Magazine Culture

Desperate housewives épisode 5.13

Publié le 19 janvier 2009 par Red

100 épisodes de bons et loyaux services pour Desperate Housewives, c'est ce que cet épisode marque. Parce que c'est en effet le 100ème épisode de la série et les scénaristes ont réservé quelque chose de spécial pour l'occasion. Alors qu'on arrête de dire que la série n'est pas à l'aise avec les épisodes événementiels parce que quand elle joue sur la sobriété, elle réussit parfaitement, la preuve avec cet épisode. Aucune tornade, aucune prise d'otage, juste une mort qui affecte plus au moins les personnages de la série et on nous offre en guise de souvenirs des flashbacks qui datent, pour une grande partie qui datent même d'avant la saison 1. La mort, c'est celle du réparateur de Fairview, un personnage introduit dans l'épisode. Outre le fait qu'on fait un peu tout un plat pour un personnage qu'on n'a pas vu sur les cinq ans, l'épisode reste crédible et le pari est réussi. Dans l'ordre, mes flashbacks préférés, du moins bon au meilleur :

Étrangement, celui de Lynette en première place :
Bon déjà son flashback nous fait réaliser à quel point la série a changé avec toutes ces années, et pas pour devenir meilleure. Surtout le personnage de Lynette en fait. Elle a voulu jongler vies professionnelle et personnelle mais elle n'a pas réussi parce qu'elle avait du mal à gérer toutes ses responsabilités. Vu que le flashback complet compte quelques scènes, il y a pas grand chose de franchement réussi. Il y a de la comédie lourde à nouveau, la série excelle à ce niveau-là, notamment quand Lynette appelle son futur patron potentiel alors qu'elle doit accoucher. Par contre la dernière scène quand elle oublie son enfant dans la voiture est assez touchante. 

Bree :
On revoit Steven Culp le temps de quelques scènes. Le flashback n'est pas mauvais dans le fond, juste un peu laborieux. On mentionne le bouquin cullinaire, j'ai bien aimé la remaque comme quoi elle trouvera l'envie et l'intrérêt de s'y lancer un jour quand on voit ce que Bree est devenue aujourd'hui après l'abandon de Danielle avec son fils ce qui la poussée à se lancer dans la rédaction du livre en question. Y a pas à dire, même si les situations qui ont traversé la série perdent en crédibilité, la série tente de garder un sens de la continuité et de rendre le tout assez vraisemblant et c'est pas déplaisant.

Mary Alice :
J'ai toujours aimé Brenda Strong, c'est le pillier de la série et ça fait du bien que les scénaristes se rappellent un peu du point de départ de leur série puisqu'on a quand même cinq ans après un soap conventionnel au propos dépassé : le suicide de Mary Alice étant oublié avec le temps. C'est juste dommage qu'on appuie trop sur le mélodramatique de la situation quand Mary Alice prétend toujours aller bien avec le sourire forcé et la musique théâtrale derrière : c'est moyen mais correct.

Susan :
Je me suis dit qu'ils ont gardé le pire pour la fin vu que Susan a eu son flashback en dernier mais j'étais surpris par celui-ci parce que j'avais l'impression de retrouver la Susan de la saison 1. Pas forcément plus mature mais plus attachante. Y a un moment dans la série où ses gafferies sont passées d'amusant à saoulant. Là le temps de quelques scènes on retrouve le goût de la saison 1. La relation entre Susan et Eli est peut-être la plus profonde, c'était à la limite du touchant. Vendu.

Gabrielle :
Là on retrouve la Gabrielle de la saison 1, la première rencontre entre Gabrielle et le reste du groupe. Évidemment, on nous épargne pas les détails sur sa superficialité mais quand on joue la carte de la sensibilité, Gaby arrive à convaincre aussi. C'était du tout bon, un mélange entre comédie et drame à la Desperate Housewives qui me plaît, la scène quand Gaby débarque chez Lynette en disant aux autres housewives que sa vie est foirée aussi, c'était joli.

Edie :
Je risque de surprendre peut-être, je ne sais pas si inconsciemment mon flashback préféré était celui où on voyait Nicollette Sheridan dénudée et que je refuse de l'admettre, chose dont je n'ai pas honte cela dit, mais c'était mon flashback préféré en effet. J'ai toujours aimé son personnage, là aussi comme avec Gabrielle le mélange entre sa superficialité et l'once de profondeur qu'on lui dédie m'a convaincu. Puis c'est à l'heure actuelle le seul personnage qui me plaise encore dans Desperate Housewives.

En bref : On a un épisode de transition assez convaincant dans l'ensemble, sobre et bien écrit. On ne peut pas vraiment dire qu'on pouvait espérer mieux pour un 100ème épisode vu l'état qualitatif dans lequel se trouve la série actuellement. Pari relevé même si on n'avance pas du tout dans l'histoire de la saison.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Red 41 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte