Magazine Politique

2008, la transition Obama

Publié le 20 janvier 2009 par Argoul

Les moments de crises précipitent les changements à l’œuvre. Ce qui était en germe mûrit brusquement à la chaleur de l’histoire. La crise est en grec une décision, le brusque changement du cours d’une maladie. En ce sens, 2008 a bel et bien été une année de crise, préparée par les craquements financiers de 2007 et suivie par la dépression 2009, au moins en ses débuts. Mais l’économie n’est que l’outil immédiat d’une transition plus vaste. Le mouvement de fond est démographique, marqué à la fois par l’émergence du tiers exclu de la planète (Chine, Inde, Brésil, Nigeria…) et par le passage de relais en Occident de la génération baby boom. Les enfants nés en 1946 ont désormais plus de 60 ans et sont remplacés peu à peu aux commandes politiques, économiques et sociales par la génération d’après.baskets.1232103832.jpg

Laissons de côté les émergents, la réflexion s’y est déjà intéressée. Regardons plutôt ce dont personne ne prend vraiment conscience : la transition de génération. Ce n’est pas un hasard si les excès qui précèdent 2008 sont ceux des baby-boomers. Nés après-guerre, ils ont eu autour de 20 ans en 1968, année hormonale où la Génération montante a fait « craquer ses gaines » selon l’appel de Gide dans ’Les nourritures terrestres’. Tout devenait possible, il était interdit d’interdire, le ‘look’ remplaçait l’effort et le travail, valeurs trop ‘moralistes’ pour ces tenants de ‘L’immoraliste’. Ils visaient le spontané, l’affectif et l’acte gratuit (en attendant la consommation gratuite de ces dernières années pirates).

Attention, 1968 a eu du bon ! Notamment ramener au présent une France restée mentalement trop rurale et trop hiérarchique (catholique, bonapartiste, militaire). Exit le storytelling d’une Grandeur Nationale venue des profondeurs de l’Histoire, que de Gaulle avait admirablement chantée au point d’y faire croire. L’entrée dans le siècle a eu lieu avec le pragmatique Pompidou, le libéral Giscard, le socialiste IVème République Mitterrand (avant de s’endormir ensuite dans la réaction corporatiste). Mais cela vaut pour la France, pays moyen, longtemps en retard pour cause de dépression nationale post-Napoléon. Dès cette époque et jusqu’en 1946, les Français font moins d’enfants et se laissent vaincre par plus dynamiques ou plus avancés qu’eux. Or 1968 n’a pas été que français. Ses manifestations mondiales en Californie, à Paris sur le modèle Mao, à Prague, sont une transition de génération avant tout. Cette génération qui a façonné le monde jusqu’en 2008.

Âge de l’excès, du militantisme au dégoût des idéologies ; de l’impérialisme économique, culturel et moral au repli sur soi dès 1999 (l’enfermement du « bug 2000 », Haider en Autriche, les attentats du 11-Septembre, le 21 avril 2002, la mystique écolo-catastrophe, la réaction en Russie…) ; du fric, du strass et du toc des histrions people abonnés à Cannes et au prime time. Cette génération-là a tout essayé, le jean sans slip, l’amour par terre, les chèvres, la vie communautaire, l’ectasy, la start up, le désir sans contrainte, le tout tout de suite, le piratage à tous étages (du boutonneux qui « échange » des films au banquier qui fait les poches des trop confiants, en passant par les copains et les coquins politicards ou entrepreneurs), la plage sous les pavés, jusqu’au bling bling du retard français (la frime au moment où le monde entier devient austère…). C’était beau, émouvant, adolescentrique, avant d’agacer. Ceux nés un peu après, comme l’auteur de ces lignes, sont restés au bord, fascinés mais peu concernés au fond. Nous n’étions plus sages que parce qu’il n’y avait plus guère de gaines à faire craquer et, quand vous êtes livrés tout nu au monde qui vous regarde, vous vous sentez vulnérables. Vous avez donc tendance à être plus avisés, pragmatiques et prudents – sans grand effort de vertu. C’est ce qui est arrivé : la génération sale gosse a craqué, les valeurs d’avenir sont celles de la suivante : la nôtre. Elle est mal représentée politiquement en France (du triste Bayrou à la folle Ségolène, en passant par les fouettards Aubry et Sarkozy…) – mais cela n’empêche pas qu’elle existe.

L’excès de contentement de soi a fait s’écrouler les tours jumelles par haine de l’autisme yankee, faisant se réfugier la nation la plus puissante dans la xénophobie et le néo-conservatisme fondé sur la force égoïste. L’avidité hédoniste et la transgression libertaire n’ont gardé aucunes limites aux excès financiers : Enron, valeurs de technologie, subprimes, revanche Kerviel et pyramide Madoff – il s’agissait depuis 10 ans de prélever sa TVA perso (Très Vite de l’Argent), et que crèvent tous les nuls. L’excès du sexe a confondu l’amour et la baise, laissant sur le carreau des non-désirés déstructurés ou des larguées qui font n’importe quoi. D’où l’irresponsabilité foncière de la génération des enfants gâtés (je caricature pour bien souligner) : prendre au présent, vivre à crédit, grimper sur les autres, môa, môa ! môa !! Quand la conjoncture se retourne et que la marée descend, on voit ceux qui nagent sans slip : 24 janvier Kerviel, 20 juin Bear Stearns, 15 septembre Lehman, 11 décembre Madoff… Peut-être n’est-ce pas fini :

  • Fin des libertariens en politique internationale : la politique des seuls intérêts moi-je aidés du gros bâton a montré ses limites en Irak, en Israël, en Afghanistan, en Georgie, en Corée nord.
  • Fin du pseudo-libéralisme, dit « ultra », dévoyé en économie : le laisser-faire n’est pas ‘libéral’, aucune liberté ne peut exister sans règles et le capitalisme (outil d’efficacité économique) a besoin d’Etats puissants qui organisent et régulent (Adam Smith et Alexis de Tocqueville l’avaient montré avant Fernand Braudel).
  • Fin du libertaire en société : on ne fait pas tout ce qu’on veut dans la vie, par exemple baiser des mineurs comme certains intellos français s’en sont vantés, ou massacrer ses condisciples au collège comme aux Amériques, acte gratuit s’il en est. André Gide le décrit en 1914 déjà dans ‘Les caves du Vatican’, où le héros jette sans raison un voyageur inconnu d’un train. La tolérance post-68 a trouvé là ses premières limites et d’autres ressurgissent, comme l’intolérance croissante à l’endettement national pour cause de redistribution démagogique, les générations futures n’ont plus envie de payer alors qu’elles vivent moins bien que leurs parents.

barack-obama.1232103572.jpg
La crise 2008 est celle de cette génération baby-boumesque, l’échec de sa liberté narcissique sur le mode infantile. Il va falloir reconstruire et penser plus collectif, plus raisonnable, plus adulte, la liberté des uns s’arrêtant là où commence celle des autres. Réhabiliter le libéralisme historique, celui qui a fait les Lumières et qui mène Obama. La génération qui suit a des valeurs mieux adaptées, nous l’avons vu. Plus avisée, pragmatique et prudente, elle laissera moins ses hormones commander au désir et réfléchira à deux fois avant de s’engager dans le monde. Sa manifestation en est bien Barack Obama, 47 ans, préféré aux vieux McCain ou Hillary. La leçon 68 est assimilée : Obama est moins le ‘premier’ Président noir aux Etats-Unis que le ‘dernier’, la couleur comptant moins que la compétence et le ‘dream’ d’un métis qui est aussi blanc que noir et qui a vécu en Asie. Avisé, pragmatique et prudent, le jeune Barack ne fait-il pas preuve de tous ces caractères dans sa façon d’avoir mené campagne, d’installer son futur gouvernement et de mettre ‘les meilleurs’ au pouvoir ? Certes, on peut dire que la vidéo émotionnelle YouTube remplace les arguments rationnels, que le groupisme de bande ressort plus de l’instinct que de la raison, que le storytelling du dream (Martin Luther King), du new frontier (John Fitzgerald Kennedy) ou du new deal (Franklin Delano Roosevelt) remplace la politique (désolé de ces anglicismes, les penseurs français ont démissionné). On peut penser aussi que le gouvernement des ‘meilleurs et des plus intelligents’, comme sous Kennedy, est une façon de manipuler ‘la démocratie’. Mais nous sommes en crise, c’est-à-dire en transition. Ne boudons ni notre curiosité ni notre plaisir !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Barack Obama passe à l'offensive

    en diffusant un spot intitulé "Sept" exploitant une gaffe phénomènale de John McCain. Dans le Nouveau-Mexique, le candidat républicain s'avère incapable de... Lire la suite

    Par  Exprimeo
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Barack Obama reprend l'avantage

    Selon un sondage ABC News-Washington Post, le candidat démocrate reprend l'avantage dans les intentions de votes. Ce sondage réalisé samedi avant même la... Lire la suite

    Par  Exprimeo
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Obama "acclamé"

    Dans l'ancienne Rome, lorsque l'Empereur mourrait (parfois de mort violente), on acclamait son successeur et on le portait sur un bouclier. Obama n'a fait que... Lire la suite

    Par  Drzz
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Barack Obama prend l'ascendant

    Barack Obama commence à capitaliser dans les enquêtes d'opinions l'écart entre la Convention de Denver et celle de St Paul. L'opinion Américaine est très... Lire la suite

    Par  Exprimeo
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Barack Obama joue l'économie

    Repartis sur le terrain, les deux candidats démocrates affichent une ligne stratégique claire : à Obama l'économie et à Biden les attaques contre McCain.... Lire la suite

    Par  Exprimeo
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Barack Obama attaque fort

    Deux logiques s'affrontent actuellement. Barack Obama s'est rangé aux côtés des partisans des campagnes négatives et franchit des seuils étonnants. Nous l'avion... Lire la suite

    Par  Exprimeo
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Barack Obama s'explique

    Mis en cause pour son expression de "rouge à lèvres à un cochon", le candidat Démocrate s'explique. Il ne s'excuse pas et reproche aux candidats Républicains... Lire la suite

    Par  Exprimeo
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Argoul 1120 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines