Magazine Culture

Le dernier visage de George W. Bush

Publié le 19 janvier 2009 par Savatier

George W. Bush ne laissera probablement pas dans l’Histoire mondiale l’image d’un grand président américain. Son impopularité, croissante durant son second mandat, a fini par atteindre des sommets. Sans doute retiendra-t-on de lui son étrange absence de réaction immédiate lorsqu’il apprit, visitant une école le 11 septembre 2001, la nouvelle des attentats contre les tours jumelles ; on se souviendra longtemps de la guerre d’Irak, qui reposa, comme on le sait, sur une véritable manipulation avec pour toile de fond de prétendues armes de destruction massive et quelques intérêts économiques bien plus réels. Pourtant, ces derniers jours, ce ne sont ni sa dernière interview, ni son discours d’adieu qui restent dans les mémoires, mais bien sa remarquable maîtrise dans l’art d’esquiver les projectiles en général – et les chaussures en particulier. Portrait public peu glorieux.

Un autre portrait de George W. Bush existe cependant, plus insolite, dont l’histoire mérite d’être contée. En 2007, le peintre Jonathan Yeo fut sollicité par la très sérieuse Bush Library pour la réalisation d’un portrait officiel du président. Ce peintre de 38 ans, fils d’un député conservateur britannique, est connu Outre-Manche pour ses multiples portraits mondains. Le milliardaire Rupert Murdoch, l’acteur Dennis Hopper, Tony Blair ou Hugh Hefner, le fondateur de Playboy, comptent parmi ses clients aux côtés de quelques nouveaux riches russes. Figure de proue de son art, il paraissait naturel qu’on fît appel à lui. Cependant, il semble qu’avant même qu’il ne commence la toile, la commande lui fut refusée. L’artiste n’en tint pas compte. Le résultat obtenu – vengeance, facétie ou goût du scandale ? – fit grincer quelques dents sur l’autre rive de l’Atlantique.

Le tableau n’a, en effet, rien de conventionnel.

Vu de loin, on reconnait sans difficulté le modèle ; en revanche, vu de près, le visage présidentiel apparaît comme le fruit du collage de centaines de fragments d’images découpés dans des magazines pour adulte ! A la commissure des lèvres (à droite du tableau), on note la présence d’une femme au bord de l’orgasme, l’ensemble se caractérise par un assemblage d’organes génitaux des plus variés. On imagine volontiers les réactions dans l’entourage de George W. Bush (profondément marqué par le puritanisme religieux depuis son expérience born-again) qui redouta, avec lucidité, que la toile fit l’objet de mauvaises plaisanteries… Faussement ou réellement naïve, une porte-parole républicaine commenta : « Un tableau de mauvais goût. Qui pourrait penser faire le portrait du président avec du matériel pornographique ? » Vu sous cet angle, sans doute. Mais lorsqu’on sait qu’il s’agit du président dont l’un des premiers actes fut de distraire un budget de 200 millions de dollars du programme de prévention du sida dans les lycées (qui insistait sur l’usage du préservatif) pour le remettre à une association d’obédience évangélique pour la promotion de la chasteté, on comprend mieux le contexte et, en toute probabilité, les intentions du peintre.

Certes, la toile ne risque pas de figurer dans la galerie officielle des présidents américains; elle

n’en a pas moins connu un large succès, notamment en Europe. Ayant le sens des affaires, l’artiste en fit d’ailleurs exécuter une lithographie; les amateurs s’arrachèrent les tirages mis sur le marché.

Si certains ont crié à la provocation gratuite, fort est pourtant de constater qu’en choisissant cette approche singulière, Jonathan Yeo n’a fait que reprendre une technique chère à quelques peintres de la Renaissance. Pensons à Eve et la pomme, de Giuseppe Arcimboldo (1578), dont le profil est composé d’une habile juxtaposition de corps nus et enlacés, pensons encore à certaines assiettes érotiques de Francesco Urbini (circa 1534) qui furent exposées en 2007 à Paris et qui représentent des visages faits de phallus enchevêtrés. Yeo a pris le parti de rejoindre, dans leur veine ironique, ses célèbres prédécesseurs, telle est la liberté du créateur. Une ironie en forme de pied de nez - pour ne pas dire davantage - qui, en l’espèce, ne manque pas de pertinence.

Ilustrations : Jonathan Yeo, Portrait de George W. Bush (2007) - Idem, détail - Arcimboldo, Eve et la pomme (1578).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Savatier 2446 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine