Magazine Moyen Orient

Sabra et Chatila à nus

Publié le 14 octobre 2008 par Delphineminoui1974

photo sabra.JPG 

Les camps de Sabra et Chatila, ça faisait des années qu'il voulait les visiter. A peine débarqué des Etats-Unis, c'est donc naturellement qu'un ami, de passage à Beyrouth, me demande de l'y emmener.

En Occident, ce sont, de loin, les camps de réfugiés palestiniens qui ont le plus fait couler d'encre, après le massacre perpétré en 1982 par une milice chrétienne libanaise, dans un secteur contrôlé à l'époque par l'armée israélienne.

Avant de partir, notre entourage nous recommande de prendre quelques précautions d'usage.
Depuis les événements survenus dans un autre camp, celui de Nahr el Bared, à l'été 2007, qui opposèrent l'armée libanaise aux militants extrémistes du Fatah al Islam, on fait souvent l'amalgame entre camps palestiniens et islamistes anti-Occidentaux. Pas plus tard que dimanche dernier, les autorités libanaises ont déclaré avoir arrêté des membres d'une cellule terroriste d'obédience salafiste liée au Fatah al Islam, et qui seraient impliqués dans les récents attentats contre l'armée libanaise.

Histoire de ne pas s'attirer d'ennuis, nous ne pouvons, bien sûr, nous empêcher de redoubler de prudence. Le thermomètre a beau afficher plus de 30 degrés, je décide donc de troquer ma chemisette blanche contre une longue tunique noire, et je conseille à l'ami de passage de ne pas porter ostensiblement son appareil photo en bandoulière. On ne sait jamais. Peut-être qu'en effet, par les temps qui courent, nous ne sommes pas les bienvenus par là-bas...

Mais une fois passée l'entrée principale, nos préjugés ont vite fait de voler en éclats. Entre posters de Cheikh Yassine -le fondateur du Hamas - et photos de Shakira - la sulfureuse chanteuse libano-colombienne - la rue principale n'est autre qu'un supermarché à ciel ouvert pour jeunes en quête de loisirs... bien particuliers.

Blue-jeans délavés, chaussures de tennis de contrefaçon, casquettes à l'américaine, il y en a pour tous les goûts. En vert, violet ou orange, des keffiehs branchés - c'est la nouvelle mode de l'automne à Beyrouth - attendent le client, à des prix défiants toute concurrence.

Les surprises ne font que commencer. Sur leurs étals à roulettes, de jeunes vendeurs ambulants proposent des copies pirates de DVD.

Tiens, ça tombe bien. L'ami en question est à la recherche de documentaires sur la population palestinienne, qu'il pourra montrer à ses amis intellectuels, une fois de retour aux Etats-Unis.

Fier d'étaler sa connaissance d'une région du monde bien complexe et souvent stigmatisée en Amérique, il s'empresse de réciter une liste de films récemment diffusés dans certains festivals d'art et essai : Slingshot hip-hop -  à propos de jeunes rappeurs palestiniens - Arna's children - qui s'intéresse aux origine de jeunes kamikazes -  Occupation 101, etc...

Mais c'est comme s'il parlait chinois au jeune vendeur. « Jamais entendu parlé de ces films !», répond le jeune palestinien, en nous regardant comme si nous étions de vieux ringards qui n'ont rien compris aux mouvements de mode.

- Ici, enchaîne-t-il, on ne vend que du « borno » !
- Du quoi ? surenchérit l'ami.
- Du « porno », me mets-je à lui murmurer à l'oreille. En arabe, le « p » se prononce « b »...

Visiblement déçu, il me propose de tenter notre chance un peu plus loin.

Sans doute trahis par notre accent étranger, nous sommes vite repérés par un autre vendeur.

- Vous voulez des DVD ? nous demande-t-il en nous accostant.
- Oui ! s'empresse de répondre l'ami, avec enthousiasme, en s'apprêtant à réciter à nouveau la liste de ses documentaires préférés.

Sa déception ne se fait pas attendre. Parmi les titres proposés, le choix est bien maigre :

« Le seigneur des anus », « Les derniers exploits de Rocco Siffredi » - la star du porno italien, et j'en passe... Hmm, tout cela n'est pas très « docu », dans un de ces pseudo bastions du salafisme.

Et bien, tant pis, nous nous rabattrons sur les keffiehs, en mettant, une fois de plus, nos idées reçues au placard...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par rim
posté le 15 octobre à 10:33
Signaler un abus

C'est vraiment le camp de réfugiés palestiniens peint avec l'intérêt du touriste lamba qui, comme on visite un zoo, le seul intérêt se porte sur la curiosité de l'oeil. J'ai connu ces camps, en tant que médecin, au Liban et en Irak, et la réalité du quotidien va au delà des posters de Shakira ou des photos de leaders politiques ou religieux. La contrefaçon n'est pas un délit, c'est une tentative de survie dans un univers où la vie humaine a beaucoup moins de valeur que celle des ours et des chiens. C'est le chomage qui ravage malgré les diplômes, les failles sanitaires malgré les aides médicales (toujours maigres), la surpopulation par principe religieux (l'argent et la progeniture sont la joie de la vie sur terre) et par manque d'information , et surtout un manque d'encadrement et d'accompagnement des gens de différents âges. Sabra et Chalita, à nu, ne sont que la prolongation dans le temps d'un massacre humain qui a commencé en 1975, qui continue à se nourrir de tant d'indifférence et de préjugés. Le désastre est immense. Il suffit de regarder partout, les autres camps sont une copie les uns des autres. Partout c'est de la misère humaine à en revendre,malgré des tentatives impuissantes de s'en sortir. On ne peut pas applaudir avec une seule main (Un proverbe Libanais). Il faudrait une action à la fois sociale, sanitaire et éducative pour sortir ces camps de leur état actuel.

A propos de l’auteur


Delphineminoui1974 564 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte