Magazine

Amours

Publié le 11 octobre 2008 par Joachim

Pour dessiner l'amour, il faut être deux...
Mais deux fois le même ?Ou plutôt deux qui ne font qu'un ?
Pour dessiner l'amour, il faut se perdre dans la pelote de sensations contradictoires qui nous assaillent au moment de la première fois, quand on est sans repère face à l'amour...

Pour dessiner l'amour, il faut chercher, chercher, tester toutes les combinaisons...

... avant de trouver les beaux accords...

***Elles ont à voir avec le dessin et la musique, les scènes d'amour dont je me souviens vraiment dans le cinéma récent. Avec le dessin pour leur quête du trait juste pour représenter les profils des corps et des visages. Avec la musique pour leur sens du tempo et le discret lyrisme qui les habite.
Dessiner l'amour, c'est aussi savoir explorer, comme chacun de ces extraits, trois accords sentimentaux : l'initiation, l'imbrication et la fusion.L'amour, un moteur à trois temps ? 
***Figure 1: Big Fish (Tim Burton 2004)Figure 2: En chair et en os (Pedro Almodovar 1997)Figure 3 : Paranoid Park (Gus van Sant 2007)Figures 4 et 5 : My own private Idaho (Gus van Sant 1991)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Joachim 239 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte