Magazine Société

2008, année erratique

Publié le 17 janvier 2009 par Delits

20081L’année qui s’achève aura offert à l’opinion des visages bien contrastés. Printemps triomphal pour le PS qui remporte aux municipales et aux cantonales un succès aussi éclatant qu’inespéré. Puis piteux automne, des universités d’été au congrès, pour un parti empêtré dans des rivalités que la malice d’un vote trop serré ne permet pas de trancher.

A l’inverse, 2008 commence bien mal pour le Président de la République, encore marqué par la surexposition de sa vie privée, peinant lors de ses vœux à trouver les bons mots et les bons thèmes pour se relancer, et confronté à l’impatience de l’opinion sur le pouvoir d’achat. Autour de lui des ministres se chamaillent, parlent trop vite et se rétractent. Puis viennent les crises, et la présidence de l’Europe. Alors tel un cycliste qui reprendrait son équilibre dans l’effort, Nicolas Sarkozy retrouve un style, un rôle, des succès, et chacun autour de lui semble retrouver sa place.

La crise elle-même a eu bien des visages. Inflationniste, puis déflationniste. Hausse et baisse des prix du carburant. Peu avant que des records d’aggravation du chômage soient déplorés, on a eu le temps de se réjouir de son niveau historiquement bas. Au point, presque, d’oublier la crise pendant tout un semestre. Comme si l’affaire Kerviel soldait la lame de fond apparue à l’été 2007, qui devient déferlante à l’automne 2008, révélant à l’opinion médusée que le monde de la finance s’est comporté comme une sorte de Jérôme Kerviel planétaire.

Espérons que 2009, qui commence bien mal, offrira la même variété de facettes.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delits 5050 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine