Magazine Cinéma

L'Homme au pistolet d'or - The man with the golden gun, Guy Hamilton (1974)

Par Just1 @JustinKwedi
L'Homme au pistolet d'or - The man with the golden gun, Guy Hamilton (1974) En Thaïlande, James Bond recherche le tueur à gages le plus efficace et le plus cruel qui soit, l'impitoyable Francisco Scaramanga, l'homme au pistolet d'or. Mais cette traque va concentrer davantage d’enjeux que prévus et confronter les deux hommes dans une lutte à mort...
Vivre et laissermourir (1973) malgré une réussite artistique très relative avait remporté un certain succès et avait installé Roger Moore comme nouveau visage de Bond auprès du grand public. Ragaillardis par cet accueil, les producteurs lancent la production du volet suivant dans une certaine précipitation pour une sortie à peine un an plus tard. Cette exécution dans la hâte en feral’opus le plus faible de la saga puisque les maigres qualités des deux épisodes précédents (scènes d’actions efficace, élégance de la direction artistique) disparaissent pour n’en garder que les défauts. Après le recyclage opportuniste de la blaxploitation la saga va surfer sur le succès des films kung-fu de Bruce Lee mais les aptitudes limitées de Roger Moore et le filmage sans ni idées (combats mou et à pein chorégraphiés) de Guy Hamilton enterrent vite cette initiative. L’humour débile et quasi parodique est de nouveau de sortie (l'inénarrable sheriff JW Pepper est de retour), le rythme languissant est indigne d’un James Bond tandis que le manque d’ampleur est encore plus criant que dans Vivre et laisser mourir. 
L'Homme au pistolet d'or - The man with the golden gun, Guy Hamilton (1974) L'Homme au pistolet d'or - The man with the golden gun, Guy Hamilton (1974) Sur le papier il y avait pourtant matière à en faire un des meilleurs volets avec un ennemi et une thématique des plus intéressantes. Bond est ici confronté à sa part d'ombre avec le redoutable tueur Scaramanga qui le prend pour son égal le scénario développe un questionnement sur ce qui différencie au fond l’espion de ce meurtrier professionnel – l’occasion d’une joute verbale tendue à la fin du film. La première partie du film fait illusion avec le jeu de cache-cache entre Bond et Scaramanga dans une délicieuse ambiance d’Asie 70's traversant Macao, Thaïlande et Hong Kong. Roger Moore se cherche encore, peu crédible quand il la joue retors (il malmène méchamment Maud Adams, frappe les adversaires en traitre...) mais qui parvient à façonner « son » Bond dans les face à face avec Scaramanga. 
L'Homme au pistolet d'or - The man with the golden gun, Guy Hamilton (1974) L'Homme au pistolet d'or - The man with the golden gun, Guy Hamilton (1974) Roger Moore détestait en effet la violence et l’usage des armes à feu, facette qu’il a intégrée à son interprétation en croisant une forme de devoir/dégout à chaque exécution où il ne semble qu’agir en professionnel – loin de la brutalité sadique dont se délectait un Sean Connery. L’ensemble bâclé culmine avec l’affrontement tant attendu où manque le génie de du décorateur Ken Adam (le design affreux de l’antre de Scaramanga ainsi que l'explosion de la base solaire qui pue la maquette) pour le mettre en valeur, sans parler des enjeux très modeste au final. Dans les rares bons points on appréciera un Christopher Lee félin et dangereux, Maud Adams sensuelle et charismatique (tandis que Britt Ekland incarne une des pires Bond Girl) et un score assez classieux de John Barry, à ce demander quelles images on lui a mis sous les yeux. Les à-côtés business – Harry Saltzman coproducteur historique des Bond en faillite forcé de revendre ses droits, procès qui gèlera les droits d’usage du Spectre et Blofeld dans les films suivants – causeront une pause forcée et bienvenue de la saga qui reviendra dans sa formule classique pour un opus d’une toute autre tenue, L’Espion qui m’aimait (1977).
L'Homme au pistolet d'or - The man with the golden gun, Guy Hamilton (1974) L'Homme au pistolet d'or - The man with the golden gun, Guy Hamilton (1974) L'Homme au pistolet d'or - The man with the golden gun, Guy Hamilton (1974)  Sorti en bluray et dvd zone 2 français
 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Just1 4635 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines