Magazine

Nicolas Gomez-Davila (XXI)

Publié le 11 octobre 2008 par Winston
La société moderne est en train d’abolir la prostitution grâce à la promiscuité.
En quel Dieu ont bien pu croire ceux qui ont cessé de croire en lui.
Jusqu’à quand le rationalisme tolérera-t-il que l’humanité brûle ses cadavres au lieu de les consommer.
Ni l’éloquence révolutionnaire ni les lettres d’amour ne peuvent être lues par un tiers sans le faire éclater de rire.
La stupidité est le combustible de la révolution.
La disparition des rangs fait obstacle à la communication entre les hommes. Marchant en troupeau, les individus ne se tiennent plus par la main, ils jouent des coudes pour avancer.
Les démocrates se divisent entre ceux qui croient la perversité curable et ceux qui  nient qu’elle existe.
La littérature ne périt pas parce que personne n’écrit, mais quand tout le monde écrit.
Le démocrate ne se contente pas que nous respections ce qu’il veut faire de sa vie, il exige en outre que nous respections ce qu’il veut faire de la nôtre.
La « vie » est devenue à ce point la fin suprême du monde moderne, que celui qui vit pour autre chose, ne serait-ce que pour manger, éveille notre sympathie.
Les riches ne sont inoffensifs que là où ils sont exposés au dédain d’une aristocratie.
L’Etat moderne est un pédagogue qui ne donne jamais de diplôme à ses élèves.
Aucun conte populaire n’a jamais commencé ainsi : il était une fois un président…
L’homme intelligent en vient rapidement à des conclusions réactionnaires. Aujourd’hui cependant, le consensus universel des imbéciles l’intimide. Quand on l’interroge en public, il nie être galiléen.
Les sociétés moribondes accumulent les lois comme les moribonds les remèdes.
Nicolas Gomez-Davila, Les horreurs de la démocratie

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Nicolas Gomez Davila (XV)

    La tentation pour le communiste, c’est la liberté de l’esprit. La personnalité, de nos jours, est la somme de ce qui impressionne les sots. Lire la suite

    Par  Winston
    A CLASSER
  • Nicolas Gomez Davila (XVI)

    Ce qu’on pense contre l’église, si l’on ne le pense pas depuis l’Eglise, manque de tout intérêt. La foi, c’est ce qui nous permet de nous égarer dans n’importe... Lire la suite

    Par  Winston
    A CLASSER
  • Nicolas Gomez Davila (XVII)

    A la littérature appartient tout livre qu’on peut lire deux fois. En un siècle où les médias publicitaires divulguent un nombre infini de sottises, l’homme... Lire la suite

    Par  Winston
    A CLASSER
  • Nicolas Hulot s'exprime.

    Nicolas Hulot sort du bois, Nathalie Kosciusko-Morizet dit avoir été victime de fausses informations Patrick Kovarik AFP/Archives ¦ L'écologiste... Lire la suite

    Par  Anakyne
    A CLASSER
  • La Phrase du Jour 20.09.2008 : « Michel Gomez » !

    Source ouest-france.fr - Michel Gomez : « J'ai essayé de faire ce que j'ai pu. S'il faut me couper la tête, pas de problème, j'assume. Les garçons ont tout... Lire la suite

    Par  Formatio
    A CLASSER
  • Nicolas Gomez Davila (XVIII)

    Le catholique progressiste prétend restaurer le christianisme primitif en rapetassant le moralisme humanitaire des abbés incrédules du XVIIIème siècle. Lire la suite

    Par  Winston
    A CLASSER
  • Nicolas Gomez Davila (XIX)

    La crucifixion, selon le christianisme d’aujourd’hui, ne fut qu’une lamentable erreur judiciaire. Une révolution est légitime uniquement lorsque le... Lire la suite

    Par  Winston
    A CLASSER

A propos de l’auteur


Winston 19 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte