Magazine Environnement

Deux nouveaux guides pour comparer les produits bio

Publié le 09 octobre 2008 par Graeme

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a annoncé mercredi l’adoption de deux nouveaux guides qui devraient permettre aux agriculteurs des pays en développement de mieux commercialiser les produits de l’agriculture biologique grâce à un meilleur accès au marché mondial.

« Des produits certifiés bio par un système ne sont pas facilement reconnus comme tels par un autre organisme : un véritable casse-tête qui accroît, en outre, les coûts des producteurs et des exportateurs bio qui souhaitent pénétrer différents marchés », explique un communiqué de l’agence.

Ces barrières peuvent mettre les bénéfices économiques, environnementaux, sociaux et de santé hors de portée de beaucoup de producteurs, notamment les paysans ayant peu de ressources dans les pays en développement. Elles entraînent aussi des conséquences fâcheuses pour les consommateurs qui doivent ainsi payer des prix plus élevés pour une sélection plus limitée de produits.

“Au lieu de perdre du temps, de l’argent et des marchés dans cette jungle de normes et de règlements, le Groupe international d’experts sur l’harmonisation et l’équivalence en agriculture bio (acronyme anglais : ITF) a jeté les bases d’une coopération harmonieuse pour ceux qui souhaitent faciliter la croissance du secteur bio tout en maintenant l’intégrité du système”, a déclaré Alexander Mueller, sous-directeur général de la FAO.

Les nouveaux guides sont le fruit de six années de collaboration entre la FAO, la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et la Fédération internationale des mouvements de l’agriculture bio (acronyme anglais : IFOAM).

Le premier d’entre eux est “Equitool”, un guide qui aide les décideurs à évaluer si les normes relatives à la production et au traitement des produits bio d’une région déterminée du monde sont équivalents – c’est-à-dire non pas identiques mais également valides – à d’autres normes bio.

Le second outil, IROCB (International Requirements for Organic Certification Bodies), consiste en un ensemble minimum de critères de performance requis par les organismes de certification bio. L’objectif est de permettre l’importation de produits certifiés par les systèmes de contrôle étrangers.

Ces deux outils viennent d’être approuvés à Genève lors de la réunion de clôture de l’ITF.

Il existe jusqu’à présent deux normes internationales pour l’agriculture bio : les directives de la Commission du Codex Alimentarius FAO-OMS pour la production, le traitement, l’étiquetage et le commerce des aliments issus de l’agriculture bio et les normes de base de l’IFOAM.

Source : FAO, ONU


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Graeme 12261 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog