiya monogatari, Eichi Yamamoto (1969)L’érotisme oscille entre le romantisme flamboyant (tout ce qui concerne les couples Aladin/Miriam puis Aslan/Jaris) et coquinerie amusée notamment l’épisode où Aladin sera coincé sur une île peuplé de créature de rêve. On retrouve l’influence de Disney fréquente chez Tezuka avec les interludes oniriques traduisant de façon stylisée l’étreinte de deux amants. Si l’idée s’inscrit dans les tendances flower power du moment, impossible de ne pas faire le rapprochement avec les passages hallucinés de Dumbo (1941) mais porté par une sensualité et un psychédélisme envoutant - sans parler du score d'Isao Tomita.
Les Mille et Une Nuits - Senya Ichiya monogatari, Eichi Yamamoto (1969)Les élans féministes de Belladonnase devinent pourtant déjà là, les amours contrariés venant d’un déterminisme social (Aladin comme Aslan sont démunis se confronte aux nantis pour leur aimée) et de genre où la beauté est une malédiction pour les héroïnes. L’assouvissement charnel n’existe qu’en cédant à la monstruosité physique – la vraie nature des nymphes de l’île où se délecte Aladin - ou morale à travers les différents méchants du film et Aladin lui-même gagné par l’autoritarisme après s’être élevé socialement. Les personnages des lutins sont emblématiques de cette idée, observateurs à la fois bienveillant et envieux des humains. Leur nature transformistes et sexualité débridées les rapprochent ainsi de l’inconséquence humaine présente tout au long du film et symbolisée par Aladin. L’Orient de bande-dessinée est foisonnant et inventif de bout en bout, un déluge de couleurs (nuancées et subtiles dans l’illustratifs ou homogène et outrées dans les instants plus dramatiques) de décors rococo et de situations outrancières. 
Les Mille et Une Nuits - Senya Ichiya monogatari, Eichi Yamamoto (1969)L’un des grands moments est à ce titre le défi de richesses entre le calife et Aladin, prétexte aux extravagances les plus folles où des objets modernes (tourne disque, télévision) s’immiscent dans le duel. Les éléments propres au vrais Contes des Mille et Une Nuits sont largement remanié (la caverne d’Ali Baba, la lampe merveilleuse) et mariés à la mythologique et tragédie grecque - L’Odysséeen tête avec une réminiscence de Circé ou encore du Cyclope, la thématique de l’inceste – et un soupçon du Comte de Monte Cristo dans la dernière partie. 
Les Mille et Une Nuits - Senya Ichiya monogatari, Eichi Yamamoto (1969)Yamamoto ose les transitions les plus déroutantes en profitant des possibilités de l’animation pour d’étonnants raccords dans le mouvement, alterne/mélange images live et animées avec une inventivité constante. Chatoyant et ludique en surface d’une vraie noirceur, le film est un fourre-tout moins extrême que Belladona qui rencontrera un relatif succès à l’international notamment aux Etats-Unis. De quoi rassurer les studios Mushi pour Cleopatra (1970) le second Animerama qui ira plus loin encore.
Sorti en bluray et dvd zone 2 français chez Eurozoom (dans un coffret qui comprends aussi Cleopatra) 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Just1 4635 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines