Magazine Culture

Impression à chaud : Plastic tree à Lyon

Publié le 13 octobre 2008 par Reyep
C'est encore transpirant après 5 heures de trajet entre Lyon et Marseille que je prend le temps pour vous, car chez nous les lecteurs sont rois, de revenir sur le concert de Plastic Tree.
Samedi 11 novembre, le groupe était donc à Lyon, première escale de la tournée française de Plastic Tree.
A deux niveaux, la date pouvait paraître surprenante. Première sortie en dehors du périple parisien pour le groupe, et qui plus est, un groupe que beaucoup ne croient pas vendeur ou attirant pour l'auditoire.
Et pourtant le public ce soir là fût présent. Des néophytes, des fans, des curieux, il y avait de tout dans la masse de plus de 200 personnes présente.
En première partie, SOUNDLICIOUS a choisi le contrepied avec les Dandy Freaks, groupe complètement allumé venant de notre verte contrée. Et l'accueil qui leur a été réservé a été plutôt bon, leur electro-rock faisant des ravages parmi les spectateurs, autour de thèmes universel, tels que les brocolis (distribution de brocolis ... de chewing-gum à la clé) les transexuels texans car ils portent un chapeau, le sexe... Universel je vous dis, comme le succès assuré de leur dernière surprise qui aura fait le plaisir des transpirants dans la fosse (mais chut on ne vous en dira pas plus, il faudra voir le live report la semaine prochaine pour le savoir).
Après une heure de bonne humeur, de fou rire autour de paroles débiles, d'absurdes déguisements et d'une prestation intéressante, le public commence à scander le nom de PLASTIC TREE. Et là le drame, que dis-je le cataclysme commence. On savait une frange du public visual kei irrespectueuse... Mais ce soir on a eu droit à une queue de cheval (de cheveux bien sur) à l'attitude honteuse. Vas y qu'on pousse, qu'on hurle, qu'on tire les cheveux, pour tenter de se rapprocher de ses idoles... Qui ne sont encore arrivés... Je vous laisse imaginer le désastre pendant le concert où près de Ryutaro, deux malaises et des centaines de bleus sont à dénombrer. Et que dire, encore une fois, et cela va malheureusement bien finir par rentrer un jour j'espère (même si je commence à en douter)... LES APPAREILS PHOTOS SONT INTERDITS ! LES PORTABLES AUSSI !
Bon maintenant que le gros point noir de cette soirée a été éludé, place au show du groupe qui nous a livré une setlist quasi parfaite où la longue carrière du groupe a été plus que bien représenté, ne faisant pas la part belle au dernier (très bon album) Utsusemi, comme on aurait pu s'y attendre. On évitera de gâcher la surprise, mais il y en avait pour tous les goûts, de toutes les périodes, les plus noires, mélancoliques, ou encore violente, avec des titres joués comme GHOST ou encore KUUCHU BURANKO.
Le groupe apparait d'ailleurs très clairement en grande forme. Un Tadashi déchainé, allant jusqu'à martyriser sa basse sur plusieurs morceaux, un Akira sans aucune fausse note de toute la longue durée (plus de 2h) du concert, et un Hiroshi qui martèle sa batterie en rythme avec brio, tout était bon, jusque dans le chant de Ryutaro. Car celui que l'on considère parfois comme une roulette russe vocale était aujourd'hui dans un grand soir. Distillant sa voix si particulière avec justesse, connaissant les limites de ses capacités, le chanteur était content d'être là et a livré une belle prestation. Emotionnellement, pour peu que l'on aime cette musique à la frontière du rock, du metal, et du shoegaze (dont le groupe se rapproche de plus en plus), le chant de Ryutaro possède une sensibilité unique. Extrêmement mélancolique, celui-ci se vivrait presque plus qu'il ne s'écoute. Et les trois cents personnes l'ont bien senti en rentrant totalement dans le jeu du chanteur et reprenant chorégraphie et headbangues en rythme avec lui.
De plus le groupe transpirait (et c'est pas peu dire vu la chaleur dans la fournaise... Euh pardon le marché gare) l'envie de venir là ce soir. Toujours souriant, rigolant avec le public (en traitant un des spectateurs de menteur quand il demande si quelqu'un parle japonais), et le remerciant chaleureusement après la fin du set, puis le rappet. Toute la formation avait visiblement à coeur de montrer que Lyon n'était une simple escale mais une envie de donner aux français plus qu'ils n'avaient pu avoir jusqu'alors. Comme le prouvera d'ailleurs cette séance de dédicace improvisée au sein d'un lugubre parking peu de temps après le concert.
Enfin bref, si vous avez l'occasion ce samedi de voir Plastic Tree, pour peu que vous aimiez le groupe ou que vous auriez les moyens de faire une découverte... Foncez ! Car le jeu de la bande en vaut vraiment son pesant de chandelier (ahaha un jeu de mot sur le nom d'un album, génial !), et que pour une fois qu'un artiste montre son envie de venir en France, la moindre des choses, c'est de lui rendre la pareille.
Sur ceux votre humble écrivain retourne se coucher, parce que 5 heures de voiture, ça use.
Texte : Fox

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Reyep 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte