Magazine Environnement

Conseil des ministres de l’énergie : déjà 30 ans qu’il faut agir maintenant pour économiser notre énergie !

Publié le 10 octobre 2008 par Greenpeacefrance

Aujourd’hui à Luxembourg, le ministre d’État Jean-Louis Borloo préside le premier Conseil officiel des ministres de l’Énergie de la présidence française de l’Union européenne. À l’agenda de cette rencontre, une priorité de la présidence française : la sécurité énergétique. Greenpeace appelle le ministre à respecter ses promesses du mois de juin et à remettre l’efficacité énergétique au cœur de la politique énergétique européenne, en rendant contraignant l’objectif d’économiser 20 % de notre consommation en 2020.

Greenpeace s’est procuré le projet de rapport sur la sécurité énergétique rédigé par la présidence de l’Union européenne, qui sera discuté aujourd’hui en Conseil des ministres de l’Énergie en vue du sommet des chefs d’État des 15 et 16 octobre. L’efficacité y figure en bonne place : « L’augmentation de l’efficacité énergétique est la première priorité. Elle représente l’un des moyens les plus efficaces pour renforcer la sécurité énergétique, elle constitue la clé de voûte de notre politique ambitieuse de lettre contre le réchauffement climatique, tout en améliorant la compétitivité des entreprises et en réduisant la facture énergétique des consommateurs », peut-on lire dans le rapport. C’est le constat partagé par tous, des associations de défense de l’environnement à l’Agence internationale de l’énergie, en passant par les experts du Giec, Claude Mandil ou encore la Commission européenne…

« Mais encore une fois, quand il s’agit d’efficacité énergétique, tout le monde en parle, mais personne n’agit ! », commente Karine Gavand, chargée de la campagne climat à Greenpeace France. Dans son projet, la France se contente de demander à la Commission européenne d’adopter des directives qui sont déjà dans les tuyaux de Bruxelles, comme la directive sur les bâtiments, et perpétue une approche qui a largement fait la preuve de son inefficacité…
« L’approche actuelle, vantée par la France, qui consiste à aborder l’efficacité énergétique via les directives européennes négociées une à une, sans lien avec l’objectif final d’économiser 20 % de la consommation d’ici à 2020, est très largement insuffisante, reprend Karine Gavand. Comment la France peut-elle être crédible alors qu’elle adopte une attitude déplorable dans la négociation de la directive sur le CO2 des véhicules particuliers qui vise précisément à réduire notre consommation de pétrole ? »

L’Agence internationale de l’énergie elle-même a encouragé l’Union européenne à reconsidérer le caractère seulement indicatif de l’objectif des 20 % d’efficacité énergétique, soulignant que l’absence de contrainte pouvait mettre en danger la réalisation de l’ensemble des objectifs fixés par l’Europe pour lutter contre les changements climatiques.

« Crise économique et financière, tensions sur le pouvoir d’achat, renchérissement du prix des énergies et craintes sur la sécurité de nos approvisionnements énergétiques : rarement le climat n’aura été aussi favorable à la mise en place d’une réelle politique pour économiser notre énergie. La France saura-t-elle saisir cette opportunité ? », s’interroge Karine Gavand.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Greenpeacefrance 109791 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine