Magazine Cinéma

Le Profond désirs des dieux - Kamigami no fukaki yokubō, Shohei Imamura (1968)

Par Just1 @JustinKwedi
Le Profond désirs des dieux - Kamigami no fukaki yokubō, Shohei Imamura (1968)
Un ingénieur débarque sur l'île pittoresque de Kurage. Il vient contrôler le développement d'une raffinerie de sucre censée employer certains habitants et favoriser le développement de l'île. Il est confronté aux coutumes des autochtones, à des dérives sociales et morales qui le choquent avant de le fasciner. Au point qu'il abandonne son travail emporté par la passion pour une jeune fille 'simple d'esprit'. La confrontation entre la rationalité du Japon moderne et les rites insulaires ancestraux révèlera peu à peu son caractère tragique.
Shohei Imamura avait explicitement développé la facette anthropologiste de son œuvre dans la « trilogie du désir » que formentLa Femme insecte (1963), Désir meurtrier (1964) et Le Pornographe (1966). Il avait pourtant creusé ce sillon dans une autre discipline en coécrivant avec Keiji Hasebe la pièce de théâtre Paraji : Kamigami to butabuta en 1962. Le texte fonctionne sur les planches mais Imamura peine à convaincre la Nikkatsu de financer une adaptation au cinéma. Néanmoins cette observation crue et sans tabou d’une communauté rurale isolée se retrouve déjà dans la première partie de La Femme insecte. Le succès de L'Évaporation de l'homme(1967) va lui permettre de réaliser son rêve qui va rapidement tourner au cauchemar durant un tournage mouvementé.
Le Profond désirs des dieux - Kamigami no fukaki yokubō, Shohei Imamura (1968)Le récit se déroule sur l’île de Kurage dans l’archipel d’Okinawa, un cadre qui va servir de confrontation entre un Japon moderne et une réalité ancestrale qui perdure encore. Imamura donne dans l’observation neutre et typique de son approche entomologique, mais également à travers le regard de ce Japon moderne avec un ingénieur (Kazuo Kitamura) venu contrôler le rendement d’une raffinerie au sucre. Lorsqu’il prend une distance quasi documentaire dans sa description des autochtones, la curiosité et l’étrangeté dépasse le jugement moral dans les mœurs les plus inattendues. L’isolement perpétue les croyances ancestrale et un certains obscurantisme, un phénomène qui est décuplée avec la famille Futori ostracisée sur l’île. 
Le Profond désirs des dieux - Kamigami no fukaki yokubō, Shohei Imamura (1968)Le grand-père (Kanjūrō Arashi) est au départ d’une lignée incestueuse en ayant couché avec sa fille, tentation qui se prolonge dans la fratrie adulte entre Nekichi (Rentaro Mikuni) et Uma (Yasuko Matsui) puis dans la culpabilité du petit-fils Kametaro (Choichiro Kawarazaki) et la nymphomanie de la cadette attardée Toriko (Hideko Okiyama). L’acceptation de ces bas-instincts, les désirs refoulés et la honte de cette famille s’exprime en réaction du regard des autres habitants de l’île qui rattachent tous les maux (sécheresse, catastrophe naturelle…) à une punition des dieux pour ces déviances. Imamura nous montre ainsi tous ces élans primitifs comme naturels et se fondant dans une immersion organique ne les différenciant pas des phénomènes de la faune et flore de l’île. 
Le Profond désirs des dieux - Kamigami no fukaki yokubō, Shohei Imamura (1968)La sanction et la mise au ban de la famille (Uma séparée de son frère et celui suis condamné à un travail de forçât sur une roche inamovible) fait cependant retrouver un questionnement moral grâce au personnage « extérieur » de l’ingénieur. La civilisation qu’il représente est mise à mal par les rituels, la moiteur et les tentations charnelles auxquelles il va s’abandonner bientôt. Le personnage est également, à travers cette civilisation, l’enjeu des aspirations matérielles des habitants de l’île. L’ambition s’entremêle à la tradition, la seconde étant finalement soumise et adaptable à la première. 
Le Profond désirs des dieux - Kamigami no fukaki yokubō, Shohei Imamura (1968)Les « déviants » sont finalement les incarnations les plus authentiques de l’identité profonde de l’île et les amours coupables Uma/Nekichi constitueront les moments les plus poignants du film. Imamura renoue avec le message de Cochons et Cuirassés (1963) où le mal ne vient pas de la modernité/l’étranger, mais de la façon dont on s’y soumet. Cochons et Cuirassés fustigeait l’errance morale du Japon d’après-guerre sous occupation américaine, Profond désir des dieux confronte la course à la modernité d’un Japon en expansion reniant ou détournant sa tradition dans le microcosme de l’île.
Le Profond désirs des dieux - Kamigami no fukaki yokubō, Shohei Imamura (1968)La pureté de ces instincts primitifs trouve un dernier éclat lorsque l’ingénieur s’abandonne à son tour à l’atmosphère des lieux dans des scènes d’une sensualité crues et enfantines. Imamura a cependant annoncé la donne avec le fil rouge de la légende de ce Profond désir des Dieux. La tradition orale magnifie un conte dont la romance est fustigée dans le réel, puis lors de la conclusion perpétue la fable après avoir radicalement éliminé sa concrétisation dans les faits. 
Le Profond désirs des dieux - Kamigami no fukaki yokubō, Shohei Imamura (1968)Les vertus ancestrales seront devenues une comptine pour touristes, les martyrs de la modernité se fondent dans la simple carte postale (le rocher de Toriko) qu’est devenue l’île lors de la conclusion amère. Ne reste aux survivants du Japon moderne qu’une soumission cynique ou d’êtres hantés par les fantômes du passé. Fascinant mais trop radical, le film sera malheureusement un échec retentissant qui endettera Shohei Imamura et l’éloignera dix ans des plateaux de cinéma – pour une carrière de documentariste à la télévision. 
Ressort en salle le 15 août

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Just1 4635 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines