Magazine

Morne plaine...

Publié le 10 octobre 2008 par Doespirito @Doespirito

Munch_thescream La panique s'est emparé de la finance. L'argent file comme du sable entre les doigts de nos capitaines de la finance. Le sol se dérobe sous leurs pieds, le plancher s'écroule dans un bruit assourdissant. Ils vacillent au bord d'un trou béant, fumant et sans fond. La peur commence à se lire dans leurs yeux. Tous les acteurs sont touchés en même temps, et tous les actifs aussi : actions, crédit, matières premières… La pression, le stress est énorme, car c'est de survie qu'il est maintenant question. La main invisible du marché est secouée de forts tremblements.

L'écho de cette tragédie des temps modernes nous renvoie à d'autres catastrophes, vécues en d'autres temps. Demain sera terrible. Nous allons souffrir, comme d'autres ont souffert avant nous. Ceux qui ont connu la guerre, la mort, la désolation, les vies et les destins brisés. Victor Hugo le raconte admirablement dans "Waterloo, Waterloo, morne plaine”. Et le parallèle est troublant.

Avant de vaciller sous nos yeux effarés, notre vaillante économie libérale a eu son heure de gloire, ses héros magnifiés et ses maximes ciselées sur les frontons de marbre des écoles d'économie. Et ses soldats, traders, agents de change, gestionnaires de patrimoine, qui, comme les grognards de l'Empereur, connurent des jours bien meilleurs :
« Car ces derniers soldats de la dernière guerre
Furent grands; ils avaient vaincu toute la terre.
Chassés vingt rois, passé les Alpes et le Rhin,
Et leur âme chantait dans les clairons d'airain !… »

Comme Napoléon le 18 juin 1815, dans la plaine belge, nous observons la tragédie de loin, sans n'y rien pouvoir. Et nous ne sommes les seuls...
«  Il tenait Wellington acculé sur un bois.
Sa lunette à la main, il observait parfois
Le centre du combat, point obscur où tressaille
La mêlée, effroyable et vivante broussaille,
Et parfois l'horizon, sombre comme la mer. »

Car dans la mêlée, justement, pas un dirigeant à la hauteur de la situation, qui rassure la planète par son calme et son courage. Beaucoup d'agitation, peu de stabilité réconfortante. Personne pour saisir calmement le cheval emballé du destin aux naseaux, pour l'obliger à changer de route. Au contraire : chaque nouvel événement annonce la catastrophe suivante :
« Soudain, joyeux, il dit : Grouchy ! - C'était Blücher !
L'espoir changea de camp, le combat changea d'âme.
La mêlée en hurlant grandit comme une flamme.
La batterie anglaise écrasa nos carrés. »

800pxandrieux__la_bataille_de_water
Déjà la défaite se profile. On essaie de se rassurer en se tournant vers les Etats-Unis, dont les représentants mirent quelques jours avant d'accepter le plan Paulson, et ses 700 milliards injectés pour soutenir ou garantir les fondations d'un système qui s'écroule comme un château de cartes. Enfin, les démocrates et les Républicains se mettent d'accord. Ce sera sans lendemain, et comme la baisse des taux concertées des banques centrales, un leurre, un faux espoir, un train de retard de plus quand le chaos est total :
« Hélas ! Napoléon, sur sa garde penchée,
Regardait et, sitôt qu'ils avaient débouché
Sous les sombres canons crachant des jets de soufre,
Voyait, l'un après l'autre, dans cet horrible gouffre,
Fondre ces régiments de granit et d'acier,
Comme fond une cire au souffle d'un brasier. »

Le désarroi saisit ceux qui commencent à voir la mort en face. Plus rien ne semble calmer des gens qui vont tout perdre, à commencer par leur argent et celui des autres. Les bourses asiatiques, russes, américaines, européennes, sont saisies de vertige. Rien n'enraye la chute et, comme la Grande Armée il y a près de 200 ans, la panique s'empare des marchés.
« La Déroute géante à la face effarée,
Qui, pâle, épouvantant les plus fiers bataillons,
Changeant subitement les drapeaux en haillons,
A de certains moments, spectre fait de fumées,
Se lève grandissant au milieu des armées,
La Déroute apparut au soldat qui s'émeut,
Et, se tordant les bras, cria : Sauve qui peut !
»

Même les médias n'arrivent plus à suivre. Branchés sur le fil de l'AFP ou de Reuters, ils laissent couler le robinet à mauvaises nouvelles, que rien ne parvient à juguler. Sous nos yeux, un monde est en train de mourir. Un autre va naître. C'est notre seul espoir et il n'est pas vain.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Doespirito 925 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte