Magazine Poésie

Les misérables de Hugo... ou ma madeleine de Proust

Par Pandora
Il y a dans ma discothèque (terme très pompeux au regard de la qualité musicale des cd qui la composent mais je n'ai pas trouvé mieux) le disque d'une comédie musicale qui a une très longue histoire.
Comme je manque d'inspiration, je vais vous raconter faute de mieux l'histoire de Pandora et de la comédie musicale (en fait tragédie musicale) des Misérables:

Les misérables de Hugo... ou ma madeleine de Proust

Cette histoire commence il y a très longtemps avec un 33 tours (rappelez-vous), un des ces disques vinyles qu'on écoutait sur des tournes disques (ça y est, ça vous revient?).
Pandora n'était alors qu'une petite fille qui jouait à des jeux de garçons et faisait beaucoup de bêtises.
C'était l'époque où elle allait à l'école primaire et travaillait bien à l'école pour faire plaisir à ses parents chéris. C'était l'époque où elle écoutait la musique de Goldorak ou de Karen Chéryl (qui ne faisait pas encore d'interviews à la radio mais chantait en salopette et avec une queue de cheval des chansons débiles). Jusqu'à ce que Pandora découvre la musique des Misérables...
Ce disque avait été offert à sa grande soeur alors adolescente, auprès de laquelle il n'avait pas eu le succés escompté. Mais le cadeau n'avait pas été perdu pour tout le monde. Elle l'avait écouté et réécouté, apprenant les paroles qu'elle suivait du doigt sur le livret du disque en chantant et usant les sillons à force de passages en boucles.
Et puis elle avait grandi...
Si elle se rappelait avec nostalgie du disque, elle ne savait absolument plus où il se trouvait... Mais elle entendait encore beaucoup parler des Misérables dont la comédie musicale avait été reprise dans le monde entier et notamment à New York où elle battait les records de longévité à l'affiche avec plus de 20 ans de présence à Broadway pour "les Miz".

Un weekend à Londres lui donna l'occasion de réaliser un rêve d'enfant en allant voir la comédie musicale qui passait encore là-bas. Elle se sentait à la fois fébrile et heureuse, le coeur battant à tout rompre alors qu'elle faisait la queue pour se rendre au spectacle. Ce fut une vraie bonne soirée riche en émotions même si les chansons étaient en anglais et qu'elle ne pouvait les chantonner.


Les misérables de Hugo... ou ma madeleine de Proust
Et puis vint son anniversaire et l'ami qui l'accompagnait lors de ce week end londonien lui fit ce qui est à ce jour l'un de ses plus beaux cadeaux surprise : les 2 cd de la version française de la comédie musicale, celle de ses 10 ans, la même version que celle du vinyle qu'elle pensait ne jamais pouvoir réécouter...
Les années avaient passé mais elle se rappelait de quasiment toutes les paroles qu'elle chantait en même temps que les artistes. Et ils étaient nombreux....

Je me suis réécouté le tout ce dimanche, me plaisant à retrouver les voix de Rose Laurens et Michel Sardou, mais aussi celles de Michel Delpech ou de Salvatore Adamo. Me plaisant surtout à massacrer les morceaux en les chantant à tue-tête...
Plus de 20 ans ont passé mais je me rappelle toujours aussi bien des paroles.
Plus de 20 ans ont passé mais j'aime toujours autant "les misérables".

Plus de 20 ans ont passé, mais hier, je suis retombée en enfance en goûtant à cette madeleine de Proust musicale. 
Je vous en mets quelques extraits, juste pour le plaisir:



Rose Laurens qui interprète Fantine

La rencontre de Marius et de Cosette

"Demain" une chanson pleine de peps faite de chants et contre chants que j'aime particulièrement

Ma préférée, la mort d'Eponine, qui s'appelle "ce n'est rien" dans la version française que je n'ai hélas pas retrouvée pour vous la faire écouter...
Je n'ose pas avouer que je n'ai jamais lu le livre des Misérables...
Est-ce qu'avoir vu le film est une excuse valable?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • proust ?

    dites moi mon bon, vous vouliez réellement lire Proust , et tant qu’on y est carrément en public, ensemble ? allez là cher ami, laissez vous guider … (Paris... Lire la suite

    Par  Leonor
    TALENTS
  • Notes sur la poésie : Marcel Proust

    La poésie ou les lois mystérieuses L'espion est debout immobile pour relever des plans, un débauché pour guetter une femme, des hommes bien posés s'arrêtent pou... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Le Proutage de monsieur Proust

    Monsieur Bouchard, alias Bill-le-Sagace, que j'aime lire chaque matin en me renversant sur la rate mes céréales scélérates, m'a passé une tag, il y a de cela…... Lire la suite

    Par  Eric Mccomber
    JOURNAL INTIME, TALENTS, VOYAGES
  • Questionnaire de Proust, ou presque.

    Soft Self PortraitMusée Dali, Figueras.On m'a posé la question qui tétanise le plus: "parlez-nous de vous", et "on" a ouvert un calepin. A froid, chacun... Lire la suite

    Par  Isabelle Debruys
    NOUVELLES, TALENTS
  • Victor Hugo, monument en exil

    A vie et oeuvre colossales, biographie monumentale. Dans les dernières du bon millier de pages que compte le premier volume, paru en 2002 pour le bicentenaire d... Lire la suite

    Par  Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • Hugo : La République

    La grande République a des griffes fatales.Gare à ceux qui voudraient, sans être les vrais mâles,Sans être les époux réels et sérieux,Faire accepter au fond... Lire la suite

    Par  Laporteplume
    BD & DESSINS, CULTURE, LIVRES, NOUVELLES, TALENTS
  • Bienvenue à Juliette et Hugo !

    Bienvenue Juliette Hugo

    Leur papa, directeur du Développement Economique du Commerce et de l'Emploi dans une grande ville du 95, est l'un des parrains de Zigouzis. C'est lui qui a... Lire la suite

    Par  Misszigouzis
    JOURNAL INTIME, TALENTS

A propos de l’auteur


Pandora 57 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines