Magazine

1 semaine, 11h de musique, 32 sonates, 99 mouvements

Publié le 13 octobre 2008 par Gaby

C’est le programme qu’est en train de réaliser le pianiste François Frédéric Guy du 10 au 17 Octobre, il joue l’intégrale des sonates de Beethoven à la Cité de la musique (Paris). J’aurai adoré y être. L’expérience doit être incroyable, vivre et écouter toutes les sonates d’un des plus grands chiens compositeurs de l’histoire ça doit être quelque chose. De sa période Haydn jusqu’à sa mort en 1827. Ça doit être particulièrement intéressant de voir l’évolution de sa musique au fil de sa vie, le tout concentré en une semaine. Les performances mentale (il joue tout par cœur) et physique de François-Frédéric sont exceptionnelles.
François-Frédéric Guy
Beethoven me rappelle mon enfance, comme toute la musique classique en fait. Vous déjà connaissez ma passion pour Chopin mais je n’avais jamais parlé de la relation spéciale que j’ai avec ce style musical. Le classique fait vraiment partie de moi, je n’ai connu que cette musique pendant de nombreuses années, jusqu’à 8-9 ans environ.
L.V. Beethoven Sonate Pathétique 2nd Mouvement
Ce n’est pas parce que je l’ai choisi, on ne choisit pas la musique à la maison quand on a 6 ans, mais plutôt parce que c’est la seule musique qui vaille pour mes parents. Mon père n’a jamais écouté autre chose que le classique et il est presque fier de raconter qu’adolescent il avait perdu un camembert au Trivial Poursuit car il avait répondu que les Beatles venaient de Manchester. Alors qu’il est né en 56. Et c’est pareil dans toute ma famille, elle ne vit que pour le classique et d’ailleurs beaucoup en vivent. Ils sont professeurs au conservatoire, musiciens dans divers orchestres et tous jouent d’au moins un instrument classique.
C’est une ambiance spéciale, difficile de parler avec eux d’Arcade Fire, de Leonard Cohen ou même des Stones. Mes parents sont un peu le genre "professeurs de lettres branchés sur France Inter et qui votent pour les Verts" et chez moi il y a effectivement "Télérama, un album sur Colette et le chauffage à 17". J’ai été élevé dans la musique classique. Certains ados s’amusent avec une vieille guitare électrique achetée par leur père le lendemain d’un concert des Sex Pistols, chez moi il y a deux pianos, un violoncelle, un violon, une guitare sèche, un clavecin et une douzaine de flûtes de tous les genres possibles et inimaginables.
Autant vous dire que j’en ai entendu des sonates, que j’en ai vu des concerts et que j’en ai passé des dimanches enfermé dans ma chambre essayant de me concentrer sur mes devoirs alors que mes parents chantaient du Puccini avec des amis de la chorale dans le salon. Evidemment ça faisait un peu clash avec la musique que mes potes écoutaient à cette époque. Je devais être un des seuls de mon collège à écouter cette musique de « bouffons » comme l’aimaient à appeler certains rigolos fans de Makina. Mais j'ai rapidement arrêté d’essayer de leur expliquer que leur musique de merde ne faisait que reprendre un ou deux des centaines d' accords du (Christian) Clavier Bien Tempéré de JS Bach car j’en ai écouté aussi de la musique pourrie ces années là. C’était l’âge, et c’était aussi probablement inconsciemment une façon de me démarquer de mes parents. On l’a tous fait.
Mais en tout cas c’est vrai que j’écoute encore de la musique classique, principalement du XIX ou du XXième siècle, c’est donc que je n’en ai pas été dégoûté par mes parents. Et ça me laisse toujours perplexe de voir que tout le monde est d’accord pour appeler ça de la grande musique mais qu’au final peu l’écoutent.
Bref, voilà une belle note moi, ma vie, mon œuvre ; si jamais j’écris mon autobiographie je crois que je la reprendrai telle quelle ;)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gaby 19 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog