Magazine Culture

Un peu de fatigue

Par A_girl_from_earth
Un peu de fatigue
UN PEU DE FATIGUE

4è de couv':
"Un jardin ahurissant, une vasectomie existencielle, un revolver presque burlesque et de la tendresse, beaucoup de tendresse.
Voici donc un électrocardiogramme. Celui du monde d'Edouard - amours déchus, amitiés tourmentées, famille trouble - et de sa désintégration.
Entre le présent et le passé s'entremêlent les voix du héros, de l'ami Michel, de la douce Simone et de l'ex-épouse Véronique, esquissant le portrait cynique mais sensible d'un homme et de son parterre.
Des dialogues percutants, des situations souvent excessives mais toujours justes et cet étonnant mélange d'humour et de gravité qu'apprendront à connaître ceux et celles à qui l'univers de Bourguignon ne serait pas encore familier.
Un roman corrosif et pourtant sentimental par l'un des écrivains les plus talentueux de sa génération."

J'avais une mauvaise intuition avec ce roman et j'aurais dû la suivre! En même temps, au moins j'aurais découvert cet auteur.
Un auteur québécois encensé par la critique, paraît-il délirant (ou j'ai mal compris), en tout cas, très bon, donc forcément, curiosité!
J'en prends un au hasard, je lis la 4è de couv' - le thème - pas convaincue - trop gnagna pour moi ("amours déchus, amitiés tourmentées", "ex-épouse" - ah oui, et surtout, "tendresse" (poils hérissés là)) - d'emblée ça commence mal - mais bon, auteur encensé, etc etc...
Je m'y attèle, essayant de mettre de côté mes préjugés par rapport aux thèmes et m'ouvrant autant que possible à cette découverte, mais dès les premières pages, je le sens mal mal mal.
Ton trop grave, trop sérieux, pour la légèreté on repassera, histoire trop centrée sur les petits problèmes existenciels du personnage, limite chiant à la film dramatico-tragique français avec des phrases du genre:
"... perte de l'espoir surtout, et l'apparition, comme un appendice de cette perte, du cynisme et de la désillusion."

(voyez l'ambiance...)
Vraiment si j'avais été dans une salle de ciné, je me serais levée en plein milieu (et même quart), mais là, s'agissant d'un livre, j'ai tenu jusqu'au bout (un certain respect vis-à-vis des livres... lol... enfin, surtout l'espoir d'un revirement de situation, d'une surprise au bout du long tunnel...)
A l'instar d'un des personnages ami du "héros", j'étais en fait énervée contre lui (et du coup, contre ce qu'il me faisait endurer à travers cette lecture):
"-Ta petite gueule, ton petit nombril... T'es pas tanné de nous faire chier avec ta petite personne? Tu crois que t'es le seul à peiner pour tirer ton épingle du jeu? Faudrait que la Terre arrête de tourner le temps que Monsieur retombe sur ses pattes?"
(précisément ce que je pensais et qui me donnais envie de lâcher l'histoire lol)
Aussi cette phrase que j'ai notée car elle évoque assez bien aussi mon ressenti par rapport à l'histoire (transposer "histoire" à "ils"):
"Ils ont débarqué dans notre première maison comme des barbares et ils ont tout saccagé avec leur amertume et leur désoeuvrement. Ils jettent leur triste vie à nos pieds et nous avons beau fouiller, examiner le tout, nous n'arrivons pas à nous choisir un seul objet de valeur."
(sensation de perdre mon temps en lisant cette histoire qui me jetait tristesse, "amertume" et "désoeuvrement" à la figure alors que j'ai rien demandé de tel moi!)
Alors oui il y a du cynisme etc mais ça ne suffit pas à relever l'intérêt de l'histoire (je parle pour moi évidemment - certainement que ce type d'histoires en intéressera plus d'un - et heureusement).
Déçue - et vraiment pas prête à lire d'autres romans de cet auteur, non pas à cause du style (rien à redire de particulier dessus d'ailleurs) mais bien à cause des thèmes que je suspecte ne pas être fait pour moi...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Un peu de beauté, un peu d'espoir...

    L’enfance est le verger de nos folles espérances. Les petits congolais de Goma, hauts comme trois noix de coco, troquent leur kalashnikov contre un peu d'espoir... Lire la suite

    Par  Bonamangangu
    CULTURE
  • La SEP: quelle fatigue!

    Quelle longue journée! J'étais, comme prévu, aux Journées de l'ARSEP au Palais des Congrès, je vous en ferai le "bilan" plus tard..... car là, je souffle. J'y a... Lire la suite

    Par  Pat La Fourmi
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Bonne fatigue aujourd'hui ... normal, je rentre du Festival de Jazz !

    Hier en effet a eu lieu la dernière journée du Festival de Jazz de saint... Lire la suite

    Par  Frédérique Barteau
    AUTO/MOTO, CONSO
  • Un peu de gym ....

    Bon, vous vous rappelez sûrement les épisodes des cuisines But ici et ici que j'avais proposé il n'y a pas si longtemps, mais aujourd'hui on attaque un autre... Lire la suite

    Par  Laurentibook
    A CLASSER
  • Aimer peu, être beaucoup !

    Encore un titre et texte de conférence (André Moreau, philosophe) "L'amour n'a pas rempli son office en occident... Il a demandé de s'oublier au profit de... Lire la suite

    Par  Lyanne
    CÔTÉ FEMMES, RENCONTRE, SEXO
  • Fatigue (1)

    Dans mon environnement, esssentiellement des gens exerçant des professions sans activités physiques particulièrement intenses, je suis frappé par le nombre de... Lire la suite

    Par  Jfa
    A CLASSER
  • Fatigue (2)

    Je viens de re-terminer, pour la nième fois “La Société de consommation” de J. Baudrillard pour lequel “la fatigue, endémique, incontrôlable est, avec la... Lire la suite

    Par  Jfa
    A CLASSER

A propos de l’auteur


A_girl_from_earth 191 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines