Magazine Santé

Difficultés de la justice, face à un drame humain

Publié le 15 janvier 2009 par Aurélia Denoual

Le tribunal correctionnel de Paris, après de longs mois de délibérations a relaxé les médecins et pharmaciens responsables du décès, à ce jour, de 117 jeunes traités à l’hormone de croissance qui leur a été administrée pour corriger un problème génétique les empêchant de grandir normalement.

L’hormone de croissance était produite à l’époque à partir d’hypophyses, une glande crânienne, prélevée sur des cadavres, sans chercher à connaître les causes de leur mort, alors que certains étaient gravement infectés, d’où la transmission aux jeunes victimes la maladie de Creutzfeld-Jakob.

Devant l’impossibilité de clarifier l’état des connaissances scientifiques à l’époque des faits, le tribunal, en prononçant la relax générale a privilégié l’aspect juridique au détriment de l’aspect humain, en jugeant les faits et non pas leurs conséquences, ce qui a conduit le parquet, dans l’intérêt de l’ordre public a interjeter immédiatement appel.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aurélia Denoual 17 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines