Magazine Côté Femmes

Adoubement

Publié le 12 octobre 2008 par Osmose


Le jeune et nouveau chevalier a d'abord été damoiseau ( titre de gentilhomme auprès des dames ) puis valet et enfin écuyer (jeune noble qui avant l'adoubement s'attachait au service d'un chevalier et portait son écu). Agé d'une quinzaine d'années, il deviendra désormais chevalier avec plusieurs de ses compagnons.

Au cours d'une cérémonie très honorifique, on remet à l'apprenti-chevalier son épée attachée à sa taille, dans son baudrier de cuir, et ce, de la main du chevalier qui lui a tout enseigné.


Tout d'abord, la partie préparatoire de l'écuyer, reçu au château de son futur vassal (seigneur) : le jeune écuyer voulant devenir chevalier doit d'abord prendre un bain purificateur sous le regard d'un homme d'église.

Il doit ensuite se recueillir, jeûner toute la journée, et prier une partie de la nuit précédant l'adoubement.

Ensuite vient la partie de la consécration : au matin de la cérémonie, le jeune homme assiste à la messe et communie. Par la suite, des moines et des serviteurs l'habillent et lui donnent les dernières recommandations.

Ces préparatifs ont pour but de laisser un temps de réflexion au futur chevalier et de le purifier. Le jeune homme doit être parfaitement certain du choix de sa "destinée" lors de la cérémonie. Son engagement est à vie, et le serment qu'il prononce, inviolable sous peine de mort.


Un geste essentiel par lequel le sacrement est administré est la colée. L'adoubant donne un coup léger du plat de la main droite sur la nuque de l'adoubé. Un geste aussi violent vérifiait la maturité du jeune homme pour figurer parmi les adultes, de manière à se tenir droit dans les coups durs et parfaitement maître de lui.


A la colée succède la remise des armes où chaque nouveau chevalier démontre devant tous son habileté dans l'escrime à cheval, en renversant d'un seul coup de lance des mannequins, appelés quintaines.


Maintenant armé de son épée, le nouveau chevalier se doit de prêter serment sur la bible. Entouré de son parrain et de ses amis, face au prêtre, il promet de servir Dieu, de rester loyal à son seigneur et de protéger les non-combattants.


La partie festive est maintenant un temps pour tous de se réjouir. Alors, pendant que tout le monde s'attable pour le festin, musiciens, jongleurs et acrobates se préparent à la fête. La journée se poursuit dans la sérénité et la joie, avec tournois de toutes sortes jusqu'au soir où le nouveau chevalier quitte le château de son seigneur.


Une épreuve noble, le tournoi


Pendant deux ans, le jeune adoubé va courir de tournoi en tournoi avec l'aide financière de son parrain. Le tournoi est un véritable jeu de guerre au cours duquel le chevalier prouve son habileté et son courage.


A quoi sert le blason ?


Le blason est un signe de reconnaissance. Caché derrière sa cuirasse de fer, le chevalier porte l'emblème de son seigneur peint sur son écu et cousu sur sa cotte de mailles, chacun peut ainsi savoir à quel camp il appartient.

Au XIVe siècle, le blason s'affiche partout, sur les cottes de mailles, les écus, les bannières et même sur les vêtements civils.


Les préparatifs


La veille, les combattants montent des tentes tout autour d'un gigantesque champ ou deux équipes vont se battre pour la victoire. Des estrades richement décorées de banderoles, d'écussons et de tapis sont dressées au bord du pré. Avant le début du tournoi, les chevaliers plus âgés et les belles dames prennent place sur les estrades afin de suivre les exploits des fringants chevaliers.

Bannières au vent, les chevaliers font fièrement leur entrée sur le terrain. Les dames choisissent leur champion. Elles leur confient une écharpe, une boucle ou une manche que les chevaliers nouent au sommet de leur heaume. Le tournoi peut commencer.


Qu'est-ce qu'une joute ?


C'est un combat singulier qui ouvre généralement le tournoi. Le jeu est très violent. À partir du XIVe siècle, des règles strictes sont mises en place. Lance en avant, le chevalier charge pour renverser son adversaire ou lui ôter son casque.

La pointe de la lance peut être émoussée pour diminuer les risques d'accident, mais le danger n'est pas totalement écarté car si la lance se brise, le bout peut devenir plus acéré que jamais. Au XVe siècle, des barrières sont installées au lieu du terrain pour séparer les deux adversaires.


Que le meilleur gagne!


C'est l'heure d'entrer en lice. Les deux bandes rivales, cavaliers et fantassins mêlés s'élancent à travers champs.

Le but est de se rendent maître du terrain de bataille (appelé lice).

Tous les coups sont permis, le sang coule et les armures s'entrechoquent.


Les combattants ont très chaud sous leur lourde protection. Ce combat ressemble un peu à une partie de chasse avec, en guise de gibier, les chevaliers adverses.

L'un deux est traqué, désarçonné et forcé à se rendre. Les meilleurs combattants reçoivent un prix et obtiennent aussi de l'argent en revendant les montures capturées


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Osmose 86 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines