Magazine Société

Vive la crise!

Publié le 12 octobre 2008 par Pef
22676_une-montage-4.jpg

En regardant la couverture médiatique accordée au procès de l'Angolagate, on pourrait inventer un nouveau proverbe. Quelque chose du style:

"Si tu dois passer devant le tribunal, prie pour qu'une bonne crise secoue l'économie mondiale."

Si, lundi, la plupart des médias ont relayé l'ouverture de ce procès, rendue particulièrement intéressante par son défilé de personnalités, depuis, plus rien ou presque. Un procès-fleuve balayé par le cataclysme économique qui s'abat sur la planète.

Ce procès devait être celui de l'exemple. Celui où la justice, aidée par la presse, une alliée de circonstance, devait rappeler qu'on interfère pas impunément dans la guerre civile d'un pays étranger, encore moins quand c'est pour y vendre des armes. Ce procès devait être le procès d'un système, de l'une des affaires les plus sales de la République ...

En plus, l'audience commence au pire moment pour garantir l'impartialité des débats. Nicolas Sarkozy était en Angola, il y a quelques mois, pour s'assurer de faire partie des heureux bénéficiaires du pétrole de ce pays. Le président Dos Santos, par la voix d'un avocat, a clairement fait entendre que son pays (surtout lui qui a tout de même encaissé 60 millions d'euros) ne souhaitait pas de ce grand déballage, prenant au mot les promesses de Sarkozy de "tourner la page des malentendus du passé".

Certes, la justice est indépendante. Mais pour que rien ne vienne entacher le résultat de ces longs mois d'audience, la justice n'a pas le droit à l'anonymat. Crise ou pas.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pef 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine