Magazine Humeur

«Quand il y a une grève, plus personne ne la voit»… sauf Gare Saint-Lazare ?

Publié le 17 janvier 2009 par Kamizole

gare-saint-lazare-fermee-janv-2009.1232173237.jpg «L’amère ironie du malheur» (Madame de Stahl) étant à peu près tout ce qu’il nous reste, comment la persifleuse Kamizole ne saisirait-elle pas les occasions d’épingler du même coup «l’ironie de l’histoire» ? Il s’en faudrait toutefois de beaucoup que Nicolas Sarkozy soit en capacité d’en apprécier la leçon… au sens de «l’ironie socratique», la découverte de la vérité impliquant quelque humilité, qualité qui lui est strictement étrangère.

Quand j’étais enfant, mes parents m’ont toujours recommandé de «tourner sept fois ma langue dans ma bouche» avant de parler. Je suppose que je ne suis pas la seule à qui l’on ait inculqué ce précepte. Une fois adulte, retenir ce qui vient spontanément aux lèvres fait partie de l’éducation, du savoir-vivre et de la réflexion.

A l’évidence, Nicolas Sarkozy n’a jamais grandi dans sa tête et une foultitude d’exemples témoignent à l’envi que son éducation laisse à désirer tout autant que sa capacité de réflexion.

Sinon, il se fut à l’évidence abstenu de prononcer cette phrase qui lui revient aujourd’hui en boomerang. Au point que «Monsieur je me mêle de tout» - Maître Jacques de la politique ! - a exigé que la SNCF présentât des excuses pour la récente grève qui a paralysé la Gare Saint-Lazare…

On ne dira jamais assez qu’une grève qui ne gêne pas est une grève perdue d’avance. Aurait-on oublié à ce point la notion de rapport de forces ?

sarko-pabo1210341468.1231970130.jpg
La grève est bien entendu dans le sarkollimateur. Depuis plusieurs décennies, le droit de grève a fait l’objet d’incessantes restrictions. Aujour-d’hui, Guillaume Pepy, actuel PDG de la SNCF et sans doute très «chien de garde» des plus rampants, prend la colère du TGH (voir chez la Pire Racaille l’explication de «Litle-Big-Brother») au pied de la lettre en devançant les ordres : il faut interdire les grèves «reconductibles» !

guillaume-pepy-pdt-sncf.1232173991.jpg
Pourquoi pas la grève elle-même ? Le «Régime de Vichy» de Monsieur est avancé !

Toujours est-il que la grève de Saint-Lazare est loin d’être passée inaperçue ni pour les usagers ni dans les médias…

Et morale de l’histoire : les cheminots ont obtenu des avancées significatives qu’ils eussent longtemps attendues de négociations sans pression.

De toutes façons, dans ce cas d’espèce – idem récemment pour les transports marseillais – il est évident qu’ils auront beau mettre toutes les restrictions possibles et inimaginables au droit de grève, le ras-le-bol sera toujours plus fort…surtout quand la cessation du travail est justifiée par des agressions répétées contre le personnel de la SNCF ou de tout transport en commun.

On appelle cela «droit de retrait» quand la situation devient trop dangereuse. Et tant que Nicolas Sarkozy qui pourtant n’a que le mot de «sécurité» à la bouche – la sienne et celle de ses amis et copains-coquins exclusivement, mais à l’usage idéologqiue de la France d’en Bas - ne donnera pas les moyens de la faire respecter pour les personnels qui assurent la nécessaire continuité des services publics dans des conditions extrêmement difficiles, nous aurons encore beaucoup de mouvements spontanés d’arrêts de travail chaque fois qu’une agression sera commise contre un agent de la SNCF, de la RATP ou n’importe quel conducteur de bus.

A moins que le dictateur au petit pied (talonnette comprise) n’envisage de mettre un flic contre chaque membre de ces personnels, non pour les protéger mais leur intimer l’ordre de reprendre le travail ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kamizole 786 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte