Magazine Cinéma

Critique : "Les trois singes"

Par Alban Ravassard

Synopsis : Une famille disloquée à force de petits secrets devenus de gros mensonges, tente désespérément de rester unie en refusant d'affronter la Vérité. Pour ne pas avoir à endurer des épreuves et des responsabilités trop lourdes, elle choisit de nier cette Vérité, en refusant de la voir, de l¹entendre ou d'en parler, comme dans la fable des "trois singes". Mais jouer aux trois singes suffit-il à effacer toute Vérité ?

Nuri Bilge Ceylan est un habitué du festival de Cannes. Ce cinéaste turc y avait déjà fait sensation en 2003 avec Uzak, qui était reparti avec le Grand Prix et un double prix d’interprétation masculine en poche. 2006, retour sur la croisette avec Les climats, reparti bredouille. 2008, il remporte le prix de la mise en scène avec Les trois singes. Qui a dit success story ?

Avec Les trois singes, le réalisateur pousse l’esthétique à son paroxysme, ce sont des images tout bonnement magnifiques qui défilent sous nos yeux. Et non contentes d’être agréables à regarder, elles sont aussi chargées de sens car on retrouve un étonnant sens du cadrage et de la photographie qui traverse tout le cinéma de Nuri Bilge Ceylan. Cependant, cela semble être ici poussé à son paroxysme et au final, tout ceci en devient presque dérangeant, trop retouché.

Après un début hypnotique et passionnant, posant l’incident déclencheur de son récit avec brio, Nuri Bilge Ceylan revient très vite à son style et ses thèmes fétiches à savoir l’incommunicabilité, les méandres de l’âme, la condition humaine… Celui que l’on a désigné comme étant un des descendants directs d’Antonioni, fait ici largement honneur à sa réputation. Cependant, il est malheureusement dommage de devoir avouer que le film, par la quasi absence de dialogues et d’actions, plonge assez rapidement le spectateur dans l’ennui.

On a le sentiment que Nuri Bilge Ceylan a peut-être atteint le paroxysme de son œuvre et qu’elle en devient presque boursouflée, trop parfaite, trop travaillée. Ainsi, à flirter avec le surplus, le film flirte parfois avec l’excès, mais sans jamais vraiment y céder. Ce qui rend le film captivant, au-delà de son esthétique et de sa mise en scène, c’est bel et bien les performances offertes par les comédiens principaux, derrière lesquelles on devine le brio de la direction d’acteurs, souvent saluée, et propre au réalisateur turc.

Les trois singes reste néanmoins un film à réserver aux cinéphiles avertis, aux passionnés de l’image et ceux qui n’auront pas peur de se confronter à l’ennui pour atteindre une forme intense d’hypnotisme qui mène à un final d’un grand ascétisme mais qui n’en est pas moins bouleversant. Force du récit, travail magnifique de l’image, Les trois singes se présente comme un véritable paradoxe, ennuyant mais également passionnant. Il n’en reste pas moins magnifique.

Note : 3/5


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • [critique] Californication : E01S02 et E02S02

    Chez Showtime, on fait fort. Après Dexter, c’est Californication qui remontre le bout de ses moustaches. Enfin, les deux premiers épisodes. Impatiente, j’ai... Lire la suite

    Par  Anagbmf
    CINÉMA, CULTURE, SÉRIES
  • [critique] The Promotion

    Synopsis : Doug Stauber est assistant manager dans un supermarché. Il rêve de gravir les échelons pour enfin s’offrir la vie qu’il mérite. Lire la suite

    Par  Anagbmf
    CINÉMA, CULTURE, SÉRIES
  • [critique] Fringe S01E02

    Il y a des séries dont on n’attend pas grand chose. Ce n’est pas le cas de Fringe. Si le nom de J.J. Abrams apparaît quelque part, c’est presqu’avec naturel... Lire la suite

    Par  Anagbmf
    CINÉMA, CULTURE, SÉRIES
  • [critique] How I Met Your Mother S04E02

    Bien. L’épisode 2 des aventures de nos New-Yorkais préférés est arrivée. Et ça peut déstabiliser. Pourquoi? Parce qu’il ne se passe pas grand chose? En... Lire la suite

    Par  Anagbmf
    CINÉMA, CULTURE, SÉRIES
  • [critique] Chuck S02E01

    Reprise, ce lundi 18 septembre de Chuck. Un season premiere explosif qui n’a pourtant recueille que 6 millions de téléspectateurs environ sur CBS. Lire la suite

    Par  Anagbmf
    CINÉMA, CULTURE, SÉRIES
  • [Critique] Harcelés - Lakeview Terrace

    [Critique] Harcelés Lakeview Terrace

    En 2008, on aura eu Samuel L. Jackson à toutes les sauces, en nettoyeur dans Cleaner, en paladin dans Jumper, et gérant d’hotel dans Chambre 1408 et... Lire la suite

    Par  Damonx
    CINÉMA, CULTURE
  • [critique] Heroes S03E04

    Je préviens, Ana va se lâcher. Parce qu’Ana a aimé l’épisode de HEROES. Genre, pas bien aimé, mais genre aimé/aimé. Cet épisode est über-cool, okay? Bien,... Lire la suite

    Par  Anagbmf
    CINÉMA, CULTURE, SÉRIES

A propos de l’auteur


Alban Ravassard 39 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines