Magazine Cinéma

La Femme du docteur Hanaoka - Hanaoka Seishū no tsuma, Yasuzō Masumura (1967)

Par Just1 @JustinKwedi
La Femme du docteur Hanaoka - Hanaoka Seishū no tsuma, Yasuzō Masumura (1967)
Japon, vers 1785. La jolie Kaé épouse par procuration Unpei Hanaoka, le fils du fanfaron médecin de campagne Naomichi et de la belle Otsugi, parti faire des études de médecine à Kyoto. Elle s'installe donc chez ses beaux-parents où elle est bien accueillie durant les trois années que dure l'attente du retour du fils. Mais tout change lorsque le jeune médecin Unpei revient enfin vivre et exercer dans la maison familiale, une rivalité s'installe entre Otsugi et Kaé, l'épouse de son fils.
Yasuzo Masumura observe à nouveau un récit d’amour fou, inconditionnel et sacrificiel dans une approche une nouvelle fois étonnante. Le postulat fait au départ penser que nous allons voir un avatar du Barberousse d’Akira Kurosawa. Le film évoque en effet le destin d’Hanaoka Seishū, médecin de l’ère Edo resté célèbre pour ses méthodes révolutionnaire et plus particulièrement la chirurgie puisqu’il fut le premier au monde à opérer sous anesthésie générale quand il parvint à extraire une tumeur cancéreuse du sein d’une patiente. Masumura adapte le roman Kaé ou les deux rivales de Sawako Ariyoshi, récit biographique et fictionnel entourant d’une veine romanesque les travaux de longue haleine du docteur Hanaoka pour trouver le bon dosage à sa formule d’anesthésie.
Femme docteur Hanaoka Seishū tsuma, Yasuzō Masumura (1967) Tous le récit vise à questionner le rôle de la femme dans l’ombre du grand homme. On connaît la place de la primauté masculine dans la société japonaise, encore renforcée ici par l’aura du médecin. Elle surmonte ainsi le clivage de classe lorsque la jeune Kaé (Ayako Wakao) issue d’une famille de rang supérieur épouse Hanaoka (Raizō Ichikawa) de milieu plus modeste. Le mariage se fait par procuration puisque Hanaoka effectue encore ses études à Kyoto que le choix que c’est sa mère Otsugi (Hideko Takamine) qui a soigneusement choisie son épouse. Avant même l’apparition d’Hanaoka au ressent le piédestal sur lequel il trône, toute les ressources du foyer étant dédiée à lui envoyer de l’argent à Kyoto. L’harmonie simple et l’affection entre la belle-mère et sa bru se développe ainsi jusqu’au retour d’Hanaoka qui va tout bouleverser.
La Femme du docteur Hanaoka - Hanaoka Seishū no tsuma, Yasuzō Masumura (1967) Les situations soulignent immédiatement la profonde dévotion/soumission des femmes de la maison pour le médecin que ce soit ses sœurs ou sa mère. Masumura relègue Kaé au fond du cadre, en amorce ou même hors-champ au profit des autres femmes trouvant chacune leur place pour déshabiller, laver ou nourrir leur homme. Kaé peine à exister face à cet époux qu’elle découvre et, comble de l’humiliation, c’est Otsugi qui déterminera le soir ou doit être consommé leur union. C’est d’abord symboliquement que Kaé va s’imposer au regard de son époux en l’aidant à la cueillette et à la préparation de feuilles de Datura stramonium, plante toxique qui servira à la formule d’anesthésie. Masumura montre par touches subtiles Kaé prendre l’ascendant sur Otsugi dans la vie du foyer et le cœur d’Hanaoka, la frontière étant toujours incertaine entre bienveillance et mesquinerie dans leurs rapports ambigus. Ainsi un simple renvoi dans sa famille pour accoucher est une offense pour Kaé qui y voit une mise à l’écart, et une volonté d’Otsugi de ne pas voir sa bru accouchée par son médecin d’époux comme elle en eut l’honneur jadis. 
La Femme du docteur Hanaoka - Hanaoka Seishū no tsuma, Yasuzō Masumura (1967) Parallèlement à cela on assiste au tâtonnement d’Hanaoka expérimentant sa formule sur des chats ne revenant pas du sommeil du composant, ou alors profondément diminué. Cela va créer une atmosphère mortifère renforcé par les morts tragiques de ses sœurs qu’Hanaoka n’a donc pas encore la faculté d’opérer. Lorsque le dosage va enfin fonctionner sur les animaux, il s’agira de l’essayer sur des cobayes humains. La rivalité pousse alors Kaé et Otsugi à se proposer, dans une thématique typique de Masumura. Les amants de L’Ange rouge (1966) défient la mort en faisant l’amour sous les bombes, La Femme de Seisaku (1965) retient son homme en le rendant aveugle et bien sûr la passion et le plaisir du couple de La Bête aveugle (1969) culmine quand ils s’infligent mutuellement la douleur. 
La Femme du docteur Hanaoka - Hanaoka Seishū no tsuma, Yasuzō Masumura (1967) Pour Masumura l’amour ne se démontre et ne s’assouvit que par une dimension sacrificielle, dans un chemin de croix de la souffrance où l’on se sent enfin exister. Ici il s’agira donc de se défier mutuellement dans l’apnée cotonneuse de l’anesthésiant, ce sera à celle qui sera restée le plus longtemps dans les limbes et surtout qui aura contribuée à la formule définitive. Les cadrages et compositions de plan font constamment de celle qui souffre la gagnante, en avant plan tandis que la perdante et en pleine santé n'est qu'une spectatrice à l'écart. Les faux airs de mélodrame classique dissimulent une morbidité qui se révèle par le vice des adversaires, faisant une demande cruciale à Hanaoka avant de sombrer (faire de sa fille l’héritière de l’hôpital pour Kaé, et de même pour Otsugi pour son fils et frère d’Hanaoka étudiant la médecine). Le duel s’effectue également dans le malheur, un deuil filial (volontairement anecdotique dans le récit pour bien signifier son rôle dans la relation des personnages) et une nouvelle grossesse permettant à Kaé de supplanter sa belle-mère. 
La Femme du docteur Hanaoka - Hanaoka Seishū no tsuma, Yasuzō Masumura (1967) La victoire se fait ainsi dans le tribut fait au grand homme, Kaé y sacrifiant sa vue tandis que la fin d’Otsugi ne sera pas due aux médicaments mais à l’humiliation d’avoir absorbé un dosage moindre. Le ton feutré est paradoxal à la profonde tension psychologique du récit. Le propos est cinglant avec ces femmes contraintes au pire pour satisfaire des hommes lâches et en quête de reconnaissance. Hanaoka semble dès le départ plus soucieux d’être le nouveau Hua Tuo (légendaire chirurgien chinois de a dynastie Han) que de guérir les malades, faisant déjà montre d’une profonde indifférence dans le carnage infligé à ses cobayes chats. L’accomplissement d’une vie sera donc d’avoir guidé son homme au succès (la fameuse opération étant filmée avec détachement par Masumura), nous renvoyant à notre solitude et inutilité une fois ce devoir réalisé. 
La Femme du docteur Hanaoka - Hanaoka Seishū no tsuma, Yasuzō Masumura (1967)  Inédit en dvd zone 2 français et seulement sorti en dvd japonais sans sous-titres

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Just1 4635 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines