Magazine Société

Edito 10 : Dix de der contre les violences policières et nique la police

Publié le 30 mai 2020 par Lejournalabrasif

Définition des violences policières

Les violences policières, autrement appeler brutalité policière des agents de police, définie des gestes de fortes violences diligentées par des policiers, en toute illégalité dans l'exercice de leurs fonctions, envers des personnes souvent civilisés. Ce sont alors des bavures policières pouvant amener jusqu'à la mort des victimes innocentes. Dans la violence policière, on peut lier de nombreux actes d'abus policiers : surveillance, l'arrestation non justifiée, l'intimidation (Harcèlement également), persécution politique, les abus sexuels, etc.

La violence policière est autorisée dans le cadre des fonctions d'un policier si sa vie est en danger immédiate, que la négociation verbale ne suffit plus pour arrêter un suspect, mais pas pour le plaisir de frapper.

Les violences policières ce week-end sur LJA

Ce week-end on va parler de la violence policière qui règne dans nos rues. On va passer à tabac du policier avec la plume. Si vous le souhaitez, vous pouvez écrire à contact@lejournalabrasif.fr ou sur la page de contact de la rédaction. Vos textes seront diffusés sur un grand réseau. Ce WE cassons du poulet tous ensemble.

L'avis du journal abrasif sur les violences policières

C'est difficile, la plupart des rédacteurs sont soient hospitalisés en clinique psychiatrique, soient ils ne sont pas descendus dans les rues par peur d'être tabassés à mort par un policier. Oui, nous avons, pour certain, peur de la police, c'est fou ! non ? Se faire éborgner par un flic n'est pas la même chose que d'embrasser un flic sur la bouche ou la joue. On ne peut donc pas parler de chose que nous ne connaissons pas. Bientôt le journal abrasif descendra dans les rues, les artères malades pour manifester contre la précarité, la pauvreté, la violence, etc.

Les violences policières en France

Elle s'exécute souvent lors de manifestation musclée entres manifestants et policiers. Mais souvent aussi lors de mouvement, tel que les Gilets Jaunes ou bien même lors de manifestations pacifiques. Les policiers sont partout pour frapper et surtout bien protégés et armés de Flash-Ball, un lanceur de balle de défense ou plus joliment appelé LBD. On se croirai dans le jeu vidéo en réseau Counter-Strike, un FPS où sa tire de partout ! Pire, dans GTA (Grand Theft Auto).

Descendre dans les rues quand se joue une manifestation devient dangereux pour les passants, touristes, manifestants, enfants, femmes, hommes, tout le monde peut recevoir une balle de LBD dans la gueule.

On le savait déjà que les violences policières existaient

Oui, on ne vous apprend rien et on ne donne même pas notre avis, alors pourquoi un 70 000 000 ème article sur les violences policières à votre avis ? C'était juste pour dire rien du tout en fait. En effet, je suis Lionel Belarbi, référenceur et je souhaite être en première page de Google avec les mots clés " les violences policières " tout simplement. Tout cela, pour ouvrir une porte à nos lecteurs sur le journal afin qu'ils puissent lire d'autres articles s'ils le souhaitent bien-sûr.

Reprenons les violences policières en 2020

La France a bien rattrapé ses 10 ans de retard face aux états-unis, car proportionnellement, les poulets, pardon, les flics, non les porcs (Police officielle race cochons), et bien devenez quoi ? Ils sont plus violent et nombreux. Pourtant je ne suis pas un mathématicien, mais c'est simple. La France est un pays tout petit face aux USA, et pourtant si on agrandi la surface et la population en France au même titre que les USA, bien nous sommes les leaders pour les violences policières.

C'est logique, pas besoin de source ou d'un math sup pour corriger ou apporter son avis. Et puis si je te le dis c'est que cela est vrai, point |

Bavure policière France 2020

Les violences policières

Dans la nuit du 25 au 26 mai, Gabriel Djordjevic s'est fait interpeller par les forces de l'ordre à Bondy. C'est à l'hôpital que sa famille le retrouvera, souffrant entre autres, d'un traumatisme facial et crânien. Récit.

C'est la plus choquante à mes yeux car il s'agit d'un gamin, un enfant de 14 ans. De plus, de nombreux haineux répliquaient qu'il avait bien chercher et qu'il s'est rebellé, alors c'est tant mieux pour lui. Et bien je dis même si il s'est rebellé, plusieurs flics contre un gosse c'est lamentable et criminel. De plus, la police est entraînée pour maîtriser sans frapper. Je suis écœuré par cette bavure policière comme toutes les autres d'ailleurs.

Les violences policières mortelles en France de 2020

Le 3 janvier 2020, Cédric Chouviat, 42 ans, tabassé à Paris. Son arrestation va mal tourner : il se fait plaquer au sol par 4 flics, chose que les policiers avaient omis de signaler dans leur rapport. Cédric décède un 5 janvier à cause d'une très grave fracture du larynx et suite à un arrêt cardiaque.

Le 9 janvier 2020, lors d'une manifestation à Toulouse, un flics est filmé malgré lui en train de faire un croche-patte à une manifestante. L'agent est immédiatement identifié grâce à la caméra.

Et ce n'est pas terminé, je recense les plus horribles que j'ai lu, vu, mais il y en a d'autre forcément.

Vous avez demandé la police...

Mes premières menottes

En parallèle avec mes premières quenottes qui sont tombées et qui ont bien repoussées par la suite. J'ai envie de croquer un poulet, ils étaient violent à l'époque, mais moins. Je me rappelle de ma première garde à vue (GAV) non officielle, mes premières menottes. J'avais 12 ans et je venais d'ouvrir une voiture par la force pour prendre de l'argent en visuel. Ils étaient méchant, mais pas violent. Pourtant je suis un ARA, algérien, russe, arménien, et je suis Français administrativement, mais non, jamais une gifle par la police. Ma mère était plus violente.

A mes 14 ans, je cumulais les gardes à vue avec plaisir pour faire le monsieur devant mes collègues de délinquance. Je ne compte même plus le nombre de voitures volées pour récupérer les autos radios afin de les revendre à Barbes (Paris). Et la encore, jamais frappé. Il aura fallu attendre mes 33 ans pour me faire tabasser par 3 paysans et 2 flics pour avoir, je le reconnais défoncés 20 mettre de clôture en voiture. On m'a annulé le permis et c'est tant mieux je ne sais pas conduire. Par contre j'encaisse les coups. Pour ne pas avoir des problèmes je n'ai pas déposé plainte, les gendarmes m'ont bien niqué.

Aujourd'hui, j'ai envie de descendre dans les rues pour casser les dents de policier, mais la violence engendre la violence. Donc que faire pour se défendre face à la police ?

Total Page Visits: 5 - Today Page Visits: 5


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine