Magazine Culture

Albrecht Altdorfer, vers 1480 -1538 Le Kleinmeister de l’Ecole du Danube Quelques mots sur le peintre et son tableau Portrait d’une jeune femme, vers 1522

Par Mmediene

Albrecht Altdorfer, vers 1480 -1538 Le Kleinmeister de l'Ecole du Danube
Quelques mots sur le peintre et son tableauPortrait d'une jeune femme, vers 1522

Le peintre
Albrecht Altrorfer, après s'être formé auprès de son père peintre miniaturiste, décide de parfaire son apprentissage en travaillant dans les ateliers des Maîtres de la région du Danube. En 1505 il s'installe à Ratisbonne et, à 25 ans, il est nommé membre du Grand Conseil puis peintre et architecte officiel de la municipalité. Malgré les honneurs et le bien-être matériel que lui accorde la ville dont il est devenu citoyen, Altdorfer, à partir des années 1520, s'éloigne de ses fonctions honoraires pour répondre aux commandes de sa clientèle, les princes et la bourgeoisie éclairée de Ratisbonne, et passe la majeure partie de son temps dans son atelier à dessiner, graver - il excelle dans l'art de la gravure et la peinture où il s'attache à ne peindre, presque essentiellement, @@les paysages auxquels il apporte d'importantes innovations où dominent, comme désertées par l'homme1, les ténébreuses forêts bavaroises (Paysage du Danube, 1525.)

En 1510 Albrecht Altdorfer qui jouit désormais d'une certaine renommée entreprend, comme beaucoup de ses pairs, son voyage au pays où tout bouge, l'Italie bruissante d'art - Venise, Sienne, Florence, Rome, Naples.
Au terme de son périple transalpin il revient à Ratisbonne tout impreigné de l'incroyable créativité des artistes de la Haute Renaissance italienne, alors à son apogée.

A l'instar de ses gravures et dessins sa peinture évolue, d'une part, vers plus de créations à caractère religieux (Naissance de la Vierge, 1522) et d'autre part, grâce à ce qu'il a vu, senti et retenu de son voyage italien2 Altdorfer s'attaque avec une certaine réussite aux scènes mythologiques (Venus au bain, gravure), profanes (Les amants, 1530) et d'Histoire (La Bataille d'Alexandre à Issus, 1529) traitée avec la délicatesse d'une miniature augmentée (158x120cm.)

Contemporain d'Albrecht Durer - Le Maître des Maîtres allemands de la Renaissance - avec lequel il partage le goût pour la gravure et l'enluminure, Altdorfer tisse des liens de travail, mais aussi de concurrence, avec son ami Wolf Huber, lui-même graveur et peintre et figure essentielle de l'Ecole du Danube, Hans Burgkmair, Lucas Cranach l'Ancien, Hans Baldung Grein,Hans Holbein... qui seront les propagateurs en Allemagne de la révolution artistique, intellectuelle, scientifique, morale qui traverse alors l'Italie et l'Europe3.


Peint aux environs de 1522, Jeune femme d'Albrecht Altdorfer, à l'identité incertaine, est le seul portait féminin connu réalisé par l'artiste. Quelques figures féminines sont pourtant présentes dans son oeuvre mais elles relèvent du champ religieux, mythologique (on l'a vu plus haut) ou tirées de la Genèse tel Loth et ses filles, 1537, l'une de ses dernières œuvres qui fait penser par sa facture au travail de Cranach l'Ancien.

Le portrait qui nous occupe, de composition simple, se présente à nous en buste vu de trois-quarts et recouvre presque entièrement la surface de la toile figurant une pièce nue, vide d'objets. Le corps du modèle, peint de façon réaliste, se détache avec netteté sur le fond de velours vert sombre (ou vert des forêts chères au peintre) et nous donne à voir le riche tissu des vêtements à la mode ancienne qu'elle porte.
La scène est éclairée par une source lumineuse concentrée sur son visage au menton relevé en galoche et à la bouche asymétrique. On peut deviner sur ses lèvres closes l'esquisse d'un sourire que ses yeux ne démentent pas, un sourire de contentement intérieur " qui ne veut pas déranger. "
Le blanc du visage et des mains se mélangeant à celui plus crémeux de la coiffe et de la collerette, et à celui plus pâle du plastron, révèle, s'accrochant au léger froissé du corsage et des manches, une palette aux fins coloris rose, oranger et vert que termine, à partir de la taille, le rouge franc de sa robe à plis.

Les manches évasées du bustier, bordées de larges bandes noires faisant écho à celles que l'on retrouve sur la poitrine et les épaules, complètent le costume de cette femme " comme il faut.4 "

Cette femme au corps totalement fermé, à l'exception du visage et des mains, cette femme que l'on dirait sans pensées, sans désirs, sans bonheurs, cette femme sans fards ni bijoux est représentée, dans ce tableau, telle que l'exigeait la stricte loi de la bourgeoisie marchande de Ratisbonne - pieuse, soumise, humble, chaste, pudique, économe, active.

Sans le dire, sans le peindre, Altdorfer nous suggère le statut de cette femme au regard qui ne dit pas tout, celui d'une tranquille ménagère au dos un peu vouté, préférant le robuste confort de son foyer au luxe insolent des palais de l'Italie voisine. Cette femme, semble dire le peintre, n'est pas la sensuelle créature que la peinture italienne célèbre posant en robe d'apparat ou nue comme ces déesses de l'Olympe qui jamais ne rient et qui jamais ne pleurent.
Pour le peintre, pour Albrecht Altdorfer, cette femme toute de paix et de prière est d'évidence la mater familias que tout homme sage devrait rechercher.

Notes
Les paysages arborés de la campagne allemande d'Altdorfer ont pour la plupart la particularité d'être représentés sans la présence humaine. Il pourrait dire que " la Forêt, c'est Dieu sans les hommes. " Trois siècles plus tard Balzac écrira " Le désert, c'est Dieu sans les hommes. "
A lire et à voir L'Œuvre au noir 1968(prix Femina) de Marguerite Yourcenar adapté au cinéma par André Delvaux en 1988 avec l'admirable Gian Maria Volonté.
Les peintres cités dans ce texte sont plus ou moins du même âge et sont les héritiers de l'humanisme né en Italie au début du XVème siècle qui a bouleversé tous les savoirs de l'époque.

Portrait de jeune femme, vers 1522

Oeuvres de Albrecht Altdorfer

PEINTURES

Les gravures de Albrecht Atldorfer


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mmediene 1502 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines