Magazine Politique

Nicolas Sarkozy dans le bourbier Afghan

Publié le 13 septembre 2008 par Exprimeo
Nicolas Sarkozy devrait bientôt s'expliquer devant l'opinion Française pour les conséquences à terme de notre implication pourtant nécessaire dans le "bourbier Afghan". "La coalition n'a plus le choix. Le véritable théâtre d'opérations est désormais l'Afghanistan " : cette remarque est effectuée de plus en plus souvent dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Longtemps invisible, cette guerre est le nouveau défi. Les circonstances actuelles ne peuvent pas ne pas nous rappeler la situation des années 80 avec ce qui devint alors un véritable bourbier pour les troupes soviétiques. En septembre 1979, le Président Taraki, remplacé en mars par Hafizullah Amin, est assassiné à son retour de Moscou. Deux mois plus tard, devant le développement de l'insurrection populaire, les troupes soviétiques envahissent l'Afghanistan. C'était le début d'un tournant majeur dans toute l'Histoire de l'URSS. 600 000 militaires allaient connaître cette guerre selon des modalités de "tourniquet" qui visaient à assurer la présence permanente sur place d'au moins 150 000 hommes. Les Soviétiques ne seront jamais en état de gagner cette guerre. Ils ne contrôleront jamais le territoire. La Résistance leur infligera des pertes considérables : 30 à 50 000 militaires tués. A ces premiers chiffres doivent s'ajouter 40 000 pertes dans l'armée officielle de Kaboul. Quant à la Résistance et la population civile, le chiffre de plus de 200 000 morts est avancé. Mais aussi, l'Union Soviétique y a perdu une grande partie de son image de marque. Des villages ont été massacrés en représailles de pertes militaires. Des cultures ont été incendiées. Ainsi, les médias internationaux ont beaucoup relayé le massacre de Kunduz au Nord de l'Afghanistan. Le 12 décembre 1985, les Soviétiques ont massacré 566 civils. Les survivants ont été achevés à coups de baïonnettes et à coups de cailloux … Toute la stratégie internationale de l'URSS a été impactée et les relations avec le Tiers monde n'ont plus jamais été les mêmes quand un Etat comme l'URSS utilisait de tels moyens pour briser une "résistance populaire" et incarner un impérialisme aussi brutal. Aujourd'hui, les terroristes emploient les mêmes méthodes que la résistance d'hier. La semaine dernière, le chef d'état-major interarmes Américain, l'Amiral Mike Mullen, a reconnu que la coalition n'était pas "en train de gagner et qu'il fallait changer de stratégie". L'Amiral a donné quelques pistes majeures à l'exemple de l'intervention sur le territoire du Pakistan. De telles opérations vont fragiliser le Gouvernement Pakistanais car elles provoquent toujours la colère des populations. Mais surtout, il va falloir changer le nombre des militaires, changer radicalement le nombre des militaires présents. Dans ce contexte, ce changement ouvre bien entendu l'hypothèse de pertes humaines croissantes parmi les forces coalisées. C'est une nouvelle donne majeure pour des démocraties. Ce sera particulièrement le cas pour la France. Une action de pédagogie doit être engagée dans les meilleurs délais car les conséquences de la présence Française vont être très lourdes.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Exprimeo 5182 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines