Magazine Politique

Un mot sur Vincennes : Laurent Lafon se présente comme unique victime

Publié le 19 janvier 2009 par Tmurcier@hotmail.com

À la demande de plusieurs camarades de ma section, et de pas mal de mes amis Vincennois qui viennent régulièrement sur ce blog, j’ai décidé de parler de Vincennes (94), une fois par mois, dans une « rubrique » que j’intitulerai « Un mot sur Vincennes ».

Je réagis ce jour au joli coup médiatique de Laurent Lafon, maire Nouveau Centre (parti pour gens de droite, complexés d’être de droite ou ayant du mal à l’affirmer pour ne pas froisser certains de leurs électeurs), qui est en page 2 du journal 20minutes de ce jour. Le journal fait une enquête sur les agressions que les élus ont subies ces dernières années, car c’est aujourd’hui que s’ouvre le procès de l’agresseur du maire de Vincennes. (Petit rappel des faits ici).

Evidemment, je m’associe au message de soutien adressé par les élus socialistes de Vincennes en novembre dernier, et je condamne fermement tous types d’agressions envers les élus.

Certaines rumeurs font état que ce jour-là, le caractère arrogant et méprisant du maire ajouté à la détresse de la femme de son agresseur, auraient eu raison de lui. Je ne veux pas rentrer dans quelconque polémique, je n’étais pas dans son bureau le jour de son agression et je ne connais pas personnellement le maire. Je dirai juste qu’il apparaît assez coincé et dénué de tout charisme dans les quelques vidéos de campagne des municipales 2008.

Laurent Lafon a été agressé pour ne pas avoir accepté de libérer une place en crèche au couple en question. Il faut reconnaître le manque de chance du maire, car, soyons honnêtes, même s’il manque toujours des places en crèches, la ville de Vincennes n’est pas à la masse sur ce dossier, on parle de près de 600 places pour environ 800 demandes, ce qui est déjà pas mal.

Là où je m’insurge, c’est que dans cet article (une demie page + Photo et interventions dans un autre article sur la même page) Laurent Lafon se pose en unique victime. Lorsqu’on a la chance d’être aussi bien placé dans un journal lu par plus de 2 millions de lecteurs chaque jour, on essaie un temps soit peu de faire passer un message politique.

Laurent Lafon nous dit que « le dossier du logement est toutefois davantage facteur de détresse que d’agressivité ». Mais l'agressivité n'est elle pas en soi, l'expression de la détresse la plus profonde? N'est-ce pas là le signe de la limite du dialogue avec l'équipe municipale en place?

Effectivement, au niveau du logement social à Vincennes, il y a une situation de détresse. Quand on sait que Vincennes est devenue officiellement la risée du logement social de tout le Val-de-Marne (oui, nous avons réussi à détrôner Saint-Mandé, comme quoi, impossible n’est pas Laurent Lafon), avec moins de 7% de logement sociaux, on a parfois honte de dire qu’on est Vincennois. Seulement voilà, Laurent Lafon s’est bien gardé de le préciser dans 20minutes...

Si Laurent Lafon a, certes, été victime d’une agression, de nombreux Vincennois sont victimes de sa politique du logement, et ce tous les jours, pas uniquement un soir de novembre.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tmurcier@hotmail.com 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines