Magazine Cinéma

Nomads - John McTiernan (1986)

Par Just1 @JustinKwedi
Nomads - John McTiernan (1986)
Dans un hôpital de Los Angeles, au service des urgences, le docteur Flax est au chevet d'un blessé que les policiers viennent d'amener. Elle demande à ces derniers de quitter la chambre. Restée seule au chevet du blessé, elle est bientôt comme hypnotisée par les yeux fixés de l'homme. Soudain, celui-ci lui saute dessus, la blesse et meurt aussitôt…
Nomads est un premier film dont l’intérêt repose plus sur les éléments entrevus de la carrière future de John McTiernan que pour sa réussite très relative. S’il deviendra un maître du blockbuster par la suite, les goûts initiaux de McTiernan se portent plutôt sur le cinéma européen et notamment la Nouvelle Vague, ce que détermine l’approche « arty » de Nomads. Cela est d’autant plus criant avec le script est signé par McTiernan, plus à l’aise par la suite pour glisser ses obsessions en « contrebandier » sur des produits plus calibrés. Parmi les éléments captivants, on trouve cette volonté de transposer une dimension rituelle et sauvage dans un environnement urbain. 
Nomads - John McTiernan (1986) Cela fonctionne dans la facette paranoïaque voyant l’anthropologue Jean-Charles Pommier (Pierce Brosnan) perdre pied mentalement, fasciné et terrifié par les adversaires surnaturels traqués autant que fuit. Le côté incertain du danger, les compositions de plan où prédateurs et proies partagent l’image (à l’insu des seconds) annoncent clairement Predator (1987). Même l’explication de leur nature est un peu confuse, on comprend que les méchants sont des « inuats », variantes des inuits dont le nomadisme est autant géographique que mental dans leur façon d’envahir votre esprit, de vous détacher de la réalité par leur présence inquiétante. McTiernan instaure une atmosphère urbaine nocturne de plus en plus surnaturelle où se dessine le mal diffus par des motifs discrets (ce fameux camion rôdant) où plus heurtés avec les inserts entre flashback et rêverie que subit le Dr Flax (Lesley-Ann Down).
Nomads - John McTiernan (1986) Tant qu’on reste dans une relative suggestion, cela fonctionne donc plutôt bien. Mais dès qu’il s’agira d’illustrer le mystère l’ensemble se montre particulièrement poussif. McTiernan échoue complètement à transposer la facette ancestrale des « Nomades » dans un cadre moderne. Le côté rituel est bien là et on voit les prémisses de la terrifiante plongée chez les Wendols de Le Treizième guerrier (1999) mais le look gothique cuir biker des « Nomades » (dont le leader est joué par le rocker new wave anglais Adam Ant) et l’aspect tribal véhiculé par un affreux rock FM plonge l’ensemble dans le pire kitsch 80’s plutôt que de le rendre intemporel. La sous-intrigue autour de Lesley-Ann Down (très mauvaise) revivant l’odyssée fatale de Brosnan est particulièrement poussive et une narration plus directe aurait été la bienvenue. 
Nomads - John McTiernan (1986) Autre point plus mineur mais fâcheux quand on sait l’importance de l’usage/apprentissage/compréhension de la langue dans ses films à venir, le ridicule et l’inutilité d’avoir fait du personnage de Brosnan et son épouse des français qui parlent tout le temps anglais (avec un faux accent risible) entre eux tout en glissant quelques bribes dans la langue de Molière histoire de. On sauvera une scène cauchemardesque où Brosnan s’introduit dans une église abandonnée dans une pure approche hallucinée qui annonce la rencontre sous-terraine avec la reine Wendols dans Le Treizième Guerrier. Les quelques promesses de la suite sont donc les seuls raisons de voir ce Nomads, ce que verront bien Arnold Schwarzenegger et Joel Silver qui l’engageront sur un Predator d’une toute autre tenue.
Sorti en dvd zone 2 français chez TF1 Vidéo

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Just1 4635 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines