Magazine Cinéma

FROST/NIXON un duel télévisé surprenant!

Par Michcine

Frost Nixon pix

Genre: Drame Avec Frank Langella, Michael Sheen, Rebecca Hall, Toby Jones, Matthew Macfadyen, Kevin Bacon, Oliver Platt, Sam Rockwell Réalisation et production :  Ron Howard (Da Vinci Code) sur un scénario de Peter Morgan

frost Nixon pix one

Ron Howard le réalisateur vainqueur d'un Oscar®, porte à l'écran la joute orale électrique entre le président en disgrâce Richar Nixon et un "héritage" à sauver, et David Frost, une grande personnalitée de la télévision américaine, très people, et très jet-set, dans une histoire encore non publiée sur ce duel historique qui les a changé tous les deux. Il n'est pas certain qu'en portant à l'écran ce fameux débat télévisé qui permit à Franck Langella de remporter un Tony Award, Howard ait fait une bonne chose...Le film est assez inégal, pour ne pas dire, assez ennuyeux pour ceux qui n'étaient pas encore nés lors de ces rencontres...

frost nixon pix two

Mini-synopsis: Pendant les  trois années qui ont suivi son départ de la Maison Blanche; Nixon ne s'est plus manifesté. Mais en été 1977, l'homme de fer, l'ancien commandant en chef, accepte de s'installer dans le fauteuil de David frost, l'un des présentateurs les plus côtés du moment, pour répondre du scandale du Watergate sous sa présidence, et qui met fin à son mandat.  Faire de Frost son "confesseur télévisé" avec l'intention de "clore" le bec au showman anglais et reprendre sa place dans le coeur des américains en surprit plus d'un.  Dans l'entourage de Frost, son équipe affichait une certaine fébrilité quant à l'habilité de leur Boss  devant l'ex président. Nixon éludera-t'il certaines questions, concernant son rôle dans l'un des plus grands scandales américains? Frost osera-t'il poser les questions qui s'imposent, à l'homme qui a bâti sa carrière sur des appromixmations?  Pourtant, dès que les caméras se sont mis à tourner, les spectateurs ont eu droit à l'une des plus belle joute orale télévisée, où chacun dévoile une petite partie de sa vulnérabilité. Cependant, le film a déçu le public Us, lors de sa sortie il y a quelques jours.

frost nixon three

  

Frost/Nixon  seulement recrée l'interview télévisée, et toutes les manoeuvres faites en coulisses, avant le face-à-face devant les caméras, de deux hommes et leurs camps respectifs, lorsque par moments les échanges, et arrangements étaient au point-mort. Cela n'a pas suffit. Comme à l'acoutûmée, j'ai été invitée à la vision-presse, et je rejoint les critiques américains..

 Bande-annonce. Pas de très bonne facture, et en ce qui me concerne, même si Langella rempile pour la version grand écran, il me semble être une très mauvaise personnification de Nixon.

 Le très malhabile et plein de défauts président Richard Nixon, personnifié par Franck Langella, est un vrai électron dans cette adaptation de Howard. Le personnage nerveux, chef de file du pays le plus puissant au monde, essaye tant et plus de déstabiliser David Frost, et ce sera du début jusqu'à la fin, un match inégal. Tout comme l'est le film du reste! 

  

frost nixon
 Pendant que Frost/Nixon déroule ses problèmes,  Franck Langella en est un autre! En reprenant son rôle tenu sur les planches en 1977, avec lequel il obtint un Tony Award , équivalant des Oscars pour la télévision, le comédien ne délivre même pas une imitation, ni une personnification, il ne ressemble en rien à Nixon, et ne parle même pas comme lui. Doit-on dès-lors se dire, qu'après ses performances au petit écran, Langella considère ce rôle comme un cadeau du ciel sans plus...

En clair, il n'est pas certains que Frost/Nixon trouvera son public. Le film survole pratiquement tout de l'histoire du Watergate, et le scandale qui obligeât NIxon à démisionner, donc la joute verbale devient d'une grande monotonie. Il ne s'adresse en vérité qu'aux personnes qui aiment la politique,  qui en comprennent tous les rouages et finesses. Mais surtout, même si le spectateur peut découvrir les débuts balbutiants de la télévision des années 60, en le faisant entrer dans les coulisses, il n'en reste pas moins que ce scandale ne concerne plus les spectateurs d'aujourd'hui.  Pour ces derniers, Le Watergate est loin, et depuis d'autres affaires bien plus croustillantes, ont fait les choux gras de la presse mondiale. En clair, je pense que Frost/Nixon est tout juste ciblé pour un public issu de cette époque. Car même Michael Sheen (Tony Blair dans The Queen") dans la peau du journaliste est bien trop tendre par rapport au mordant qu'affichait le vrai Frost!!

Avec aussi: Kevin beacon, Rebecca hall, Tobey Jones (Capote) Oliver Platt et Sam Rockwell.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Michcine 21497 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines