Magazine Beaux Arts

Google Earth et le Prado

Publié le 19 janvier 2009 par Elisabeth1

pict0210.1232382244.JPG J’en ai rêvé Google l’a fait, du moins une salariée de la filiale espagnole de Google, Clara Rivera, qui, après une visite du Prado, ressentait la frustration de n’avoir pas pu savourer les œuvres autant qu’elle l’aurait souhaité. Comme je la comprends , on peut me voir sur la miniature, arpentant les salles, atteinte du syndrome de Stendhal, passant 3 jours complets dans ce musée, sans relâche.pict0152.1232382655.JPG

Pour l’anecdote, nous avions perdu le catalogue du musée, aussi, le dernier jour nous l’avons racheté, pour être sûrs de l’emporter chez nous. Que vois-je à la première visite à la Fnac de ma ville, au rayon des beaux arts, en tête de gondole presque ? :  Le catalogue du musée du Prado, qui me nargue….

Il a fallu huit mois de travaux pour réaliser le projet. Les quatorze tableaux ont été choisis parmi les milliers de la collection par une commission d’experts du musée. “La sélection s’est faite sur un critère didactique pour que soient représentées toutes les écoles et leurs maîtres”, souligne M. Zugaza. Une sorte de “Prado essentiel” que le musée propose aux visiteurs.

Cela est aussi  une bonne préparation pour une visite future, car on ne voit bien que ce que l’on connaît déjà. Les vrais amateurs, ne se contenteront pas de rester derrière leur pc, à accumuler les kilos en restant coincés pendant des heures dans leur fauteuil. Cela aura aussi le mérite d’attirer les curieux.

Pour visualiser les œuvres, il faut positionner le navigateur Google Earth sur le musée du Prado, à Madrid, et ensuite cliquer sur l’icône “Obras maestras” pour ensuite entrer dans chacun des tableaux comme on pourrait le faire avec une loupe. Une reproduction “digitale ne peut se substituer à l’œuvre originale mais permet d’arriver à des détails que jamais on ne pourrait voir à l’œil nu”, souligne le directeur du Prado. Chaque tableau a été l’objet de centaines de clichés à très haute résolution, chaque cliché se concentrant sur une partie infime de l’œuvre. Sur La Descente de croix de Roger van der Weyden, on peut voir le réalisme d’une larme perlant à l’œil de saint Jean.

Je sais à l’avance que cela fera le bonheur de mes amis qui ont le projet de visiter le Prado en 2009.

gracias a usted señora Clara


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Elisabeth1 1317 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte