Magazine Société

Territoires de r'ESS iprocité

Publié le 19 janvier 2009 par Ressol

Territoires de r’ESS iprocité
mis en ligne par Michel Jean Laveaud (Arcure)
Le Réseau des Territoires pour une Economie Solidaire nous adressant ses Voeux pour 2009, au-delà de la courtoisie de pure forme, quelle reciprocité entre l’ESS et les territoires ?

Le Réseau des Territoires pour l’Economie Solidaire (RTES) nous annonce comme nouveaux adhérents la Communauté d’agglomération de Pau-Pyrénées (64), la Communauté urbaine de Lille Métropole (59) , la Ville de Pessac (33). Une belle transversale humano-écologique, sinon "trouée verte" ! Appréciation discrétement provocatrice pour qui connaît le poids des appareils politiques dans les alliances opérationnelles, pas seulement déclaratives. L’ESS est bien un terrain de médiation-coopération pragmatique entre des acteurs du développement local-global, des institutions, des organisations, des territoires.

Dans la jungle des sigles et des logos qui habillent les collectivités territoriales et la diversité des mise en réseaux plus ou moins croisés, nous voyons un laborieux tissage de liens. Dans les ormentations ou la texture même de ces vêtures des territoires, l’emprise, la volonté de paraître n’est pas manifeste et dans tous les cas de l’intelligence est au travail. La réciprocité au sein de ses réseaux pour des mutualisations d’expérience, dans l’ingénierie culturelle, pédagogique et sociale, va jusqu’à la présence en ces territoires des Conseils municipaux des jeunes ou des Juniors Associations. La réciprocité esquisse un pas vers la coopération intergénérationnelle et des solidarités s’y construisent.

Ce foisonnement d’acteurs et cette relative discrétion de l’ESS participent à sa faible publicité auprés de monde éducatif et des enseignants et par là la percolation entre l’ESS et les prémices de "la vie active" en voient peu les couleurs.

Cependant ces tissages relationnels ESS entre Collectivités pour être durables cherchent la forme de l’offre qu’elles pourraient faire aux jeunesses qui piètinent au seuil de leur nécessaire engagement dans des affaires qui les concernent. La formulation de ces offres ne peut être qu’être de réciprocité, des engagements dans les dynamiques territoriales qui contribuent à la construction de soi ( individu & collectif).

En sciences sociales et en sciences de l’éducation où les théories de l’engagement et les techniques de mobilisation ont vécu de sérieux revers, la réflexion va vers l’offre faite à des destinataires qui ne demandent rien, tellement le discrédit est grand de l’intervention sociale ou pédagogique qui n’apparait plus comme salvatrice. Un ouvrage qui date un peu, pose bien le problème, il a pour titre " S’il te plaît ne m’aides pas ! " de Guy Hardy. Une rencontre à la COURLY à Lyon avec des acteurs culturels et d’intervention artistique de rue ( " Matières prises " de Tours) a permis de dessiner des intertices d’intervention, des méthodes pour remettre dans l’espace publics des enjeux de solidarité, sans remettre une couche de stigmatisation des destinataires " exclus et délaissés divers" qui en ont par-dessus la casquette de l’assistance invalidante.

L’Economie Sociale et Solidaire, la vie associative parfois et plus particulièrement les mouvements coopératifs qui vivent encore leurs principes fondateurs, voient dans l’actualité des dynamiques territoriales une convergence des mouvements pédagogiques ( coopératifs et d’éducation - citoyenneté active) et des "gouvernances" qui prennent au sérieux la démocratie participative documentée. Les Droits de l’Enfant ( il fallait bien qu’ils refassent surface dans mon propos puisque ce Blog leur est dédié), la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, contribue à relier par l’éducation et la culture les générations, dans des projets de territoires et à relire leurs interdépendances dans le processus du vivre ensemble.

L’intervention culturelle socio-technique qu’expérimente le Centre d’Intervention Culturelle Socio-Technique Arcure Art. 17 ( C.I.C.S.TE Arcure Art.17) qui aura 20 ans d’existence en mai prochain associe la découverte économique et socioprofessionnelle à la formation à l’exercice de la citoyenneté. " Formation à l’exercice de la citoyenneté " qui avec l’interdépendance des enjeux et des territoires dans la seule biophère dont nous disposions, s’impose comme solidaire. Un réel défi pour l’animal supérieur super prédateur qu’est l’humain ( individu et collectif).

Les Territoires de r’ ESS iprocité en tordant un peu les mots qui parfois nous disent ce que nous ignorons d’eux, cette homophonie des Territoires de récipricité en ESS, aura l’avenir et la fonction que nous réservons à une pierre douce en laquelle par une entaille nous faisons une réserve pour que sous la presse un peu d’encre fasse trace sur la carte des territoires. Laisser une trace dans les territoires, de vie, de projet, de codéveloppement.

Le Réseau des Territoires pour l’Economie Solidaire, attend ces contributions, n’esquive pas la préparation des 20 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant pour faire une pédagogie vécue, crédible, partagée de l’ESS d’ici le 20 novembre 2009. Le champ est libre et oser y enraciner le meilleur de nos engagements avec ceux des " jeunesses au travail " , une agri-culture y trouvera bien quelques jardiniers amateurs ou chevronnés.

L’espace ce point sur la ligne du temps...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ressol 82 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog