Magazine Culture

Comment la Reine a sauvé ma peau

Par Magda

6800__paysage-5marie-antoinette

Berlin, huit heures du matin. J’ouvre un œil. J’ai dormi deux heures. De vagues flashes de la soirée, ou plutôt de l’aube dernière, refont surface, et j’ai honte. L’atroce miroir de Blanche-Neige, niché dans mon poudrier minuscule, me fait savoir que je ne suis vraiment pas la plus belle. Vacillant jusqu’à mon ordinateur portable, que je laisse s’effondrer sur ma couette, je glisse le DVD de Marie-Antoinette de Sofia Coppola dans la fente du lecteur et je me laisse engloutir dans ce macaron géant.

Macaron géant? Oui, mais… Il y a une deuxième couche à l’intérieur. J’ai bien sûr vu le film au cinéma lors de sa sortie, et je ressentais le besoin de vérifier ce matin ce qu’il m’avait bien semblé à l’époque : Marie-Antoinette est un grand film. Ah oui, bien sûr, me direz-vous, les fanfreluches, le champagne qui coule à flots, les montagnes de sucre candi, les perruques à quinze étages, ça fait rêver la midinette. Eh bien oui ! la midinette en moi rêve follement d’entrer dans le Palais de Dame Tartine, de tout boulotter en robe à paniers et de repartir avec Axel Fersen sous le bras. Il faut avouer que le travail somptueux de décors et de costumes opéré par l’équipe de Sofia Coppola, autant que l’extrême minutie accordée à la photographie, font de Marie-Antoinette un véritable régal pour les yeux. Grand film donc, d’abord parce que les moyens sont grands, et pourquoi pas, puisque Papa Coppola coproduit et que des centaines d’acteurs français ont été engagés pour la figuration poudrée et fardée qui envahit la pellicule : voilà de l’argent bien dépensé.

Grand film au sens classique : grandeur du sujet historique, grandeur de l’interprétation (formidable et subtile Kirsten Dunst), grandeur des émotions. Sofia Coppola donne dans l’intime, en version démesurée. En se réappropriant la Reine de France avec sa musique rock et ses Converse roses, elle donne surtout à voir un magnifique portrait de femme très peu psychologisant. Ennui, langueur, vide, jeunesse triste, telles sont les couleurs brumeuses du film sous son maquillage pastel et or. La tragédie d’une femme qui n’a jamais pris son destin en main, ballottée comme une balle de ping-pong entre les intérêts européens et nationaux. Chez Sofia Coppola, tout est finalement très formel : le décor parle d’abord et donne la teinte des émotions. La lumière est travaillée au millimètre près : c’est ainsi que tout le film, qui baigne dans une douce clarté printanière, se teint de noir fumé à l’approche de la Révolution.

Révolution qui, d’ailleurs, n’est jamais montrée. Marie-Antoinette ne va jamais à la rencontre de son peuple, et le spectateur non plus. Nous sommes totalement avec elles, emprisonnés comme la Reine en son beau château dont elle ne sortira que pour mourir - mais ça, Coppola ne le dit pas, à quoi bon? Nous le savons. Et c’est cette connaissance de l’Histoire que la réalisatrice respecte sans cesse chez le spectateur. On rit certes du “Qu’ils mangent de la brioche” : elle n’a JAMAIS dit ça! s’écrie Sofia Coppola dans le making-of du film. Mais on nous épargne Louis XVI et ses serrures, le “RAS” écrit dans le journal à la date du 14 juillet… Les dialogues disent ce qu’on ne fait pas à l’écran. Les acteurs font ce qu’ils ne disent pas. Un bon scénario, en somme.

Macaron multi-couches, donc. Et lorsque la dernière d’entre elles craque sous la dent, on pense à la guillotine. God save the queen, la Reine a sauvé ma peau des vapeurs de la nuit : quand j’ai émergé de ces deux heures de bonheur, j’avais les joues roses d’émotion.

  

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • La reine dans le palais des courants d’air

    AUTEUR : Stieg Larsson TITRE : La reine dans le palais des courants d’air. Millenium 3 RÉSUMÉ : Que les lecteurs des deux premiers tomes de la trilogie Milléniu... Lire la suite

    Par  Madame Charlotte
    CULTURE, LIVRES
  • Les adieux à la reine - Chantal Thomas

    adieux reine Chantal Thomas

    Les Adieux à la reine- Chantal Thomas Editions du Seuil - 254 pages. 1810. Vienne est une ville ruinée et humiliée par le passage et la victoire de Napoléon. Lire la suite

    Par  Karineetseslivres
    CULTURE, LIVRES
  • La Reine de l'Idaho - Thomas Savage

    The Sheep Queen Traduction : Pierre Furlan De Thomas Savage, "Le Pouvoir du Chien", découvert assez tardivement dans notre pays, ne cessait d'attirer mon... Lire la suite

    Par  Woland
    CULTURE, LIVRES
  • La reine des bisous

    reine bisous

    Dans la série des livres à partager autour d'un câlin, La reine des bisous est un petit livre très sympa à lire avant de se coucher."La petite princesse vit... Lire la suite

    Par  Myrtilled
    CÔTÉ FEMMES, CULTURE, ENFANTS, JEUNESSE, LIVRES
  • Pages du journal de la reine Victoria

    Pages journal reine Victoria

    Lilly m'avait bien gâtée lors du Victorian swap. Ce charmant petit livre faisait partie du colis. Parlons d'abord de l'objet, blanc, épais, doux, terriblement... Lire la suite

    Par  Pralinerie
    CULTURE, LIVRES
  • La reine du silence

    reine silence

    AUTEUR : Marie Nimier TITRE : La reine du silence RÉSUMÉ : Mon père a trouvé la mort un vendredi soir. Son Aston Martin s’est écrasée contre le parapet d’un... Lire la suite

    Par  Madame Charlotte
    CULTURE, LIVRES
  • La Reine des lectrices; Alan Bennett

    Reine lectrices; Alan Bennett

    C'est gigolette au muscadin qui m'a donné envie de lire ce livre, en écrivant : "Dans un temps où la culture est menacée en France par les promoteurs de l'argen... Lire la suite

    Par  Sylvielectures
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Magda 59 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines