Magazine

Golden séminaire...

Publié le 08 octobre 2008 par Eric01
Oh je n’aurai pas la prétention ici (ni ailleurs) de me lancer dans une quelconque analyse de cette crise économico-financière, tant les énormités que j’accoucherai de mes réflexions ne pourraient être que d’approximatives banalités (voire d’insondables conneries).
Je me contente donc d’observer ce qui se passe, essayant de comprendre au mieux les mécanismes qui ont conduit ce monde aux limites du gouffre en me disant que, bah, de toute façon, à part subir les effets de ce qui va se passer, je ne vois pas bien ce que je peux faire !
Et il m’est avis que je ne dois pas être le seul membre de ce club de non-initiés.
Néanmoins (comme disait le Sphinx..), des limbes de mon inculture surgissent quelques réactions qui ne nécessitent pas un master de sciences éco.
A moins d’être aveugle, sourd ou en séjour sport et loisir sur Jupiter, il était difficile de louper les annonces de sauvetage financier de quelques géants internationaux de la banque et de l’assurance qui ont émaillé la quinzaine écoulée. De partout sur ce globe on nous a pondu des plans "machin", des accords "çuilà" et des stratégies "sézig", et on a commencé à faire valser dollars, yen, roubles, livres et euros dans tous les sens.

Des milliards. Des dizaines, des centaines… des milliers de milliards !...
Des chiffres tellement irrationnels que leur adjoindre une unité de monnaie en est devenu superflu.
Ce que j’ai bien compris par contre, c’est que quelque soit le pays, ces sommes colossales qui ont de multiples destinataires, ont un point de départ commun : la poche du contribuable.
Raisonnement simpliste et populiste me diront certains qui auront probablement de bonnes explications techniques à opposer à ma formule à l’emporte-pièce, explications dont je n’entraverai d’ailleurs qu’une partie négligeable même en me motivant.
Le contribuable américain lui, n’attend plus qu’on lui explique quoi que ce soit. Et au cas où il n’ait pas bien compris qu’il avait le rôle du pigeon, les patrons d’AIG se sont chargé de le lui rappeler.
85 milliards. C’est le montant en dollars de l’injection de fonds publics dans le capital de l’assureur AIG pour lui sortir le nez de la bouse le 15 septembre dernier.
5 milliards. C’est le montant des pertes enregistrées par AIG au dernier trimestre de 2007 consécutives aux placements financiers hasardeux de ses dirigeants.
5 millions. C’est le montant du bonus empoché par son PDG Martin Sulivan.
15 millions. C’est le montant de son parachute doré.
440 000. C’est le montant de la note de frais d’hôtellerie que les dirigeants d’AIG ont présenté à la comptabilité pour leur séminaire d’une semaine dans un palace de Monarch Beach (San Diégo), tout juste 6 jours après le sauvetage de leur société.
photo_mainpool.jpg Mélangez tout ça dans un saladier et ajoutez-y les commentaires du porte parole de la boite : "c’est une pratique courante dans le milieu des assurances américaines pour récompenser les meilleurs commerciaux", et vous obtiendrez probablement tous les éléments propices à une furieuse envie de meurtre chez tous ceux à qui on a retourné les poches pour permettre à ces insatiables porcs d’aller fêter leur fiasco dans des hôtels à 1600$ la nuit.
150 000$ rien que de frais de bouche pour 6 jours de vacances...
23 000 $ de bain à remous…
On a beau se dire qu’on est là dans l’anecdote et que les maux de cette crise ne se résument pas dans ce pitoyable exemple, on ne peut que constater que nous touchons le fond du fond de l’indécence et de l’immoralité.
Tellement immoral qu’on a toujours un peu de mal à accepter que de telles aberrations puissent avoir cours chez nous.
Les Bouton, Forgeard et autres Messier nous ont pourtant fait dégringoler de notre nuage plus d’une fois.
Et ce ne sont pas les chartes d’éthique à deux balles ou les pactes de cour de récré de Mme Parisot qui adouciront les mœurs de leurs héritiers…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eric01 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog