Magazine Europe

Armand Bestenheider: "Rien n'est impossible"

Publié le 20 janvier 2009 par Danielle
Armand Bestenheider: Il est le doyen des conseillers municipaux des six communes de Crans-Montana et, à ce titre, comme le 11 septembre 2007, c'est à lui que revient le 11 février prochain la mission de présider les premières minutes de l'assemblée des délégués de l'Association des communes de Crans-Montana, jusqu'à l'élection du président qui officiera les deux ans prochains. Armand Bestenheider est aussi un hôtelier dont le parcours est plutôt extraordinaire. Je l'ai rencontré à l'occasion d'un article qui vient de paraître dans L'Encoche (revue annuelle de la Commune de Montana). Un portrait que je vous propose de lire ci-après et qui rappelle ce qu'était Crans-Montana il y a bien longtemps.

Il arrive pile à l’heure, alors même qu’on se demandait, lorsque nous avions pris rendez-vous et qu’il n’avait rien noté nulle part, s’il allait s’en souvenir… Lorsqu’il sort de sa voiture, des gens s’arrêtent sur le trottoir, prennent le véhicule en photo. Il faut dire qu’elle a de l’allure, la petite Fiat 500 blanche avec son panier en osier à l’arrière! «De quoi va-t-on bien pouvoir parler?», demande-t-il en s’asseyant, après avoir fait un petit tour de contrôle côté cuisine. Son regard, durant notre entretien, ne laisse rien passer du service alentour, l’œil expert est toujours en alerte. Cet œil, il se met à briller d’un éclat particulier quand les souvenirs, au fil de la discussion, remontent à la surface. On y voit de la glace: pas de celle qui vous frigorifie, mais celle du hockeyeur hors pair qu’était Armand Bestenheider dans sa jeunesse. Il était devenu un peu une légende, marquant des buts extraordinaires dont beaucoup se souviennent aujourd’hui encore.
«Nos parents étaient extraordinaires»
Mais remontons le cours du temps, bien avant la naissance du sportif devenu homme d’affaires et spécialiste dans l’hôtellerie et la restauration. «Mon père, raconte Armand Bestenheider, est arrivé à Montana car il y avait l'opportunité de reprendre une concession de ramonage. C’est ici qu’il a rencontré ma mère, une Pollinger de St-Nicolas, issue d’une famille de 16 enfants.» Si le grand-père d’Armand Bestenheider était allemand, son père a vécu à Lausanne, avant d’arriver sur le Haut-Plateau. «Dans leur premier chalet où habitaient mes parents, il n’y avait  ni eau ni électricité.» En 1957, le papa meurt, laissant une maman avec quatre enfants dans des conditions économiques pas toujours faciles. Pour se chauffer l’hiver, la famille allait en forêt ramasser des pives. Le forestier fermait les yeux, car cela était interdit. «Nous avons eu des parents extraordinaires, relève Armand Bestenheider. Nous étions une famille très unie. Ma mère, au décès de mon père, devait vivre avec une rente de veuve de 170 francs par mois. En fait, je ne garde que des bons souvenirs de mon enfance, il ne nous manquait rien, nous étions gâtés. A refaire, je ne choisirais rien d’autre.» C’est vrai que, quand il en parle, ses yeux s'éclairent de bonheur. La famille, c’est quelque chose d’important chez les Bestenheider. Armand Bestenheider: Aujourd’hui encore. «Mon épouse et moi avons dix petits-enfants, chaque année nous partons tous ensemble en vacances!» Une équipée de vingt personnes qui se réunit aussi régulièrement toute l’année pour prendre ses repas ensemble. «Je suis gâté avec mes enfants», souligne-t-il, évoquant ses quatre filles pour qui sa femme Christiane et lui essaient de tracer le meilleur avenir professionnel en leur donnant le maximum d'atouts. Il insiste sur le rôle prépondérant de son épouse, tout au long de ces années. Depuis leur mariage en 1966, c’est à deux et avec leur famille qu’ils ont atteint le succès.
3000 spectateurs lors des matchs du HC Montana-Crans
Le jeune Armand Bestenheider, c’est donc sur la glace qu’il a tracé les premiers sillons de sa vie. «Ah… le hockey à Montana, qu’est-ce que c’était important! Bien plus qu’aujourd’hui! Cela tenait ensemble tout un village. Lors des matchs, il y avait souvent 3000 spectateurs sur les gradins que nous construisions en neige.» Fondé en 1929 par d’anciens joueurs de Château-d’Œx, le HC Montana-Vermala, devenu HC Montana-Crans, avait évolué en LNB de 1954 à 1967. De 1968 à 1982, le club évoluait en première ligue. Armand Bestenheider a également joué dans l’équipe nationale, dont il était le plus jeune joueur.
Cette année 2008, le hockey à Crans-Montana a retrouvé sa vigueur d’antan puisque le club est remonté en 1re Ligue. Les joueurs doivent jouer cet hiver à Sierre, faute de patinoire adéquate en station. Un projet de patinoire de hockey transformable en halle polyvalente existe bien, localisé au Régent, mais Armand Bestenheider ne pense pas qu’il s’agisse d’une bonne idée. L'homme est actif en politique dans les rangs de la Municipalité de Montana depuis 24 ans (ce rôle de doyen lui a donné l'occasion d'ouvrir la première assemblée des délégués de la toute jeune Association des communes de Crans-Montana). Cette ancienneté politique lui permet un franc-parler dont il ne se prive pas. «Arrêtons de concevoir des projets qui n’ont aucune chance d’être réalisés», lance-t-il un brin de colère dans la voix, évoquant la patinoire. Il est d’avis qu’il faut la situer à la Moubra, proche du futur centre aquatique que s’apprêtent à réaliser les communes. «Ou alors, ce qui aurait été bien, c’est de tout réunir aux Briesses: le tennis, le foot et le hockey...» Crans-Montana doit, selon lui, gommer les frontières communales et penser le plateau comme une seule entité; il milite d'ailleurs pour  la fusion de celles-ci, même s’il n’y croit pas trop… Le jour de l’assemblée constitutive, il le disait haut et fort: «Je souhaite que l'Association des communes soit un tremplin rapide pour la fusion des six communes et que ce soit l'objectif prioritaire des délégués. Lorsque j'étais le benjamin, il y a 24 ans, on parlait déjà de fusionner entre Randogne et Montana: j'espère que nous n'attendrons par que le benjamin actuel soit le doyen pour présider la fusion des communes.»
Du hockey à l'hôtellerie
La vie d’Armand Bestenheider s’est construite un peu sur des hasards, des fenêtres d’opportunité qui s’ouvraient à lui. Il a commencé un apprentissage de cuisinier à l’hôtel St-Georges. Pourquoi la cuisine? «Parce qu’on prenait se qui se présentait». Il a ensuite été nommé au Sanaval (devenu aujourd’hui le Centre valaisan de pneumologie). Pendant ce temps, plus exactement à la mort de leur père en 1957, son frère avait repris l’entreprise de ramonage paternelle. «Je me souviens qu’il passait à l’écart, dans la forêt, pour qu’on ne le voie pas le visage noirci par la suie.»
Armand Bestenheider: Le hockey a conditionné la carrière professionnelle d'Armand Bestenheider: en 1962, l’opportunité se présente de signer un contrat avec le club zurichois, il savait là-bas pouvoir travailler en parallèle dans un magasin de sport. «Mais le HC Montana-Crans m’a dit non! Ils ne voulaient pas me laisser partir.» Le hockeyeur accepte de rester. Le 1er décembre 1962, il entre à l’Aïda, un hôtel qu’il loue pendant une année. «J’ai eu ensuite la possibilité de l’acheter, avec l’aide du hockey-club qui m’a cautionné et mon frère Jacky qui m’a aidé financièrement. Il y avait à l’époque dans l’hôtel quinze lits et une seule salle de bains. On payait vingt francs la nuit, vingt-huit à Noël. Je faisais la cuisine avec ma mère, on faisait la vaisselle à la main.» Il n’était pas rare de rencontrer à la plonge les copains du hockey, pour permettre à Armand de quitter son hôtel et les rejoindre sur la glace… «Nous étions tous unis, se souvient-il, un brin d’amertume dans la voix. Tout le monde faisait du bénévolat pour monter les gradins à la patinoire, pour le saut à ski, sur les pistes… Aujourd’hui, on est jaloux des autres. Alors que nous avons dix fois plus de choses à offrir qu’auparavant, on se bagarre pour des bêtises!»
Le Pas de l'Ours embellit l'entrée de Crans
Aujourd’hui, la famille Bestenheider se trouve à la tête de cinq établissements: l’Aïda Castel, toujours là mais agrandi au fil des ans, l’hôtel Etrier, l’hostellerie du Pas de l’Ours, le restaurant salon de thé Gerber et Le Gréni. Le Pas de l’Ours était des débuts du tourisme à Crans-Montana. L'ancien hôtel tombait en ruines. Armand Bestenheider en a fait un Relais & Château, qu’il vient d’agrandir, donnant fière allure à l’entrée de Crans. «Pour l’Etrier, quand j’ai voulu l’acheter, personne ne m’a suivi dans ma famille», se souvient-il. Tant pis, il fonce quand même et achète l’établissement en fort mauvais état, où les cafards s’étaient installés. Des 200 chambres du départ, il n'en restait que deux pour l'hôtel... Il rénove l'Etrier et lui redonne sa vocation originelle. Il y a un an, neuf suites ont été créées dans ce quatre-étoiles. Cet été 2008, les grands travaux ont permis de meilleures synergies entre les deux établissements siamois. Par exemple en n'ayant plus qu'une seule cuisine, plus grande, plus fonctionnelle. «Ce n'était vraiment pas beau les garages vers l'entrée du Pas de l'Ours, et puis j'avais besoin de pouvoir agrandir: pour bien travailler, il faut disposer d'une certaine taille critique.» La boulangerie voisine s'est vue complétée par un petit tea-room avec terrasse donnant sur la rue. L'ancienne brasserie de l'Etrier est devenue une magnifique suite royale de 150 m2.Armand Bestenheider:
Du côté de l'Aïda, la famille Bestenheider a aussi un projet de rénovation, un projet couplé avec le rachat du bâtiment Cecil. La vente d'appartements, «faite correctement», souligne Armand Bestenheider, est la seule manière de sauver l'hôtellerie. Comme le demande le Règlement des quotas et du contingentement (RQC), il a fallu inscrire la vocation hôtelière de l'Aïda et du Pas de l’Ours pour 35 ans. Ce qu'Armand Bestenheider a fait volontiers. Le cuisinier de formation est devenu un spécialiste de l'hôtellerie, accumulant des succès qui, avoue-t-il, créent bien souvent des jalousies. «On dit que je veux tout bouffer, certains imaginent même que je puisse me réjouir lorsqu'un hôtel ferme! Arrêtons de nous lamenter en disant qu'à Crans-Montana il n'y a pas d'hôtels: commençons par faire avec ce qui est là.»  Aujourd'hui, il emploie 120 employés et verse annuellement 5 millions de francs en salaires, contre 30'000 au début de sa carrière.
Synergies et rationalisation
Synergie et travail rationnel sont les mots clés du succès de la famille Bestenheider. Le matin à 6 heures, le patron effectue les commandes pour remplir les frigos de tous les établissements. Une lingerie commune permet des économies. «J'ai acheté une menuiserie pour faire tout ce qui est en vieux bois, j'ai pensé moi-même toute l'architecture... J'ai économisé comme cela des millions. Une bonne gestion de l'argent est essentielle, j'ai de bons ratings pour mes hôtels», reconnaît celui qui a tout de même d'importantes dettes. «Moi, j'aime les murs! Je ne place pas mon argent en bourse, chaque franc passe par la banque. J'ai acheté Le Gréni avec mes économies pour mes 60 ans.»Armand Bestenheider:
L'autre projet d'agrandissement concerne le restaurant et boulangerie-tea room Gerber. «Gerber? C'était un achat last minute! J'ai réuni toute la famille et je leur ai demandé ce que nous pouvions faire. Dans une premier temps j'ai assaini l'entreprise, puis finalement j'ai acheté la totalité; je verse une rente viagère à Gerber et j'ai souhaité que son nom soit conservé dans l'enseigne.» Il n'est pas rare de croiser Jean-Rudolf Gerber dans le restaurant où il mange régulièrement, il est toujours le bienvenu, souligne Armand Bestenheider: «Des fois dans la vie, on peut aider différemment. Pas besoin de faire des montagnes!»
«Rien n'est impossible»
L'entretien se termine par la visite du Pas de l'Ours encore en travaux. Il veut faire comprendre sa vision, ses projets, annonce la volonté d'organiser une journée portes ouvertes cet hiver. «Il n'y a rien d'impossible, il faut de la volonté dans la vie, conclut-il. Ma vie professionnelle, c'était comme sur la glace, lorsque je réussissais à récupérer ces pucks perdus!»
PS: Tout au long de cet article, vous avez certainement été nombreux à vous dire que vous auriez bien aimé savoir pourquoi tout le monde surnomme Armand Bestenheider «Zizi». Je lui ai évidemment posé la question. A laquelle il répondu dans un sourire que c'était son père qui l'appelait ainsi, mais qu'il ne sait pas vraiment pourquoi.
Armand Bestenheider:
  • Vous pouvez télécharger cet article au format pdf et les autres parus dans L'Encoche en passant par le site de la Commune de Montana.
Photos:
1. Armand Bestenheider devant le Pas de l'Ours (photo Missbauer)
2. Les petits enfants de la famille Bestenheider (photo L'Encoche)
3. Armand Bestenheider marquant un but (photo L'Encoche)
4. L'ancien hôtel du Pas de l'Ours (photo L'Encoche)
5. L'actuel Pas de l'Ours (photo L'Encoche)
6. Couverture du N. 12 de L'Encoche

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Felix-armand jobbe-duval

    PAR BERNARD VASSOR Attendez la suite avant de savoir pourquoi, un peintre plutôt "académique" trouve place sur le blog du Père Tanguy ! Félix Armand... Lire la suite

    Par  Bernard Vassor
    BEAUX ARTS, CULTURE, HISTOIRE
  • Treizième journée Olympique : … rien

    Pas de quoi s'extasier sur une journée largement perturbée par des pluies démentielles. Déjà que l'on avait pas beaucoup de chances de médailles... Djhone... Lire la suite

    Par  Benjphil
    FOOTBALL, SPORT
  • LateLament ne respecte rien

    * *.cowblog.fr active le mode +m #cowblog* Taranea est parti (Killed (*.cowblog.fr (no flood)))* Kiarane est parti (Killed (*.cowblog.fr (no flood)))*... Lire la suite

    Par  Latelament
    BLOG, INTERNET
  • La mort n'est rien

    "La mort n'est rien. Je suis simplement passé dans la pièce à côté. Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours. Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours... Lire la suite

    Par  Absolut'lit
    CULTURE, LIVRES
  • « Rien dans la limande »

    C’est l’embarras des campagnes : on finit toujours par y dire le mot de trop. Par exemple, promettre qu’on sera le président du pouvoir d’achat , c’est-à-dire... Lire la suite

    Par  Jlhuss
    HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • Rien

    Je me suis laissée choir sur le côté du lit. J’avais mal aux cuisses. Mon corps était lourd mais sans sueur, et mon souffle long et reposé. Sans émoi, sans... Lire la suite

    Par  M.
    A CLASSER
  • Rien... Nada ...

    Etrange mais en ce moment, la télé ne suscite aucune réaction en moi... Rien à dire, nada... Sauf peut-être que je ne trouve pas l'épisode 4 de 90210 et que je... Lire la suite

    Par  Missbrownie
    A CLASSER

A propos de l’auteur


Danielle 1123 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte