Magazine

Plus de 1000 morts dans l’offensive israélienne à Gaza

Publié le 14 janvier 2009 par Adel Miliani

40018

Une femme pleure la mort d’un proche dans la bande de Gaza.

Photo: AP

technorati.gif
Le bilan de l’offensive israélienne en cours depuis 19 jours à Gaza a dépassé les 1000 morts mercredi, au moment où s’esquissait une issue diplomatique sous les auspices de l’Égypte en vue d’un cessez-le-feu.

Le nombre de morts a atteint 1013 et celui de blessés plus de 4700, selon le dernier bilan fourni à l’AFP en fin de journée par le chef des services d’urgence à Gaza, Mouawiya Hassanein.

Alors que le nombre de morts grandit à Gaza, une source diplomatique égyptienne a annoncé que Le Caire avait obtenu l’accord du Hamas à son plan visant à mettre fin à la guerre à Gaza et attendait désormais la réponse d’Israël.

Le principal négociateur israélien, Amos Gilad, est attendu jeudi au Caire.

Des responsables du Hamas devaient donner dans la soirée une conférence de presse au Caire. Entre-temps, le représentant du Hamas au Liban et membre de sa direction, Oussama Hamdan, a affirmé sur la chaîne d’information arabe Al-Jazira que des «points de divergences» demeuraient dans les discussions.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos a également affirmé à Jérusalem que le Hamas avait accepté l’initiative égyptienne de cessez-le-feu.

La Maison-Blanche a exprimé son scepticisme face aux informations sur l’acceptation du plan égyptien par le Hamas.

La France, qui a participé à l’élaboration du plan égyptien, a affirmé par la voix du chef de la diplomatie Bernard Kouchner que les «contours d’un cessez-le-feu commencent à se dessiner» à Gaza.

A Gaza, le bilan s’est alourdi après la mort d’au moins 20 Palestiniens dans de nouvelles attaques et des combats, le décès de certains blessés et la récupération de corps, ont expliqué des sources médicales.

Un raid aérien dans la soirée a fait trois morts dans un quartier de Gaza-ville.

Les plus violents combats ont eu lieu mercredi matin dans des quartiers périphériques de Gaza-ville ainsi que dans le nord du territoire palestinien.

Au moins 315 enfants et 100 femmes figurent parmi les morts de l’offensive israélienne lancée le 27 décembre avec l’objectif affiché de contraindre le mouvement islamiste Hamas qui contrôle Gaza de mettre fin aux tirs de roquettes sur le territoire israélien.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, qui a entamé en Égypte une tournée régionale pour tenter d’obtenir l’arrêt des combats, a affirmé qu’il «n’y avait plus de temps à perdre» pour que cesse la guerre de Gaza.

Une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à l’instauration «d’un cessez-le-feu immédiat» est restée lettre morte depuis son adoption le 8 janvier. L’Assemblée générale de l’ONU devait se réunir jeudi pour appeler au respect de cette résolution.

Un haut responsable du ministère israélien de la Défense a pour sa part indiqué à l’AFP qu’«Israël ne se sent pas sous pression pour mettre fin à l’opération à ce stade».

«La seule vraie issue que nous voyons se présentera lorsque Obama arrivera à la Maison-Blanche», a-t-il ajouté sous couvert de l’anonymat, en référence au président américain élu Barack Obama qui prendra ses fonctions le 20 janvier.

De son côté, le chef d’Al-Qaeda Oussama ben Laden a appelé dans un enregistrement au jihad (guerre sainte) «pour arrêter l’agression contre Gaza».

Mercredi, 14 roquettes ont été tirées de la bande de Gaza vers Israël. Ce type de tirs a fait quatre morts dans le sud d’Israël depuis le début de l’offensive.

Au total, dix militaires et trois civils israéliens ont été tués depuis le 27 décembre. Sept soldats ont été blessés mercredi, dont un grièvement.

Par ailleurs, trois roquettes tirées du Liban ont explosé près de la ville frontalière de Kyriat Shmona, selon la police israélienne.

Cette attaque, la deuxième du genre depuis le 27 décembre, n’a pas été revendiquée. L’armée israélienne a répliqué en tirant contre la zone à partir de laquelle ces roquettes avaient été lancées.

Dans la bande de Gaza, un million d’habitants vivent sans électricité, 750 000 sont sans eau et les hôpitaux fonctionnent grâce à des générateurs de secours, selon l’ONU.

Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Jakob Kellenberger, a jugé la situation humanitaire dans le territoire, où il s’était rendu mardi, de «dramatique» alors que le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) a qualifié d’«inacceptable» la mort de plus de 300 enfants.

La très respectée revue médicale britannique The Lancet a accusé les forces israéliennes d’«atrocités» à Gaza.

En signe de protestation contre l’offensive israélienne, la Bolivie a emboîté le pas au Venezuela en rompant ses relations diplomatiques avec Israël.

L’Arabie saoudite a appelé à l’organisation jeudi à Riyad d’un sommet d’urgence des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) pour discuter de la guerre de Gaza.

La tenue d’un sommet arabe consacré à Gaza vendredi au Qatar reste elle incertaine, le quorum n’ayant pas encore été atteint, a affirmé le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa.

Le président syrien Bachar al-Assad, dont le pays abrite le bureau politique du Hamas, a affirmé que l’offensive à Gaza risque de «semer l’extrémisme et la terreur» dans toute la région, dans une interview à la BBC.

Posted in Adel Life, News  Tagged: 1000 morts, bande de Gaza, Gaza, Israël, morts, offensive israélienne, Palestine, palestiniens, proche-orient  

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Adel Miliani 213 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte