Magazine Société

A65 : Les «anti» toujours en route

Publié le 10 octobre 2008 par Bordeaux7
Le front associatif opposé à la future A 65 entre Langon et Pau reproche toujours aux pouvoirs publics de ne pas rendre publique l’analyse financière d’un projet qu’il juge non viable
Après les premiers coups de pioche en avril dernier, on aurait pu le croire résigné. Le collectif d’associations - Aquitaine Alternatives, Sepanso, Alternative régionale Langon-Pau et Landes Environnement Attitude - continue pourtant son obstruction au projet d’autoroute (A 65) qui doit relier Langon à Pau à l’horizon 2010. «On peut être pour ou contre une autoroute, ce n’est pas la question», estime Patrick Du Fau de la Mothe, un des animateurs de l’association Trans’Cub solidaire de ce front associatif, déplorant aujourd’hui le manque d’informations sur cette réalisation dont le montant dépasse le milliard d’euros. Jusqu’à accuser les pouvoirs publics de «dissimulation assumée, délibérée et choisie» de l’analyse financière préalable au contrat de concession signé en décembre 2006 entre l’Etat et la société A’liénor, le futur exploitant de l’autoroute. Déposée sous forme de requête devant le tribunal administratif de Bordeaux, la demande d’accès à ce document a cependant été rejetée la semaine dernière. «Le juge des référés ne s’est pas prononcé sur le fond», indiquent toutefois les plaignants qui ont adressé deux autres recours à l’encontre du Conseil régional et du Conseil général de la Gironde. Si ces militants insistent sur cette analyse financière, c’est parce que, selon eux, figure la clause d’échéance qui fixe les conditions selon lesquelles le concessionnaire peut se retirer, ainsi que le calcul de l’indemnité perçue. Or, ils se disent convaincus que l’A 65 ne sera jamais viable économiquement faute de trafic suffisant. «Pour qu’elle soit rentable, il faut que le trafic double, c’est irréaliste», juge Julien Milanesi, ajoutant que la charge de cette infrastructure sera, en cas de désengagement d’A’liénor à terme, à la charge des collectivités publiques.
Guillaume Balout
A 65 : les leçons du front
Initialement opposées à la construction d’une autoroute entre Langon et Pau en particulier pour des questions liées à la préservation de l’environnement, le front associatif, qui soutenait alors un projet de réaménagement de la route nationale existante, a pris acte de sa prochaine réalisation depuis le début des travaux en avril. «On ne désespère pas de les faire arrêter mais on compte surtout faire remonter le débat dans l’espace public», reconnaît Daniel Delestre, membre de l’association Sepanso qui a notamment en tête le projet de Ligne à grande vitesse (LGV) entre Bordeaux et Barcelone via Toulouse pour 2012.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bordeaux7 3734 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine