Magazine Football

Moulin à paroles

Publié le 10 octobre 2008 par Jreje_10
Il a failli réussir son coup. Un Sudiste dans la capitale. Un Sudiste à la tête du PSG. Depuis son éviction du club de la capitale alors qu'il en briguait ouvertement la présidence, Michel Moulin se répand dans la presse, tantôt pour critiquer les joueurs, tantôt pour expliquer le plan qu'il aurait mis en place pour sauver le PSG. Un plan qui aurait mieux marché, évidemment ! Parce que Michel Moulin marche toujours mieux que les autres... Michel Moulin est LE Alain Delon du football. En bon démagogue qu'il est, Mr Moulin affirme qu'il aurait pris Makelele, qu'il aurait jeté Giuly et que Rothen est une taupe doublée d'un piètre joueur de football. Entre rancoeurs et regrets, Michel Moulin dérape dans la presse et personne ne s'étonne. En intronisant Charles Villeneuve à la tête du PSG, le conseil d'administration du club n'a peut-être pas finalement fait un si mauvais choix que ça. Si le président du club n'y connaît rien au foot et animait une émission nauséabonde sur TF1, Michel Moulin, l'autre candidat, n'était finalement qu'un opportuniste prêt à tout pour remporter l'adhésion et prendre les commandes du navire. De ses promesses irréalisables pendant la "campagne" à ses déclas tapageuses sur Rothen, Michel Moulin n'en a pas raté une pour mettre de l'eau à son... moulin et fait parler de lui dans la presse. Le nouveau chef d'entreprise qui va désormais se lancer dans la presse écrite accouche souvent de déclas sensationnelles pour faire adhérer le maximum de personnes à son projet.
"Diego au PSG..."
Avant de confier la présidence du club à Charles Villeneuve, Michel Moulin déclarait ainsi, concernant le futur recrutement: "Je pense à Diego du Werder Brême, à Crespo, barré à l'Inter Milan. Je veux que l'on lève le drapeau parisien. L'inscription "Ici, c'est Paris", ne doit pas figurer sur une seule tribune. On doit l'afficher dans le vestiaire, le couloir, partout. Tous les joueurs doivent avoir de la classe ! Le club doit avoir de la classe. Jusque dans les détails. Je l'ai vécu de l'extérieur puisque j'ai une loge avec mon entreprise. C'est infernal ! L'accueil n'est pas bon. En ce qui concerne les joueurs, plus de casques sur les oreilles ou de casquettes de travers. On est droit et fiers de jouer à Paris. On est dans le G14, non ? On doit se comporter en grand club." Comment ne pas adhérer à un tel discours, aussi irréaliste soit-il, quand on est un supporter parisien ? Qui refuserait de voir Diego au PSG voire même en France ? Aurait-ce été pour autant réalisable ? C'est beaucoup moins sûr.
"A genou pour Makelele"
S'il est donc très fort en promesses, Michel Moulin est aussi capable de sortir les crocs pour critiquer des gens qui ne sont pas allés forcément dans son sens. Celui qui s'était autoproclamé le sauveur du PSG la saison dernière a également profité de la baisse de régime du club de la capitale pour évidemment dire qu'il aurait recruté Makelele et qu'il n'aurait pas embauché Giuly... Comme par hasard !!!! "Première, je n’aurai pas gardé Paul Le Guen après deux ans de difficultés pour lui, il fallait changer les choses. Quant à Makelele, j’allais le chercher à genou je l’avais annoncé. Bien entendu que Makelele et Sessegnon étaient dans les plans, j’en avais même parlé à Alain Roche. Par contre, Giuly je ne serais pas allé le chercher. Pourquoi ? Parce que je pense qu’Amara Diané était plus l’avenir que Giuly." Vraiment un discours pour se mettre le supporter parisien dans la poche. Un discours qui va toujours dans le sens du vent. Jamais à contre-sens.
"Wenger surestimé"
Amer Michel Moulin ? Légèrement à en juger également sur les propos qu'il a tenu sur Arsène Wenger qui aurait fait du lobbying (et il en a fait) en faveur de Charles Villeneuve. "Arsène Wenger est derrière tout ça. Il a agi contre moi. On le couvre de lauriers, mais c’est quelqu’un qui n’a pas le palmarès de ses moyens à Arsenal. Il est un peu surestimé. Donnez à certains entraîneurs son budget, il y aura d’autres résultats". D'autres résultats ? Je pense que si le journaliste lui aurait demandé : "Et avec le même jeu ?", il aurait répondu: Evidemment, voire même encore plus beau!."
"Rothen ? Un non-joueur!"
Et pour finir, la sortie du livre de Jérôme Rothen. L'occasion était trop belle pour Moulin de descendre un joueur qu'il n'a jamais apprécié, une chose d'ailleurs réciproque. "Je sais qu'il parle aux journalistes de L'Equipe et c'est pour cela qu'il a des bonnes notes. Contre Monaco, il mérite 2, il a touché un ballon et il a 6 sur 10. La taupe c'est Jérôme Rothen. C'est mon avis. J'ai vécu dans le club, il y a beaucoup de joueurs qui m'en ont parlé. C'est un non-joueur, il a peur sur le terrain, il dribble en reculant. Comptez les buts qu'il a marqués et les passes décisives. Pourquoi Pauleta ne pouvait plus jouer ? Parce que Jérôme Rothen ne lui donnait pas de ballons ! Pauleta a encore largement sa place au Paris Saint-Germain". Rothen appréciera sans doute ses mots à sa juste valeur, lui qui aime ce club, qui s'est toujours battu et qui ne s'est jamais caché face aux supporters mécontents.
Vraiment, Mr Moulin est un bon client pour les journalistes mais, parfois, il ferait bien de fermer sa...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jreje_10 62 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines