Magazine France

Le Marasme du Partenariat Public-Privé

Publié le 20 janvier 2009 par Bravepatrie

Face à la Crise, qui pourrait résister à une offre de paiement échelonné en 480 mensualités sans frais* ?

Certainement pas notre Ministre de la Surpopulation-Carcérale-et-de-la-Révolution-Culturelle-Appliquée-au-Congé-Marternité qui pensait avoir trouvé là un moyen rapide de résoudre le problème de la multitude de délinquants à capuches qui encombre encore et toujours nos rues mettant occasionnellement le feu à tout ce qui lui passe sous la main.

Un accroissement sensible du nombre de place de prison permettrait de restituer à l’honnête citoyen l’espace public qui lui appartient au moins autant (sinon plus car il paie des impôts, lui) qu’aux sauvageons en enfermant ceux-ci dans des zones confinées (appartenant aussi et pour la même raison à l’honnête citoyen). Malheureusement les caisses sont vides et la journée de prison coûte environ 107 euros !

Telle la Vierge Marie à Bernadette Soubirou, le Partenariat Plublic-Privé apparait alors à notre Garde des Sceaux : " Il réduit les délais de construction, diminue le coût global -parce que le partenaire optimise toute la chaîne depuis la conception - et confie au secteur privé des responsabilités qu’il sait parfaitement assumer, indique-t-elle. L’État bénéficie ainsi d’un meilleur rapport qualité-prix."

Mais voilà, la réalité n’est pas si rose - avec la Crise et tout ça... - et la main invisible semble être partie branler un mammouth dans un coin sur ce coup là. Retards, dysfonctionnements, je-m-en-foutisme, déni de responsabilité semblent être le lot quotidien des nouveaux établissements pénitentiaires qui se voulaient modèles. Alors pourquoi ?

Le prisonnier esseulé tend à se suicider facilement. Qui d’autre qu’une entreprise du secteur privé aurait imaginé une solution aussi efficace que la pyramide humaine afin de lutter contre le suicide en prison tout en augmentant la densité de prisonnier abaissant par la même le coût de détention ?

Et bien la liste qui précède n’est évidemment pas étrangère à la présence du mot "Public" dans l’expression "Partenariat Public-Privé". En appliquant la pesanteur administrative, l’inertie, le manque d’imagination de la gestion publique et le bien nécessaire graissage-de-patte aux élus locaux à l’efficacité et au faible coût apparent dégageant tout de même d’énormes bénéfices du secteur privé, la catastrophe était largement prévisible.

La solution réside bien évidemment dans un Partenariat Privé-Privé : plus de contrôles pesants, fini les normes contraignantes, les commissions, les rapports parlementaires qui allongent les délais et coûtent toujours plus. Confions directement nos détenus à des entreprises de BTP en assumant clairement ce choix de société qu’est l’incarcération massive de toute une frange de la population : nous ne voulons plus voir ces déliquants à capuche trainer dans nos rues, faites-les disparaitre de notre vue (comment et où ? C’est à vous de voir, on vous paye tout de même 100 euros par jours pour ça).

Le président Chirac serait fortement intéressé par le projet de prisons privées ! La famille Hariri est prête à investir dans le carcéral de luxe.

Alors nous verrons des solutions imaginatives et efficaces émerger : délocalisation des prisons en Chine, financement par la publicité pour les groupes de BTP qui possèdent aussi par exemple des chaines de télévision et qui auraient ainsi à leur disposition un public réellement captif, etc... la liste est longue et seul le secteur privé est capable de l’imaginer ! Les prisons privées pourront aussi choisir leurs détenus : les prisons payantes pour personnalités politique ou du showbizz couteront bien moins cher à l’Etat que les actuels quartier VIP tout en respectant mieux la dignité de la personne humaine.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bravepatrie 74 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog